Brahima Raabo, secrétaire général de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina : « Ouagadougou-Lomé reste quand même le meilleur dans la sous-région »

jeudi 8 novembre 2012 à 23h59min

Chauffeur depuis 1995, les corridors Abidjan-Ouagadougou, Abidjan-Niger, Bamako-Abidjan, Lomé-Ouagadougou et Accra-Ouagadougou n’ont plus de secrets pour lui. Brahima Raabo, toujours sur les routes, est aujourd’hui secrétaire général de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina. Dans l’entretien, il évoque les tracasseries routières sur les axes routiers de l’espace UEMOA, surtout sur le tronçon Ouagadougou-Lomé. Cet article est le dernier d’une série commandité par le Centre Africa Obota-Burkina Faso (CAO-BF).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Brahima Raabo, secrétaire général de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina : « Ouagadougou-Lomé reste quand même le meilleur dans la sous-région »

Sidwaya (S.) : Quels sont les principaux problèmes que rencontrent les chauffeurs routiers sur les divers corridors de l’espace UEMOA ?

Brahima Raabo (B.R) : Le métier de routier est intéressant, mais il n’est pas facile. Nous n’avons pas de vie de famille, car toujours en déplacement. Il ne faut pas occulter les risques du métier tels que les accidents et les mauvaises conditions de travail. Mais le gros problème que nous avons souvent dénoncé à chaque voyage, reste les tracasseries que nous subissons de la douane, de la police et de la gendarmerie. Nous nous tiraillons à tout moment, mais les chauffeurs se débrouillent toujours pour s’en sortir. Les forces de l’ordre travaillent sur la route et nous aussi nous empruntons la route, on ne peut donc pas s’éviter.

S. : Pouvez-vous décrire les soucis particuliers sur l’axe Ouagadougou-Lomé ?

B.R : En 2000 quand j’ai commencé à emprunter le tronçon, quitter Ouagadougou pour Lomé relevait d’un véritable parcours du combattant. Il y avait trop de tracasseries. On ne s’en sortait pas. Les forces de sécurité nous accusaient de délits sans fondements. Par exemple, que tu as percuté quelqu’un par derrière. La police pouvait t’arrêter pour des choses banales. Ce que les chauffeurs routiers ne subissaient pas au Burkina Faso, ils le vivaient sur cet axe. Pour avoir de l’argent, les forces de sécurité nous rançonnaient même quand l’on avait tous les documents en règles. A l’étranger, on ne demande que la visite technique du véhicule, l’assurance, le permis de conduire. Mais avec tous ces documents, le chauffeur doit payer sinon il ne bougera pas. Lorsque des routiers se retrouvaient en grand nombre à un barrage, ils organisaient la résistance. Il y a des moments où la rébellion durait toute une journée, surtout si un de nos camarades était en train d’être brimé. Tout le monde stationne au bord de la route pour protester jusqu’à ce qu’il soit libéré.

S. : Combien de francs un chauffeur routier pouvait laisser à cette époque sur l’axe Ouagadougou-Lomé ?

B.R : De Zongo (NDLR : la sortie de Lomé d’où partent en général les véhicules d’occasion) jusqu’à Ouagadougou, on pouvait dépenser plus de 120 000 FCFA. Il y avait beaucoup de faux frais : accusation de surcharge, hors gabarit, etc. Mais seulement, de Lomé à la frontière, Cinkansé, les transporteurs pouvaient laisser plus de 90 000 FCFA aux forces de l’ordre togolaises. A chaque barrière, il fallait obligatoirement payer 2000 FCFA. Les faux frais commençaient en fait depuis le port de Lomé.

S. : Y a-t-il des changements de nos jours sur cet axe ?

B.R : Actuellement, l’axe Ouagadougou-Lomé reste quand même le meilleur dans la sous-région. Il n’y a plus de tracasseries au Togo. Lorsque nous quittons le port, nous arrivons à Cinkansé sans difficulté. Au Burkina Faso c’était pareil, mais il y a de nos jours la douane. Entre Bittou et Ouagadougou, il y a jusqu’à six arrêts de douane. Pourtant, nous sommes en transit depuis Bittou jusqu’à Ouagarinter. Mais on doit payer parfois 1 000 FCFA à chaque arrêt. Ce sont des formes de tracasseries douanières. En ce qui concerne la police et la gendarmerie burkinabè, il n’y a rien à signaler. Il ne s’agit que des contrôles à la frontière. Nous sommes toujours en négociation avec les autorités pour que ces tracasseries cessent à la douane.

S. : Les tracasseries en territoire burkinabè que vous évoquez ne sont-elles pas dues au fait que le poste juxtaposé de Cinkansé ne fonctionne toujours pas correctement ?

B.R : Jusqu’à présent, nous effectuons les mêmes procédures en frontière comme quand le poste juxtaposé ne fonctionnait pas. Le poste n’est pas en fait opérationnel et je trouve qu’il nous retarde même présentement. Tout récemment, lors d’une réunion, nous avons encore abordé le sujet. Nous demandons à l’UEMOA de tout mettre en œuvre pour que le poste puisse fonctionner réellement. Le poste de contrôle juxtaposé de Cinkansé constitue actuellement un passage obligatoire. Il y en a qui y arrivent le matin et qui ne bougent que vers 14 h. Or l’UEMOA nous avait dit à l’ouverture que c’était une histoire de quelques minutes. En plus, le parking du poste est mal construit. De nombreux camarades tombent là-bas.

S : Quelle comparaison peut-on faire avec par exemple le corridor ghanéen que vous connaissez bien ?

B.R : L’axe de Lomé est mille fois meilleur que celui du Ghana. D’abord à la frontière, un camion burkinabè qui veut entrer en territoire ghanéen doit prendre un laissez-passer de 30 000 FCFA, juste pour un seul voyage. Et s’il arrive à Accra et qu’il fait trois jours avant de ressortir, son laissez-passer est déjà périmé. Pourtant à Lomé, c’est 2000 FCFA. En plus, la sécurité rackette. Il faut payer avant de passer. La nuit, les contrôles se multiplient. A l’entrée et à la sortie de chaque ville, il y a la police sous-prétexte qu’elle sécurise la route. Or, c’est pour racketter. Ce qui fait que lorsqu’il fait nuit, nous arrêtons de rouler au Ghana, car les coûts des tracasseries triplent.

S. : Quelles sont les missions de votre association ?

B.R : Nous avons mis en place cette union pour défendre les intérêts moraux des chauffeurs routiers. Nous ne cautionnons pas le vol, nous assistons les chauffeurs sur leurs droits. Nous sommes, par exemple, contre un patron qui ne paie pas ses chauffeurs ou qui ne les déclare pas à la caisse. Il faut que les patrons des chauffeurs songent à déclarer leurs agents pour qu’ils aient une retraite paisible. C’est la mission fondamentale actuellement du bureau.

Entretien réalisé par Sié Simplice HIEN

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 novembre 2012 à 10:52, par Chauffeur
    En réponse à : Brahima Raabo, secrétaire général de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina : « Ouagadougou-Lomé reste quand même le meilleur dans la sous-région »

    Je demande aux autorites burkinabe de prendre au serieus les conditions de travaille de nos chauffeurs internationaux. En realite se sont eux qui se sacrifient chaque jour pr ce pauvre pays, car sans eux rien ne fonctionera au BF. Mais se sont ces pauvres gars que les policiers, les gendarme et douanier raquettent en longueur de journee et cela que se soit au BF ou a l’exterieur. Je parle car j’ai ete apprentit chauffeur pendant un moment et je connait les difficultes que ces chauffeurs rencontre. J’ai vu des chauffeurs accuser a tor de traffic de drogue sur l’axe Burkina - Ghana par les policiers ghanaeen juste pour les soutirer de leur argent. Souvent meme d’autre sont mis en prison parce qu’il essaiye de se defendre. Pr ceux qui ne savent pas nous les chauffeurs on souffrent beaucoup sur l’axe burkina - ghana pour ravitailler notre cher pays de ses besoins. je profite aussi d’informer les burnaber de ne jamais prendre la route la nuit sur cet axe si vous etes nouveau ou si c’est votre premiere fois sinon les Ghanaeens vous donerons envis de declarer une guerre contre ce pays frere que nous Burkianabe respect. La nuit les policier ghanaeens se transforment en des petit braqueurs de routes meme avec vos papiers au complet on fouilles et vous accusent de rebelles Burkinabe qui partent destabiliser les autres pays. Et j’ai deja ete accuser moi meme qui vs parle. Souvent ces meme gars apres avoir finir de vous prendre tout votre argent vous demande de deposer leur marchandises ou des menbres de leur familles a la prochaine ville et gare a vous si vous les reffuser, c’est un problem serieus car nous payons tout les taxes , impots et documents necessaires avant de prendre la route mais on nous force toujour de donner des commissions sinon on nous traite comme des bandit souvent avec leurs armes a la main. Je dirais qu’au niveau du Burkina ca va mieu car nos policiers n’exagere pas comme au ghana ou bien aller jusqu’a accuser un chauffeur ghanaeen de traffic de drogue mais ya des cas aussi a deplorer. Pour ceux qui peuvent qui ont pitier ou qui se soucis des gens qui les servent et qui mettent souvent leur vie en danger pour servir notre pays si vous pouvez faire quelque choses faites le et aider nous. Moi perso je vois un chauffeur comme un medecin ou un millitaire sans tenu mais somme souvent oublier mais je respect tout les autres emplois aussi. Je m’excuse de mon francais un peu mal ecris s’il ya des fautes je suis un simple chauffeur. merci

    Répondre à ce message

  • Le 9 novembre 2012 à 10:57, par BLACK AND FREE
    En réponse à : Brahima Raabo, secrétaire général de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina : « Ouagadougou-Lomé reste quand même le meilleur dans la sous-région »

    Vous avez dit liberté de circulation dans l’espace CEDEAO ?
    Rêvez toujours, car les malédictions africaines persistent !!!!
    La corruption est entretenue par ceux qui devraient la combattre.
    Même les bêtes sauvages qui empruntent nos routes doivent payer. Bonjour CEDEAO !!!! Bonjour UEMOA !!!!
    NOUS AVONS LA GOUVERNANCE QUE NOUS MERITONS !!!!

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés