Batié : L’or, le métal qui divise !

mardi 20 novembre 2012 à 02h27min

L’exploitation aurifère serait devenue une menace pour la population du Noumbiel. Les sites sauvages d’orpaillage se sont multipliés dans la province ces dernières années. Cette exploitation anarchique pose d’énormes problèmes aux habitants, mais aussi aux autorités municipales. Dans la commune rurale de Midebdo, la population et ses autorités communales se préoccupent et redoutent les impacts sur l’environnement, sur l’eau et surtout sur la santé humaine.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Batié : L’or, le métal qui divise !

Traditionnellement, l’exploitation aurifère dans cette zone est une activité exercée par les femmes, selon le haut commissaire de la province du Noumbiel, Raphael Kaboré. L’arrivée massive des exploitants allogènes a bouleversé les croyances. Ces croyances confrontées aux bouleversements provoqués par les orpailleurs rendent la cohabitation difficile. Les difficultés constatées dans l’installation de la campagne agricole sont perçues comme une conséquence directe de l’exploitation aurifère. « D’habitude, nous ne connaissons pas cette situation, les pluies étaient abondantes, mais cette saison, les cours d’eaux sont pour la plupart toujours à sec, il ne pleut pas », se lamente le maire de la commune de Midebdo. Dans les esprits, l’explication est à rechercher dans l’exploitation de l’or.

Le maire a adressé une correspondance aux autorités pour demander un soutien dans le contrôle de l’exploitation clandestine aurifère. Le Sud-Ouest et particulièrement le Noumbiel, frontalier avec la Côte d’Ivoire et le Ghana, fait partie des régions les plus arrosées du Burkina. Pourtant, cette campagne n’a pas enregistré assez de pluies. Les provinces du Poni et du Noumbiel ont été durement éprouvées. Dans ces deux dernières provinces, les pluies se sont véritablement installées dans le mois d’août. Alors que les autres provinces ont enregistré des pluies régulières un mois plus tôt. Cette installation tardive et la mauvaise répartition des pluies ont occasionné des disparités dans les activités agricoles de la région, notamment les semis et les labours.

La province du Noumbiel, d’habitude bien arrosée, connaît un retard comparativement aux trois autres provinces de la région. La province du Noumbiel a enregistré « un retard dans le développement des cultures par rapport à la même période de la campagne précédente ». Cette province a souffert des poches de sécheresse parfois très longues. Ce qui a « perturbé le calendrier cultural et la croissance des cultures. », note le directeur régional de l’Agriculture du Sud-Ouest.

Mais au-delà des croyances, les sites aurifères sauvages posent de réels problèmes. L’exploitation ne suit aucune réglementation. Les orpailleurs n’ont aucune autorisation d’exploitation comme le recommandent les textes. Ces sites sauvages ignorent l’impact sur l’environnement et la santé et ne disposent d’équipements appropriés pour le traitement de l’or. L’utilisation du cyanure, produit hautement toxique pour le vivant, serait très courante. Ce produit se retrouve dans la nature. En principe, l’agrément délivré par la direction des mines pour l’exploitation semi mécanisée s’obtient après étude de dossier. Une étude d’impact environnemental et l’installation d’équipements appropriés sont des éléments obligatoires.

Et pourtant, ces orpailleurs clandestins contournent la direction des mines et exercent leurs activités en toute impunité. Dans la commune rurale de Midebdo, la pollution de l’eau commence à inquiéter la population. Les orpailleurs installent des machines broyeuses de minerais à proximité des cours d’eau, pour rechercher l’or. « Certains orpailleurs ont implanté à proximité de la rivière, d’où ils pompent l’eau, au moyen des groupes électrogènes équipés de tuyaux. Les eaux usées de leurs activités retournent à la rivière et la polluent. » Les orpailleurs sont bien conscients de la pollution de l’eau causée par leurs activités et ses conséquences sur la santé humaine et animale, mais ils persistent. La recherche du gain, le besoin en eau de leurs activités priment sur la protection de l’environnement et la santé de la population.

Ce qui révolte les habitants des villages, principalement les autochtones. Conscientes de l’ampleur de ces sites sauvages et de ces conséquences, les autorités régionales et provinciales ont pris des mesures pour assainir le milieu. Selon le Haut-commissaire de la province, des campagnes de sensibilisations sont régulièrement menées à l’endroit des orpailleurs pour le respect des règles et normes en matière d’exploitation aurifère. Les autorités exigent de tout orpailleur, l’installation d’un bassin récupérateur pour les eaux usées et l’éloignement des machines broyeuses des cours d’eaux. Il est recommandé que « les machines broyeuses soient installées au moins à 200 m de l’eau », nous confie une autorité. Raphael kaboré, le Haut-commissaire, déplore aussi la multiplication de ces sites sauvages dans sa province, mais avoue l’impuissance des autorités face à ces orpailleurs clandestins.

Des contrôles auraient été menés, mais celles-ci présentent des limites objectives. En avril dernier, les autorités régionales ont organisé un forum sur l’exploitation aurifère. La situation de la région a été passée à la loupe. Plusieurs recommandations ont été ainsi faites aux termes des journées de réflexion pour assainir cette activité dont les impacts néfastes sont unanimement reconnus. Cependant, la population ne croit pas à la bonne foi des autorités. En dépit des sites sauvages, la population dénonce les agréments délivrés à certains exploitants et l’impunité dont bénéficient ces orpailleurs qui ne sont pas en réalité clandestins. Certains pensent que des complicités existent entre autorités et orpailleurs dans cette activité très lucrative. Les autorités communales, encore moins les communautés locales ne sont pas associées dans les procédures de délivrance de ces agréments.

Franck Régis Tapsoba

MUTATIONS N° 15 du 15 octobre 2012. Bimensuel burkinabé paraissant le 1er et le 15 du mois (contact :mutations.bf@gmail.com)


26000 km2 pour Ampella Mining

La région du Sud-Ouest serait très riche en ressources minières. Ampella mining, une société minière australienne déjà basée à Batié, en est convaincue. La société, dans sa circulaire du 24 février dernier, informe aussi qu’elle possède à 100% 26000km2 de la région de Batié. Comme précisé dans la circulaire, c’est la plus grande possession discontinue attribuée à une société privée au Burkina. La société minière ne cache pas ses ambitions commerciales. Elle veut faire du fric.

Dans sa correspondance adressée à ses actionnaires, elle les rassure que son « objectif est d’augmenter la richesse des actionnaires à travers l’exploration et le développement de ces actifs aurifères significatifs. » Ampella mining déclare qu’elle a récolté à travers la vente de leurs actions 47 millions de dollars, soit près de 24 milliards de f cfa. Cette belle récolte booste de plus de 60 millions de dollars, soit 30 milliards de f cfa les disponibilités liquides d’Ampella Mining Ltd. Cette nouvelle est cependant moins réjouissante et plutôt alarmante pour Noumbiel et sa population. La population s’inquiète du sort qui leur sera réservé.

Cette population essentiellement agricole et hostile à l’exploitation aurifère assiste impuissante à la perte des terres cultivables et d’autres bouleversements sociaux auxquels ils ne sont pas habitués. En plus de la prolifération des sites sauvages, plusieurs villages de Batié Ouest seront délocalisés pour faire place aux activités de Ampella Mining Ltd. Mais les autorités provinciales, ainsi que la société pensent que Ampella mining va contribuer au développement économique et à l’épanouissement de la population. « Nous veillons à ce que les droits de la population soient préservés et qu’il ait des retombées économiques suffisantes pour eux », affirme le Haut -commissaire de la province du Noumbiel.

Raphaél Kaboré comprend l’inquiétude légitime de la population, mais croit que l’exploitation des ressources minières dans un pays comme le Burkina Faso est un passage obligé. Il faudrait seulement que ces ressources profitent réellement aux communautés. Ce qui est loin d’être le cas.

FRT

MUTATIONS N° 15 du 15 octobre 2012. Bimensuel burkinabé paraissant le 1er et le 15 du mois (contact :mutations.bf@gmail.com)

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 novembre 2012 à 10:38, par Donmozoun
    En réponse à : Batié : L’or, le métal qui divise !

    Pitié pour nous. dans 15 nas, nous n’aurons plus que nos yeux pour pleurer. Il n’y aura plus de champs, plus d’eau potable, plus d’animaux en bonne santé et plus d’homme en bonne santé. Nous nous asseyerosn au bord de ce qui nous restera comme crevasses et amas de terre, le regard plongé dans le lointain d’ou nous ne verrons que de sombres lueurs. la précision de ces lueurs sera difficle car l’estomac flanqué ne nous permettra pas assez d"energie pour nous tenir debout et voir si c’est un rêve ou une réalité.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2012 à 16:03, par dah
    En réponse à : Batié : L’or, le métal qui divise !

    Oui, encore Batié et pas de bonnes nouvelles. Le cyanure est dans Batié. Il subsiste au temps. Il fera donc mal et à la nature et à l’homme et à l’animal. Les orpailleurs eux, ils s’en foutent .... et les autorités aussi. En tout cas c’est l’impression qu’elles donnent. Il paraît même que tout NOumbiel est vendu. Que Nâanwin nous protège.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2012 à 19:56, par synetik
    En réponse à : Batié : L’or, le métal qui divise !

    100% de 26 000 km² ? Mais ça fait à peu près 9,5% du territoire burkinabè ! Noooon c’est pas vrai ! Vendre toute cette partie du pays à une seule entreprise pour exploiter l’or ? Mon Dieu ! Qu’est-ce que nos autorités ont dans leur tête même ? Comment on peut gouverner sans Vision ?
    Bon de toutes les façons même si on laisse cette surface aux populations locales pour faire de l’agriculture, elles ne vont pas tarder à la transformer en un grand site d’orpaillage avec son lot d’inconvénients !
    Vraiment, on est tenté de croire que l’or est une vraie malédiction pour nos pays !

    Répondre à ce message

  • Le 11 décembre 2012 à 16:41, par revolte
    En réponse à : Batié : L’or, le métal qui divise !

    « Nous veillons à ce que les droits de la population soient préservés et qu’il ait des retombées économiques suffisantes pour eux ».
    Cette phrase me rend malade. Nous somme fatigue de telles mensonges Mr. le Haut -commissaire de la province du Noumbiel. Manger vous aussi et taisez vous, car vous en profiter aussi.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés