Insécurité : à vos gardes !

mardi 30 octobre 2012 à 23h39min

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’insécurité, malgré les efforts considérables consentis par les autorités, ne faiblit pas au Burkina Faso. On a l’impression que les délinquants sont plus que jamais déterminés à semer le trouble dans le pays et du même coup, à corser la tâche aux pouvoirs publics. Ils multiplient les actes odieux au quotidien, comme pour narguer les forces de sécurité, les populations. Le mercredi 24 octobre 2012, le receveur du bureau de la Société nationale des postes (SONAPOST) de Sidéradougou (province de la Comoé), Herman Yazon Gnoumou et le gardien, Sindou Traoré, ont été sauvagement étranglés sur leur lieu de travail par des malfrats.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Aussi les bandits ont-ils emporté la somme de 13 millions de francs CFA, affichant ainsi leur ambition première. Et ce qui peut laisser sans voix dans ce drame, c’est le courage avec lequel les délinquants ont fait irruption dans ce service, qui côtoie le commissariat de police et des habitations, non loin du marché et de l’école primaire. Hélas ! Sans foi, ni loi, les bandits ont agi avec cruauté, laissant les familles éplorées et les populations de Sidéradougou dans la consternation. Et des cas de ce genre sont légions ! En effet, quelques semaines avant, c’est la domestique d’un agent des Editions Sidwaya qui a été sauvagement assassinée, nuitamment, dans le domicile familial, à Ouagadougou.

D’autres cas malheureux ont été enregistrés auparavant dans le pays et il est à craindre que le cycle meurtrier ne continue. Il faut le dire, l’insécurité est telle de nos jours que le citoyen marche la peur au ventre. L’on ne sait pas de quoi demain sera fait. Beaucoup d’entre nous s’inquiètent de ce qu’un délinquant pourrait faire irruption à leur domicile, pour emporter leurs biens ou, au pire des cas, leur ôter la vie. Ces soucis, somme toute légitimes, trouvent leur fondement dans les faits décrits plus haut, qui troublent la quiétude des citoyens au jour le jour. Angoisse, trouille, insomnie et que savons-nous encore, perturbent les nuits de paisibles citoyens.

Dans un quartier, apprend-on, des bandits armés ont tué le gardien d’une station-service pour emporter des espèces sonnantes et trébuchantes. Dans un autre secteur, des délinquants ont scié la porte de la cuisine d’un ménage et ont fait main basse sur l’ensemble des ustensiles et la bouteille de gaz. Bref, à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, tout comme dans d’autres villes du Burkina, l’insécurité est une pure réalité. Où allons-nous alors ? Face à la situation, les autorités, à travers les forces de défense et de sécurité, font de leur mieux avec les moyens du bord, pour faire reculer le phénomène.

Et malgré la modestie des moyens logistiques et humains, des délinquants de tout acabit, des réseaux de trafiquants de drogue, entre autres, sont régulièrement mis hors d’état de nuire. Au bonheur des populations, qui bénéficient d’une certaine protection, et à la satisfaction de nos dirigeants, qui ne dorment pas sous leurs lauriers.

Mais les actions des forces de sécurité et de défense ne doivent pas occulter la responsabilité des populations à contribuer à la lutte contre l’insécurité. Les citoyens doivent aider les hommes de tenue à jouer pleinement leur rôle, en dénonçant les bandits, qui opèrent dans leurs quartiers ou en donnant toute information utile. Malheureusement, ça n’a pas toujours été le cas, puisque, par peur de représailles de la part des délinquants, certains habitants n’osent pas attirer l’attention des forces de l’ordre sur ce qui se passe dans leurs quartiers.

Ils se terrent et se taisent, pendant que des malfrats, connus de tous, sèment la terreur, à travers vols et actes peu recommandables. Une telle passivité ne saurait être encouragée, en ce sens que le citoyen est d’abord responsable de sa propre sécurité. Il faut à tout prix dénoncer un bandit qu’on connaît et reconnait dans le quartier, que de subir sa loi.

Kader Patrick KARANTAO ( stkaderonline@yahoo.fr)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 31 octobre 2012 à 11:13, par Nestor
    En réponse à : Insécurité : à vos gardes !

    la population a peur parce que quand tu dénonce un bandit il ne fais pas un mois en prisions et tu deviens une cible dans le quartier la justice devrais faire de telle sorte que les bandits n’ai pas de liberté conditionnelle pour les récidivistes

    Répondre à ce message

  • Le 31 octobre 2012 à 12:28, par citoyen
    En réponse à : Insécurité : à vos gardes !

    Tout ça montre, que le gouvernement n’a plus de couilles au Faso ! On a d’autres sortes de délinquants primaires, en majorité dans le gouvernement et les postes de direction, qui pillent le pays (et y a rien), et qui entraîne la misère !

    Le fossé entre riches et pauvres devenant grandissant, surtout des richesses mal conquises, entraîne un ras-le-bol dans la population, où de nombreux jeunes s’adonnent à des vols, pour subvenir à leurs besoins !

    Si le gouvernement avait monté l’exemple, en matant les délinquants primaires en son sein, les choses pouvaient être autres !

    Répondre à ce message

  • Le 31 octobre 2012 à 13:02
    En réponse à : Insécurité : à vos gardes !

    Justement, une des solutions à ce problème est que l’état est le courage d’adopter des lois qui vont permettre d’exposer à une place publique ces bandits à chaque fois qu’on les arrêtte et ensuite les envoyer dans une carriere pour travailler au lieu de les camoufler dans les prisons.

    Répondre à ce message

  • Le 31 octobre 2012 à 16:29, par le bougre
    En réponse à : Insécurité : à vos gardes !

    "le citoyen est d’abord responsable de sa propre sécurité" : Permettez nous de pouvoir disposer de moyens pour nous défendre ! Je veux parler d’armes à feu. Si chaque famille avait une arme, l’insécurité dont vous parlez serait moindre.

    Répondre à ce message

  • Le 1er novembre 2012 à 18:32, par DOUDOU
    En réponse à : Insécurité : à vos gardes !

    dites à la BAC d’arrêter de tourner sous la lumière, les voies publiques ou aux abords des maquis. elle sait ou se trouve les délinquants. chère BAC rdv dans les milieux sombres et obscurs, les nons lotis et les bas-fonds de Ouagadougou. merci WM

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés