Etablissements d’enseignement privé : L’Etat ouvre la voie au désordre

mercredi 21 novembre 2012 à 01h01min

Les établissements d’enseignements privés ont pris le pas sur les établissements publics dans les deux principales grandes villes du Burkina. A Ouagadougou, sur 527 écoles primaires 248 sont privées. A Bobo Dioulasso, sur les 177 écoles de la ville, 141 sont privées. Au secondaire, 40% des élèves sont inscrits au privé. Au supérieur, les chiffres indiquent que sur les 60 000 étudiants du pays, 22% sont du privé soit quelques 13 000 étudiants. Pourtant, l’enseignement privé reste l’un des secteurs mal organisé. Les chiffres officiels masquent la réalité. De nombreux autres établissements non reconnus pullulent dans les grandes villes. Les domiciles et autres parcelles à usage d’habitation sont transformés en écoles primaires ou lycées. L’Etat qui a créé le vide pour l’instant ferme les yeux. Les syndicats s’indignent de voir le gouvernement abandonner le secteur de l’éducation au privé.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Etablissements d’enseignement privé : L’Etat ouvre la voie au désordre

A Ouagadougou rien qu’à l’école primaire, sur 527 écoles reconnues, il ya 248 établissements privés et à Bobo Dioulasso sur les 177 écoles que compte la ville, 141 sont privées. Sur l’ensemble du territoire selon les chiffres officiels les plus récents, le Burkina dispose de 11 545 écoles primaires dont 2279 privées. C’est surtout dans les centres urbains que le phénomène des établissements privés a trouvé un espace fertile pour se développer. Dans les plus grandes villes du pays, l’Etat n’investit plus dans les constructions d’écoles. Pourtant, la demande en matière éducative ne cesse de croitre.

Le vide créé par l’Etat dans les centres urbains a ouvert la porte à un commerce autour du secteur de l’éducation. D’abord au niveau de la réglementation. Selon les chiffres officiels Ouagadougou compte environ 248 écoles primaires privées. Mais au niveau du ministère, on reconnait que ces chiffres sont loin de refléter la réalité. On pense même que le nombre d’écoles privées non reconnues dépasse de loin, celles reconnues par le ministère. Personne ne connait le nombre d’écoles privées qui opèrent dans la clandestinité totale.

Les établissements clandestins foisonnent

Pourtant de nombreuses familles ont confié leurs enfants à ces établissements. Beaucoup de parents savent que ces établissements ne sont pas reconnus. Mais la plupart d’entre eux ne le savent pas. Au ministère, on explique que les établissements reconnus ont l’obligation d’afficher devant leur porte une plaque de reconnaissance pour permettre aux parents de faire leur choix en toute responsabilité. Mais peu d’établissements appliquent cette règle. Mais pour certains parents, le problème ne se trouve pas à ce niveau.

La question se pose en termes d’accès. Boukary Ilboudo est résident au secteur 19 de Ouaga et sait de quoi il parle. « Depuis une dizaine d’années, j’inscris mes enfants dans les écoles privées. Pas qu’elles sont meilleures au public. Je n’ai pas le choix. Les écoles publiques sont aujourd’hui inaccessibles. Il y a peu de places pour les centaines d’enfants du quartier chaque année. Les classes sont bondées d’élèves. Les seules écoles accessibles à côté sont privées. Mais là où j’inscris mes enfants, je sais que l’école n’est pas reconnue et le fondateur l’a reconnu et m’a convaincu qu’il travaille à se conformer aux normes ». Dans le quartier Nonsin, plusieurs écoles privées ont vu le jour ces dernières années. Naba piiga, la fraternité, Kam Yam Wékré,…, ce sont des centaines d’enfants qui y sont inscrits. Mais en réalité, aucune d’elle n’a une reconnaissance officielle. Elles n’ont pas d’autorisation d’ouverture. Pourtant, les élèves qui y sont inscrits participent aux examens nationaux.

Les écoles non reconnues s’arrangent chaque année pour se mettre en partenariat avec les établissements reconnus pour pouvoir présenter leurs candidats aux examens. Et souvent, elles arrivent à faire de bons résultats malgré les conditions d’études qui sont souvent les moins enviables. A l’école primaire Kam Yam Wékré ce sont des maisons de 16 tôles qui constituent les salles de classes. Comme la plupart des écoles privées dans ce quartier, l’école a une superficie d’environ 400 m2.C’est une parcelle à usage d’habitation qui a été transformée au milieu des concessions en école primaire. Ce sont les petites maisons de 16 tôles qui font office de salles de classes. Il y en a 5. La première promotion fait le CM2 cette année scolaire 2012-2013. Les salles de classes manquent. Le fondateur a trouvé une solution. Le CM1 et le CM2 occuperont la même salle cette année. Il va toujours en manquer. L’école se veut un complexe scolaire. Elle propose le préscolaire aux parents. Mais pour ces bambins, le hangar construit peut faire l’affaire. Le fondateur est conscient de l’exiguïté de son espace. Il tente depuis quelques temps d’acquérir l’espace de son voisin. Ce dernier s’y oppose catégoriquement. La qualité des enseignants est souvent douteuse dans la plupart des ces écoles. Nombre de ces enseignants n’ont reçu aucune formation et n’ont aucune qualification.

Ce sont pour la plupart des jeunes des quartiers à la recherche d’emploi. Très souvent, l’enseignement n’est qu’un boulot transitoire en attendant de trouver mieux. A l’école primaire Naba Piiga, on se dit conscient de toutes ces faiblesses. Mais on assure que l’établissement se débrouille souvent pour que ces enseignants puissent prendre part à certains séminaires de formation. Des séances qui pour eux contribuent à améliorer le niveau des enseignants. Le ministère connait bien la situation des écoles non reconnus. « Le phénomène des écoles privées non reconnues est un véritable problème pour le ministère. Beaucoup ne respectent aucune règle. » Reconnait une autorité du ministère. Malgré cette prise de conscience, il n’y a pas de sanction. La solution envisagée pour le moment, c’est la sensibilisation. « Nous sommes en train de voir avec la mairie comment rencontrer ces promoteurs non reconnus pour les organiser afin qu’ils puissent se mettre un peu dans les normes. » affirme la même autorité. Pas question pour le moment de fermer ces écoles. L’Etat n’en dispose pas assez pour récupérer les milliers d’élèves inscrits dans ces écoles. Au niveau du secondaire, les choses ne sont pas véritablement différentes. De nombreux collèges et lycées privés sont dans l’illégalité totale. Là Aussi, le ministère est au courant.

En début d’année scolaire, ce sont des messages téléphoniques que le ministère des enseignements secondaire et supérieur a envoyé aux abonnés. Dans ces messages, le ministère conseille aux parents d’élèves de se renseigner avant toute inscription dans les lycées. « Élève, étudiant, ou parent, avant toute inscription vérifiez que l’établissement d’enseignement est autorisé… » Pour la vérification, le ministère vous renvoie à leur site internet. Mais sur ce site, la liste des établissements autorisés n’a pas été actualisée. Elle date de 2006. ¬6 ans après, c’est la même liste qui s’affiche toujours sur le site. Ce laxisme au niveau du ministère se constate également sur le terrain. Les établissements non reconnus sont connus du ministère. Les services techniques qui sortent pour l’inspection ont peu de soucis. Les établissements privés reçoivent rarement des visites des services techniques du ministère. Pourtant, les problèmes du primaire ne manquent pas au secondaire.

Le problème d’espace

L’un des points communs reste le problème d’espace. Nombre de ces établissements sont dans des espaces très réduits. C’est pourtant l’une des conditions du cahier de charge pour ouvrir un établissement d’enseignement privé. Il faut disposer de l’espace. Les textes prévoient au moins un hectare .Pour une salle de classe, il faut au moins prévoir 70 m2. Mais peu d’établissements peuvent respecter cette réglementation et ils ne sont pas sanctionnés. L’espace, même l’Etat n’en dispose plus. Dans les centres urbains la plupart de ces espaces qui étaient prévus pour l’éducation dans les arrondissements ont été bradés par les maires qui ont profité de la libéralisation du foncier. Le processus de déclassement des réserves administratives n’est plus un long chemin.

D’ailleurs le nom a changé pour faciliter les choses. Ces espaces sont désormais appelés réserves foncières. Conséquence : en ville l’Etat ne dispose plus d’espace pour construire des écoles même si le besoin est pressant. Le problème serait à l’étude pour que l’offre éducative puisse être améliorée en ville. La capacité d’accueil dans les écoles existantes pourra être renforcée. Mais faute d’espace, la solution envisagée est la construction en hauteur. Le projet a été présenté à certains partenaires financiers. L’agence française de développement se sent déjà intéressée. C’est principalement Ouagadougou et Bobo Dioulasso qui devront être concernées par le projet.

Pawanezambo Belem

MUTATIONS N° 15 du 15 octobre 2012. Bimensuel burkinabé paraissant le 1er et le 15 du mois (contact :mutations.bf@gmail.com)

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 novembre 2012 à 07:49, par nam
    En réponse à : Etablissements d’enseignement privé : L’Etat ouvre la voie au désordre

    Nous pensons que bcp de sujets aussi sociaux méritent d’être traités que de se focaliser sur ces fondateurs courageux qui font ce qu’ils peuvent pour soutenir l’Etat dans sa politique nationale d’éducation.
    Il est toujours facile de critiquer, surtout à partir d’une salle de rédaction climatisée et câblé de réseau d’internet, mais l’essentiel du citoyen c’est d’entreprendre pour apporter sa pierre à la construction de la nation. Soyons sensé quand on aborde les questions de développement : toutes les conditions ne peuvent pas être réunies avant d’entamer une école. L’âge des enfants n’attend pas. Comment l’Etat , lui-même, mastodonte commence ses établissements secondaires...Dans des écoles exigues avant d’évoluer. Où a commencé l’ENAREF, Université de Koudougou, Ouaga2, Université de Ouahigouya ( actuellement au LPO) ?
    Que les Burkinabé fassent souvent un tour dans les autres pays africains pour s’imprégner de vrais bordels avant de venir attaquer jalousement leur fatrie.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2012 à 08:03, par M.Houille
    En réponse à : Etablissements d’enseignement privé : L’Etat ouvre la voie au désordre

    L’école est devenue un secteur où les flibustiers prospèrent en toute impunité !
    L’état ne peut pas tout faire dit-on, mais l’état ne doit pas aussi laisser tout faire !
    Il faut sérieusement que l’état mette de l’ordre pour que le secteur de l’éducation ne devienne pas une jungle où les escrocs de tout poils dictent leur loi et narguent même l’autorité !

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2012 à 08:32, par sore le sage
    En réponse à : Etablissements d’enseignement privé : L’Etat ouvre la voie au désordre

    se sont les mêmes dirigeants qui narguent les établissements publics afin de faire prospérer leurs investissements dans le secteur de l’enseignement privée.pourquoi refusent ils de s’investir dans les universités de Ouagadougou et Koudougou ? la question reste toujours posée ????!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2012 à 10:57, par le prof
    En réponse à : Etablissements d’enseignement privé : L’Etat ouvre la voie au désordre

    vraiment il faut que l’Etat face un minimum de contrôle par exemple le lycée privé BETHEL ou le fondateur refuse de payer le taux minimum fixé par l’État sous prétexte qu’ il n’y a pas de consensus la dessus conséquence il sont encore à 2000f l’heure au moment les autre sont à 2300 et 2500 on appel ça defier l’autorité

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2012 à 11:24, par INVARIABLE
    En réponse à : Etablissements d’enseignement privé : L’Etat ouvre la voie au désordre

    Merci beaucoup Monsieur Belem pour cet éclairage. Vous avez mis le doigt sur un problème crucial.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2012 à 11:35, par COULOU LE SAGE
    En réponse à : Etablissements d’enseignement privé : L’Etat ouvre la voie au désordre

    MALHEURS AUX VAINCUS DE L’ECONOMIE LIBERALE !
    Que dire de l’enseignement secondaire ?
    A Bobo, après le mouvement de revendication des vacataires de l’année scolaire passée, c’est le règne des fondateurs d’établissements privés.
    Le protocole d’accord tripartite,syndicats, fondateurs et ministère des enseignements , qui stipule que le taux de vacation devait passer à 3 200 et 3 500 F est relegué aux calendes grecques. Le prétexte évoqué est l’arrêté du ministre des Finances et du ministre des Enseignements secondaires qui fixe le taux de vacation dans les établissements publics à 2 500F. Cedit ministre, M. Moussa Ouattara, ressortissant de l’ouest, semble avoir été nommé pour casser ce mouvement tendant à reconnaître la valeur et la pénibilité du travail de l’enseignant.
    Pour contrer les enseignants frondeurs,certains promoteurs ont recruté des étudiantsen fin de cycle qu’ils nomment des "permanent" : ils sont payés entre 80 000 et 90 000F le mois sur la base d’un contrat qui dure neuf à dix mois ; ils n’ont pas le droit d’aller à la grève ; les taxes patronales et la sécurité sociale ne sont pas pris en compte, la retraite encore moins. Bref, ces jeunes travaillent pour moins de 1 140F/heure ! Pourtant, tous les établissents privés ont majoré leurs frais d’écolage pour répondre à la hausse de ceux de la vacation, pour certains de 20 000F...
    Mais il y a pire : le minsitère chargé de la jeunesse envoie dans les établissements secondaires privés des jeunes pour un stage de premier emploi où une partie de leur salaire (on parle de 70 000F) est payée par l’Etat, c’est-à-dire par la collectivité nationale tout entière. Belle idée de subentionner des gens pour qui l’établissement d’enseignement n’est qu’une "entreprise" (le mot est de M. Touré, fondé de pouvoir du lycée de la Jeunesse). Aucun engagement n’est pris par les fondateurs pour embaucher effectivement ces jeunes après leur "stage" !
    Pendant ce temps, les établissements privés sont bondés avec des effectifs de plus 130 élèves en siixième et en seconde. Mais il n’y pas de danger : le taux de redoublement et de renvoi à l’intérieur du système flirte avec les 50% !
    C’est simple, les enfants des ministres ne vont pas dans ces écoles-là...

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2012 à 12:03, par Hope
    En réponse à : Etablissements d’enseignement privé : L’Etat ouvre la voie au désordre

    C’est pour toutes ces raisons que je vais voter les partis suivants : UPC, Unir/Ps, PAREN mais jamais CDP, ADF, UPR.
    Ce sont eux qui ont détruits notre école.
    Faites comme moi, tout sauf les mouvanciers afin de POUVOIR ESPERER un changement.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2012 à 15:28
    En réponse à : Etablissements d’enseignement privé : L’Etat ouvre la voie au désordre

    Mr le journaliste, toutes mes félicitations.Mais votre zone de couverture est la plus propre de la commune .FALLAIT vous approcher du poste de police de yagma et ses alentours.
    - 16 Tôles c’est assez large. Vous verrez des 6 à 8 tôles.
    - Des enseignants sans BEPC comme des fondateurs quine connaissent la route de leur école qu’en SEPT ET OCT ( prendre les feuilles)
    - Des ecoles privées reconnues non existanes
    - Des ecoles privées connues non reconnues
    - Des ecoles privées reconnues non connues
    Pour dire vrai OUAGADOUGOU a plus de 900 ecoles privées.
    Mais ses enfants sont-ils comptabilisés dans les chiffres du ministères
    S’il ont le CEP le taux de réussite les prend en compte oui ou non
    LE DRAME IL YA DES ECOLES PRIVEES RECONNUES QUI FONCTIONNENT 4 A 5 MOIS
    mR LE JOURNALISTE CA C EST LE FORMEL ALLEZ VOIR LES FRANCO-ARABES ET LES HANGAR DE L ALPHABETISATION
    TENTER DE DEMANDER LES SALAIRES S IL PAYE IUTS ET CNSS
    merci pour le débute de l’introduction de votre enquête

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés