Intégration : Une vingtaine de journalistes se familiarisent avec « la vision 2020 » de la CEDEAO

lundi 5 novembre 2012 à 23h44min

37 ans après sa création, les réalisations concrètes de la CEDEAO restent largement en deçà des attentes de la communauté. Pour inverser cette tendance, l’organisation a désormais mis le cap sur l’appropriation des idéaux de l’intégration régionale par les populations, à travers « la vision 2020 » adoptée par les chefs d’Etat en 2007. Les médias ont un rôle majeur à jouer pour la réalisation de cet objectif. C’est la raison qui justifie la tenue de l’atelier de Léo du 02 au 03 novembre 2012 sous le thème « la place et le rôle des médias dans la mise en œuvre de l’intégration régionale ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Intégration : Une vingtaine de journalistes se familiarisent avec « la vision 2020 » de la CEDEAO

L’atelier de réflexion de Léo a réuni une vingtaine de journalistes des médias audiovisuels, de la presse écrite et de la presse électronique burkinabè. Pendant 48h, ces différents journalistes se sont familiarisés avec « la vision 2020 » de la CEDEAO, les projets communautaires de la dite institution ainsi que ceux de l’UEMOA. La vision 2020 de la CEDEAO entend « créer une région sans frontières, paisible, prospère et cohérente, bâtie sur la bonne gouvernance et où les populations ont la capacité d’accélérer et d’exploiter ses énormes ressources par la création d’opportunités de développement durable et de préservation de l’environnement », a rappelé le ministre des affaires étrangères et de la coopération régionale, Djibril Bassolé, à l’ouverture de l’atelier. C’est dire que la nouvelle approche vise le passage de « la CEDEAO des Etats vers une CEDEAO des peuples » à l’horizon 2020. L’approche qui se veut participative part désormais du bas vers le haut, au lieu du contraire qui était jusque là de mise. C’est le ministre délégué chargée de la coopération régionale, Vincent Zakané, qui a présenté la communication sur la « vision 2020 de la CEDEAO : de la CEDEAO des Etats à la CEDEAO des peuples ». Entre autres acquis engrangés par l’institution, Vincent Zakané a cité pêle-mêle : l’existence d‘un espace intégré, le droit de résidence, l’existence d’une zone de libre circulation, l’interconnexion des réseaux (routiers, ferroviaires), une convergence macro-économique. Au total, 53 accords et protocoles conclus dans le cadre de la CEDEAO. Mais les résultats restent mitigés. Très peu d’accords ratifiés, non application de fait des engagements communautaires (droit communautaire reste lettre morte) ; instabilité politique, problème de gouvernance, ignorance des textes et programmes communautaires par les populations ; économies faibles et peu diversifiées ; échanges communautaires entre 7 et 10%. La région demeure la partie la plus pauvre du continent.

Pour changer la donne, « en tant que leader d’opinion dont le travail quotidien concourt à la sensibilisation des femmes et des hommes dans leurs droits et devoirs et sur leur place dans la société, les médias peuvent jouer un rôle prépondérant dans la réussite de l’intégration dans la sous-région », soutient le ministre Zakané. Pour changer la donne, « il faut que les populations de ces pays membres soient parfaitement au courant de tout et que par votre action, vous rendez cette intégration attractive, que vous en souligniez les intérêts pour les populations et que finalement vous entrainez cette dynamique d’intégration. C’est la raison pour laquelle ce workshop a été organisé. Nous attendons de vous de jouer un rôle plein et entier. Nous attendons des suggestions pour ce faire », ajoute Djibril Yipènè Bassolé.

Au sortir de la rencontre, les journalistes se sont imprégnés des valeurs et des idéaux des organisations régionales véhiculées à travers la vision 2020 de la CEDEAO. C’est pourquoi, ils ont pris la l’engagement de créer un réseau de journalistes et communicateurs pour l’intégration régionale. Cette conclusion est à la hauteur et va même au-delà de nos attentes, se réjouit le ministre délégué chargé de la coopération régionale, Vincent Zakané. Tout en les félicitant, il les assurer de la disponibilité du ministère à les accompagner et à construire ensemble un partenariat stratégique.

Pour l’atteinte de la vision 2020 de la CEDEAO, les journalistes doivent nécessairement s’impliquer. Donc, le réseau de journalistes et communicateurs pour l’intégration en gestation devrait voir le jour avant la fin de l’année 2012. Les jalons sont déjà posés par la mise en place d’un comité ad’hoc pour élaborer les textes constitutifs. Il ne reste plus qu’à espérer que ce ne soit pas un réseau de plus, mais un réseau qui puisse trouver trouver toutes les ressources nécessaires pour être efficaces.

Dans les conclusions de leurs travaux, les participants de l’atelier de Léo recommandent au Ministère des Affaires étrangères et de la coopération régionale de prendre des dispositions utiles pour inciter ses pairs des pays membres de la CEDEAO à créer un cadre pour la mise en place des réseaux similaires dans leurs pays afin de fédérer les énergies pour réussir le passage « de la CEDEAO des Etats à la CEDEAO des peuples ».

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés