Cité 1500 logements de Bassinko : Le premier ministre s’imprègne de l’avancement du chantier

mercredi 14 novembre 2012 à 02h18min

Dans le cadre du programme "10 000 logements sociaux et économiques" initié par le gouvernement burkinabè, le premier ministre Luc Adolphe Tiao avait procédé au lancement des travaux de construction de la cité de 1500 logements sociaux de Bassinko le 15 juin 2012. Composée de deux tranches, la première devrait s’exécuter dans un délai de cinq mois. Le chef du gouvernement était sur le chantier ce 13 novembre 2012 pour s’imprégner de l’état d’avancement des travaux. « Le niveau d’exécution des travaux est satisfaisant », déclare-t-il à la fin de la visite.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Cité 1500 logements de Bassinko : Le premier ministre s’imprègne de l’avancement du chantier

Le lancement des travaux était intervenu en début d’hivernage. Toute chose qui aurait retardé le démarrage effectif des travaux. Malgré ce handicap, le taux d’exécution des travaux va de 30% à 70%. Ainsi, selon toute vraisemblance, la plupart des entreprises chargées de l’exécution du projet seront dans le temps imparti. « Concernant les entreprises qui sont en retard, je les invite fermement à accélérer si non nous allons sans doute leur imposer des pénalités parce que nous sommes obligés de nous endetter pour faire construire ces cités », lance Luc Adolphe Tiao. Mais, le respect du délai est une chose, la construction dans les règles de l’art en est une autre.

Et le chef du gouvernement a insisté sur cet aspect afin d’assurer la sécurité des futurs locataires de ces mini-villas. « C’est vrai qu’il y a le délai, mais ce sont des villas qui doivent être de très bonne qualité afin que ceux qui vont les occuper puissent avoir de logements très bien faits », a-t-il insisté. Mais, « on m’a rassuré là-dessus », tempère le premier ministre.

Parmi les travaux en retard, il y a les 209 villas du ministère de l’habitat et de l’urbanisme dont la construction a démarré autour du mois de septembre. « En tout cas, c’est une belle cité et je pense que lorsque nous reviendront d’ici fin décembre, nous pourrons prendre les clés de la plupart de ces villas et procéder à l’attribution de ceux qui ont souscrit », affirme Luc Adolphe Tiao.

Pour qu’il fasse bon vivre à la cité de Bassinko, l’office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) est déjà en train de travailler pour assurer l’approvisionnement en eau potable, la SONABEL devrait bientôt commencer. « Les voies de communications seront renforcées. Il est également prévu la construction d’infrastructures sociales comme les écoles primaires, un lycée, un centre de santé et de promotion sociale », précise le PM qui invite les promoteurs intéressés à prendre attache avec ministère de l’habitat et de l’urbanisme pour souscrire à ces différentes infrastructures. Selon le ministre de l’habitat, Yacouba Barry, le ministère en charge de la sécurité a été approché pour l’érection d’infrastructures de sécurité (commissariat, gendarmerie).

900 logements pour la 1ère tranche

Le projet s’exécute en deux phases. Cette première phase permettra de réaliser un peu plus de 900 logements sur le financement du budget. Avec ces 12 lots, ce sont 12 entreprises et groupements qui sont sur les chantiers. C’est la direction générale du Centre de gestion des cités (CEGECI) qui assure la maîtrise d’ouvrage. Le contrôle est l’œuvre de la direction générale de l’architecture et de la construction (DGAC) « qui travaille nuit et jour pour pouvoir assurer la qualité des logements », assure Bruno Djigemdé, le directeur général du CEGECI. « Et dès qu’on commence les attributions, on engage la 2nde phase pour boucler les 1500 logements », assure Yacouba Barry, ministre de l’habitat et de l’urbanisme. « Le taux d’exécution physique moyen est de 31% pour un temps écoulé de 80%. Donc, ça s’équilibre, on est dans le temps », soutient-il.

Le projet 1500 logements sociaux de Bassinko est réalisé sur un site de 93 hectares aménagé suivant un plan d’urbanisme innovant qui intègre cohérence et fonctionnalité. Outre ce projet, le site de Bassinko est destiné à recevoir les projets de logements sociaux dans le cadre du partenariat public-privé (300 logements) ainsi que la cité de l’amitié Qatar-Burkina (3000 logements). Aussi 1000 logements seront réalisés sur le site grâce à un financement du gouvernement indien d’un montant de 11 milliards de francs CFA dont la signature du protocole d’accord devrait intervenir ce jeudi 15 novembre.

Sur cet espace seront donc bâtis des villas de type F2 simple, F3 simple et F3 jumelés. Toutes sont extensibles. Pour les conditions, il faut avoir un compte domicilié à la banque de l’habitat du Burkina. Le coût moyen d’acquisition est de 5,5 millions de francs CFA qui va s’étaler sur 15 à 20 ans suivant l’apport du souscripteur. Par ce projet, l’ambition du gouvernement, c’est de construire un quartier acceptable qui va alterner le social et l’économique. « Ce n’est pas parce que c’est social que ça ne va pas être joli », assure Yacouba Barry.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés