Autoroute Ouaga-Bobo : Bientôt des études de faisabilité

lundi 29 octobre 2012 à 23h32min

Les études de faisabilité de l’autoroute reliant Ouagadougou à Bobo Dioulasso vont pouvoir démarrer. Le dernier Conseil des ministres a en effet examiné les propositions relatives à ces études de faisabilité technico-économique et environnementale pour les travaux de construction et de bitumage de l’autoroute entre les deux villes.

 Autoroute Ouaga-Bobo : Bientôt des études de faisabilité

Au terme de ses délibérations, le Conseil a consenti au choix du groupement de bureaux AIC PROGETTI SpA/ACE pour conduire lesdites études. Facture de l’opération, plus de 1,4 milliards de francs CFA, avec un délai d’exécution de 18 mois. Un premier bureau sélectionné s’était montré défaillant.

A terme, l’autoroute reliera la capitale du Burkina à la frontière ivoirienne où elle devrait faire la jonction avec l’autoroute Yamoussoukro- Bouaké- Katiola- Ferkessédougou- Ouangolodougou (Côte d’Ivoire) pour former l’autoroute Ouagadougou-Yamoussoukro, prévu par le Traité d’amitié et de coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

La construction du tronçon Ouagadougou-Bobo Dioulasso proprement dite pourrait démarrer en 2015. Un responsable de Direction des ouvrages d’art du ministère des Infrastructures et du Désenclavement estimait, en novembre dernier, qu’il faudrait plusieurs années avant de voir le projet se concrétiser.

« Comme nous avons à peu près 400 Km de route entre Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, il faut compter au moins quatre ans pour l’exécution des travaux de construction. En définitive, c’est à l’horizon 2020-2022 qu’on pourrait disposer peut-être, de linéaire totalement fait entre Bobo-Dioulasso et Ouagadougou, si tout se passe normalement », confiait-il à notre confère Sidwaya.

wendonde

Fasozine

Messages

  • belle initiative mais les tricycles auront-il une piste cyclable ?

  • Est-ce une priorité pour le développement du Burkina ? N’y a t’il pas d’autres routes à goudronner pour désenclaver l’intérieur du pays ? On est encore loin du compte.

  • quelque chose comme un somnifere pour endorimir le peuple a l’oree des elections. on attend de voir !!!!!!!!!!!!!!!

  • Bonjour ! Je salue l’initiative de ce projet louable qui va donner plus de possibilités à toutes les régions de l’Ouest, du sud-ouest et les régions dépendantes ; cependant, en attendant la réalisation de cet œuvre salutaire, je souhaite vivement que le gouvernement se penche sérieusement sur le cas du tronçon carrefour Koudougou – Boromo qui présente un état de dégradation très avancé et qui constitue une menace sérieuse sur la sécurité routière. Vu le trafic routier sur l’axe ouaga – bobo, Il faut qu’il y ait une équipe d’entretien (permanent si possible) de ce tronçon en attendant une reprise de cette voie ; sinon la solution définitive c’est effectivement la reprise totale de ce tronçon qui va compléter et terminer l’excellent travail déjà réalisé sur la nationale n°1 qui est une fierté pour notre pays. Je sais que toute réalisation de bitume n’est pas chose aisée vu les coûts associés, mais je suis convaincu de la capacité du gouvernement à relever les défis majeurs qui se dressent devant lui. Bon vent à tous les projets entrepris pour le bonheur de nos populations !

  • Encore un projet farfelu porté par une bande de tarés aux Affaires. Une bande d’affairistes criminels corrompus décidés à assassiner tout développement intégré et équilibré de ce pays.
    A quand des liaisons bitumées de désenclavement de toutes les provinces ? Des liaisons d’intégration inter-provinciale ?
    A quand une bonne voie bitumée qui désservirait le SOUROU-NAYALA, le SOUM, l’OUDALAN, et le SENO par exemple ? Des régions essentielles dans le développement économique du pays, pour ne citer que ces exemples.
    Sans réponse à court terme, nous mettrons désormais le feu à tous projets qui insultent notre dignité et notre appartenance au FASO !

  • Une bonne initiative. Mais je pense qu’il faut commencer à résoudre ce problème de voies internes. Réparer celles qui sont à réparer et n’offrir pour les nouvelles routes, le marché qu’aux entreprises capables de faire le travail.

    • Cette autoroute était une promesse de campagne 2005 du candidat président et les travaux ne pourrons que commencer en 2015 pour finir en 2020 quand il ne sera plus théoriquement aux affaires.

      Les grands projets en Afrique sont à l’horizon de 20 ans. Pas possible de faire mieux car nous sommes laxistes.

  • les 2 roues sont faite pour les pistes. le monde évolue et le Burkina aussi. ne serait ce qu’entre nos 02 plus grandes villes, la nationale n°01 c’est logique en ce début de siècle.

  • Le trafic actuel en voiture, camion et bus ne justifie pas une autoroute. C’est la folie des grandeurs de nos dirigeants actuels prêts à gaspiller l’argent des contribuables pour des projets pharaoniques dispendieux. Est-ce que les chefs lieux des 45 provinces sont reliés au réseau par des routes goudronnées ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés