Traite des enfants : L« Opération Tuy » permet de retirer 387 enfants du circuit

vendredi 2 novembre 2012 à 03h21min

La traite des enfants prend de l’ampleur au Burkina. Il est donc plus que nécessaire d’entreprendre des actions fortes en vue de contrer ce phénomène. C’est ce cadre que la direction générale de la police nationale, en collaboration avec l’organisation internationale de police criminelle (OIPC)-INTERPOL et l’action sociale a organisé du 29 au 30 octobre 2012 une action dénommé « opération Tuy ». Cette opération menée simultanément à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Houndé a permis de retirer 387 enfants du circuit. 73 présumés auteurs ont été déférés devant le parquet.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Traite des enfants : L« Opération Tuy » permet de retirer 387 enfants du circuit

La direction générale de la police nationale a organisé une conférence de presse le 31 octobre pour faire le point à l’opinion nationale. L’ « opération Tuy » s’est déroulée simultanément à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Houndé qui en était l’épicentre. En termes chiffrés, elle a permis d’identifier 387 enfants dont 306 garçons et 81 filles. Pour l’instant, il y a 48 cas avérés de traite dont 41 sur les sites aurifères et 7 avec des maîtres coraniques. Les domaines d’exploitation d’enfants sont essentiellement l’orpaillage, le commerce, la pêche et l’agriculture. Cinq des enfants identifiés sont de nationalité étrangère. Parmi les présumés auteurs interpellés, 73 ont déjà été déférés devant le parquet. Les enquêtes se poursuivent en vue de démanteler d’éventuels réseaux, certains étant basés à l’étranger. De ce fait, la collaboration avec Interpol était plus que nécessaire.

Cette opération s’inscrit dans une logique de protection des personnes et des biens et fait suite à « l’opération Cascades » qui a eu lieu en 2010 et qui avait connu un véritable succès, dit-on du côté de la police nationale. Ces genres d’opération « vise non seulement à retirer les enfants de la traite mais également de mettre hors d’état de nuire les auteurs de ces atteintes », soutient le commissaire de police Idrissa Séré, le permanent chargé du bureau central national d’Interpol/Ouaga.

Un autre objectif de l’opération, c’est la « réintégration des enfants dans la vie sociale, soit en encourageant les parents à donner aux enfants la chance d’aller à l’école ou de les inscrire dans un centre de formation professionnelle pour l’apprentissage d’un métier qui leur permettra d’avoir de meilleures perspectives d’avenir », ajoute-t-il. Et, c’est là toute l’importance de la collaboration avec le ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale. Ce département se chargera de convoyer ces enfants dans leur famille respective, mais aussi de suivre leur réinsertion. C’est du moins ce qu’a rappelé Madame Maïmouna Zoma/Traoré, la directrice de la protection et de la lutte contre les violences sur les enfants au ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale qui faisait partie des animateurs de cette conférence de presse.

En prélude à l’opération, un atelier de formation s’est tenu à Houndé du 22 au 24 octobre 2012 à l’attention de 111 agents d’application de la loi (gendarmes, douaniers, eaux et forêts, policiers) afin qu’ils s’approprient les aptitudes indispensables à la mise en œuvre de l’opération. La formation a été assurée par des experts nationaux de l’action sociale, du bureau national INTERPOL/Ouagadougou et des magistrats. Ces experts nationaux ont été appuyés par des experts internationaux venus du Canada, de la France (Interpol Lyon) et de la Côte d’Ivoire (Interpol Abidjan).
La traite des enfants étant criminalisée au Burkina, les auteurs encourent des peines allant de cinq à 10 ans d’emprisonnement.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés