Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La bataille contre l’ignorance se gagne tous les jours, et elle finit par ouvrir sur des perspectives insoupçonnées. » Dalaï-lama

Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

Accueil > Actualités > Politique • • dimanche 21 octobre 2012 à 23h23min
Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

Aucune coalition dominante n’est permanente. Elle est exposée à des chocs et à des bouleversements susceptibles de déstabiliser ses relations internes. Depuis le congrès de mars dernier du parti, cette dynamique de recomposition de la coalition est à l’œuvre au sein du pouvoir burkinabè. Le grand chef de la coalition (Blaise Compaoré) étant au soir de son long règne, le transfert du pouvoir se fait petit à petit en direction du petit frère François Compaoré. Les deux frères n’ayant pas toujours les mêmes « amis » ni le même parcours ou profil, des bouleversements sont alors inévitables. Des modifications doivent intervenir. C’est toute la logique des manœuvres actuelles. Les élections constituent de ce fait un prétexte pour légitimer la nouvelle coalition qui se met en place.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) amorce un virage avec ces élections législatives. Les primaires suivis du choix définitif des candidats placent le parti dans une position inconfortable. Dans certaines localités, le parti est en lambeaux. C’est la déchirure entre camarades du parti, voire la rupture définitive entre les différents clans. Dans le Sourou, le parti perd un pion important en la personne de la député Saran Séré/Sérémé qui a démissionné avec fracas du CDP après le choix fait par le parti de la placer deuxième sur la liste de sa province derrière le maire Mathias Zerbo, soupçonné d’avoir suscité la manifestation qui a abouti à l’incendie du domicile de la dame. Cette dernière subit les revers de sa grande distance avec les artisans de la nouvelle coalition en construction. Bien que siégeant dans le SEN, elle est restée trop proche des Has been comme les Roch qu’elle continue de fréquenter alors qu’elle ne montre pas beaucoup de signes d’allégeance de l’autre côté.

Certains ténors du clan dominant n’ont pas non plus apprécié son franc-parler devant le chef de l’Etat quand celui-ci voulait trancher sur le nom de la personne qui devrait conduire le CCRP. Saran avait émis des réserves sur le choix de Bongnessan Arsène Yé, conseillant plutôt une personnalité de la société civile pour conduire les travaux. Au-delà de cet épisode, la député Saran a eu le malheur d’être personnellement invitée par le Parti démocrate pour l’investiture du candidat Obama début septembre aux Etats-Unis. Elle n’aurait pas avisé le parti avant de bouger. Cela a été comptabilisé en sa défaveur lors du choix définitif des candidats du parti au Sourou. Dans certains milieux politiques, on y a vu une marque de suffisance, d’autres sont allés jusqu’à parler de mépris pour les nouveaux dirigeants du parti.

Par ailleurs, d’autres personnes ont exhumé son passé de militant « sankariste » pour s’interroger sur sa véritable loyauté aux nouveaux maîtres du navire CDP. En mars 1988 en effet, avec d’autres camarades, elle avait mobilisé des scolaires et étudiants pour réclamer la réhabilitation du président assassiné. La répression qui s’était abattue sur les meneurs l’avait par la suite conduit à l’exil au Mali. Cette parenthèse de sa vie militante ne semble pas avoir été refermée par certains au sein du CDP. C’est pourquoi, ils auraient joué des mains et des pieds lors du Forum des femmes tenu du 13 au 15 septembre dernier à Ouagadougou pour que la motion de soutien aux femmes du Sourou, (violentées lors des événements de Tougan) ne soit pas lue devant le chef de l’Etat.

La motion s’est effectivement égarée dans les couloirs. Les participantes au forum voulaient manifester leur désapprobation face aux violences infligées aux femmes partisanes de la député après les primaires du parti. Alice Tiendrébeogo était particulièrement horrifiée et déçue. Il faut néanmoins inscrire le cas de Saran dans une logique d’ensemble qui veut que les militants historiques cèdent la place au nouveau courant des « amis des clubs service » où se croisent DG, ministres, opérateurs économiques et hommes d’affaires. Le nouvel attelage ne fait pas totalement table rase des anciens militants ; l’option est de les accompagner petit à petit vers la porte de sortie. Ceux qui font de la résistance se verront néanmoins remplacés non sans avoir subi l’humiliation de la contestation et les effets de l’instrumentalisation. C’est le cas dans le Zandoma où le député Lassané Sawadogo est en lutte avec l’alliance Catherine du SEN/famille de la belle-mère nationale.

La direction du parti a tranché en faveur de Catherine Ouédraogo du SEN, favorisant du coup le clan du beau-père (Tahéré Ouédraogo a réussi à placer son fils Mahamoudou comme 1er suppléant). Le groupe du député Lassané Sawadogo ne s’avoue pas pour autant vaincu. Il a déposé sa liste pour les municipales, mais elle a très peu de chance d’être retenue, n’ayant pas l’aval du secrétariat exécutif. Dans le Sanmatenga, le député Sayouba Ouédraogo, malgré une bonne appréciation lors des primaires, a été déclassé. Le groupe de Raso et de Issiaka Isidore Ouédraogo, le très contesté maire de Boussouma, a réussi le tour de force de se positionner tête de liste. Dans le Kénédougou, l’ex-ministre Mariam Lamizana n’a pas eu l’onction du parti, bien que positionnée première lors des primaires.

Sa côte ne serait pas bonne, parait-il, auprès du véritable chef politique du parti dans la province, le richissime Djinguinaba Barro, président d’honneur de la FEDAP/BC. C’est dans le Kadiogo que le décalage se révèle abyssal entre les résultats des primaires et la décision finale des nouveaux faiseurs de roi. Le cercle restreint (dont le choix des membres a échappé même aux responsables du parti chargés des consultations électorales) qui a fait le choix des candidats a fait la part belle aux hommes de François. Le ministre Arthur Kafando qui est à l’aurore de sa vie politique a l’insigne honneur de conduire la liste de la capitale. Un autre fidèle, le Larlé naaba, est positionné 3ème alors que lors des primaires, il n’était même pas parmi les 20 premiers. Sa posture de porte-parole de fait du Moogho naaba aurait joué également en sa faveur. Il représenterait le pouvoir traditionnel de Ouagadougou.

Mais de plus en plus, il essuie des réprobations dans son propre milieu. Le cercle restreint pense toutefois que le Larlé naaba peut circonscrire les effets de « l’égarement » de Poé naaba à l’UPC. Zeph l’a pris comme joker dans la capitale. François Compaoré place donc ses billes de manière méthodique. Dans beaucoup de provinces également, ses hommes sont relativement bien placés sur les listes du parti. Certains sont assurés d’être élus, à l’instar du ministre des Mines, des Carrières et de l’Energie, Salif Kaboré, tête de liste dans sa province d’origine, le Kourritenga. Le MATDS Jérôme Bougouma conduira, lui, la liste du Zoundwéogo. Au passage, on a repêché Christian Bouda, le chef de Manga (1er suppléant) qui commençait à plonger politiquement dans sa province.

Même ceux qui étaient dans les profondeurs du classement lors des primaires du parti ont été bien positionnés. C’est le cas de Salam Dermé, placé 4ème sur la liste nationale tandis que l’ennemi de la FEDAP/BC, le maire de Nongre Massom, Zakaria Sawadogo, 4ème lors des primaires au Kadiogo, a été rétrocédé à la 10ème place sur la liste nationale. Le message est clair, s’il veut conserver ses chances d’être élu, il a intérêt à mouiller le maillot. Il ne doit perdre aucune voix dans son arrondissement. Le ministre Yacouba Barry, le plus conciliant des proches de Salif Diallo avec le nouveau clan dominant récolte également les fruits de sa bienveillance. De 8ème lors des primaires, il est ramené à la première place devant l’ex-représentant du Burkina Faso en Côte d’Ivoire, Boureima Badini. Dans le Houet, c’est le dauphin et beau-frère Alpha Yago qui est propulsé suppléant de l’ex-maire Alfred Sanou, 2ème sur la liste de la province après le ministre Soungalo Ouattara. Il n’est pas exclu qu’Alfred se retrouve ailleurs après les élections pour permettre au jeune loup de siéger.

Abdoulaye Ly

MUTATIONS N° 14 du 1er octobre 2012. Bimensuel burkinabé paraissant le 1er et le 15 du mois (contact : mutations.bf@gmail.com)


Listes CDP aux législatives : Les membres du SEN se font la part belle

Le Secrétaire exécutif du parti avait prévenu que les résultats des primaires étaient simplement indicatifs. Un comité allait se charger de déterminer définitivement les candidats du parti. Mais les « correctifs » attendus de ce comité ont viré à des « rectificatifs majeurs », sinon à des modifications pure et simple du choix de la base dans certaines provinces. Ceux qui se tirent d’affaire sont les membres du secrétariat exécutif national et les ministres. Les femmes et les députés sortants sont les victimes du recadrage.

Une logique a guidé les membres du comité restreint chargé de classer les nombreux prétendants : bien positionner les dirigeants du parti et les ministres du gouvernement d’abord. Ainsi, sur les 38 membres dont compte le SEN, ils sont 30 à figurer sur les listes. Treize sont même positionnés tête de liste dans leur province. Les quatre premiers sur la liste nationale sont tous du secrétariat exécutif national. Assimi Kouanda conduit la liste suivi de Naboho Kanidoua, Pauline Yago et Salam Dermé (les deux derniers cités étant jusque-là de parfaits inconnus de la scène politique nationale). Leurs suppléants sont également tous du SEN dont Anicet Ollo Pooda et Moïse Traoré. Sur cette liste nationale qui pourvoit 16 sièges, les membres du SEN occupent six places.

Achille Tapsoba et Jean Leonard Compaoré respectivement 7ème et 8ème sur cette liste doivent leur place à leur appartenance au club du SEN. Leur base respective du Kadiogo et de l’Oubritenga les avait rejetés lors des primaires organisées fin août. Ils conservent une chance d’être élus si le parti ne prend pas trop d’eau dans certaines provinces où il y a eu des remous comme le Sourou, le Sanmatenga, le Zandoma et même le Yatenga et le Kadiogo. Dans le fief de Salif Diallo, c’est le secrétaire chargé du contrôle et de la vérification du parti, Yacouba Barry qui est propulsé de la 8ème à la première place du classement. Identifié de plus en plus dans la province comme faisant partie du clan qui a terrassé Salif Diallo, son ex-mentor, Yacouba aura du mal à mobiliser tous les déçus du système.

Au Kadiogo, les membres du SEN ne sont que deux (François et Salifou Sawadogo). François a préféré laisser la tête de liste au ministre Kafando Arthur, natif de Ragnongo, un village devenu secteur de Ouagadougou à la faveur du nouveau découpage des arrondissements.

Du côté de l’exécutif, près de la moitié des ministres se retrouvent en lice pour les législatives. Ils sont 16 à solliciter les suffrages des Burkinabè le 2 décembre prochain dont 11 conduisent la liste du parti dans leur province. Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao est confirmé dans le Sanguié. Deux ministres seront tout de même en difficulté dans leur circonscription électorale où la compétition avec l’UPC et l’ADF/RDA promet d’être explosive. Il s’agit des ministres Jean Couldiaty dans la Tapoa et d’Abdoulaye Combary dans le Gourma. Tous les deux sont classés deuxième sur leur liste alors que l’UPC et l’ADF/RDA alignent de poids lourds comme tête de liste. Julien Couldiaty est tête de liste de l’UPC dans la Tapoa et le roi du Gulmu, le Koupiendiéli, portera l’étendard du « parti de l’éléphant » dans le Gourma.

Le porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré, aura également fort à faire dans la Comoé pour arracher le deuxième siège de la province. La député Makoura va défendre farouchement l’honneur du RDB qui a subi une saignée ces derniers mois avec la défection du maire de Banfora, Yacouba Soulama.
Les députés sortants ont subi également un revers. La nouvelle coalition en construction n’a plus besoin d’eux. Elle a besoin d’hommes neufs pour animer le « nouveau » système. Sur les 73 députés sortants, quinze seulement ont réussi à se placer sur les listes dont cinq sont tête de liste (Fatou Diendéré, Mélégué Taoré, Gisèle Guigma, Malakilo et Alexis Kaboré).

Il y a des députés qui sont placés suppléants comme la député originaire de Saaba, Eulalie Yerbanga.
Au niveau des femmes, ce n’est pas non plus reluisant. Sur l’ensemble des candidats (titulaires et suppléants), le parti a fait juste le service minimum (76 sur les 254) soit la barre des 30% exigés par la loi sur le quota genre. Quand on observe cependant, il n’y a que 27 qui ont été titularisées, soit 21%. Si on observe davantage, on se rend compte que les titularisées ne sont que cinq à conduire leur liste, à savoir Fatou dans le Passoré, Pascaline Tamini dans le Tuy, Alima de la CIL dans le Noumbiel, Catherine dans le Zandoma et Adèle Yéri dans le Poni. Dans le Kadiogo, la seule femme sur la liste, Benjamine Douamba, est classée 4ème. Dans le Houet, elles ne sont que deux et seule Sita Ouattara peut espérer tirer son épingle du jeu.

Abdoulaye Ly

MUTATIONS N° 14 du 1er octobre 2012. Bimensuel burkinabé paraissant le 1er et le 15 du mois (contact :mutations.bf@gmail.com)

Vos commentaires

  • Le 22 octobre 2012 à 05:19, par Bouglass En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    Merci pour cet article qui a su faire le tour de la question. C’est encore la preuve du sérieux et du professionnalisme de votre journal. Du courage et maintenez ce cap.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 06:48, par democrate En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    CONTINUEZ A REJETER LES OPINIONS DES HOMMES LIBBRES !!!
    FASONET.BF, je ne t’ai pas connu ainsi.

    BON VENT A LA LIBERTE DE PAROLE ET D’OPINION

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 07:12, par Issouf Savadogo En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    Que le CDP rest un parti politique peut etre familial mais jamais un parti national nous n’aurons rien a avoir avec un transfer de direction de frere a frere, peut etre de pere a fils ou fille. Que cela ne se manifeste en aucune seconde lors du changement attendu au niveau du pouvoir d’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 09:21, par ernersto En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    Bof, on s’en fout . Il place qui il veut, ça c’est son problème.
    On attend juste qu’il essaie de se placer lui même où on sait. Là, il essuiera un cuisant échec lui et sa bande.
    Ras le bol de ses articles à la con qui ne parlent que de lui.

    Attention Mr le Webmaster : Pas de censure SVP !

    Répondre à ce message

    • Le 22 novembre 2012 à 16:09, par Confusion En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

      Remarque : toi aussi tu parles de lui :) !

      je voudrais que tu gardes en vue que c’est pas sur la base de subjectivités, d’affinités, .... que l’on devient ce que tu sais :) . qu’il y’a des mécanismes que nous avons tous établis ensemble qui s’applique à tous les burkinabés ! et cela sans exception. ON EST TOUS D’ACCORD AVEC ÇA. OK !

      tu t’imagine si tu ne dois pas passé par le goudron parceque ta tête ne me plait pas, ou que je t’ai trop vue, ou une autre connerie de ce genre ? on obtient koi ?

      ok, si ca c’est claire. si c’est vrai pour toi, alors c’est vrai pour tout les burkinabé, sous réserve de certaines conditions !

      je t’invite dans le débat, a ne pas rejeter mais a proposer mieux. c’est le seul sens de progression.
      merci.

      Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 09:39, par unouagalais En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    bof ! qu’il positionne ses gars ou pas, c’est le début de la fin pour l cdp

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 10:17, par GO En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    Oui, si ce monsieur sait ce qu’il a fait du mal à notre pays, il allait tranquillement se cacher et faire disparaître les mauvais souvenir.
    Aujourd’hui, c’est lui qui a monopolisé la rtb pour des actions croyant avoir des points. S’il croit que c’est en parvenant au pouvoir qu’il va se protéger et protéger son frère, il a tiré à côté. Beaucoup aussi ont aimer leur proches qui ont eu des problèmes avec ce régime et le Burkina doit bien rompre avec ce système qui a causer bien de tors au peuple.
    - On a pas du pétrole, mais on a Blaise et l’essence augmente,des problèmes avec le gaz, la corruption qui grandi et lui même trouve que c’est un phénomène mondial, des crimes impunis, de petits salariés qui ont des réalisations faramineux sans crainte...
    On laisse le peuple dans l’extrême pauvreté pour mieux profiter d’eux. Oui, vous voulez nous racheter avec nos milliards ?
    ça ne marchera pas. C’est la fin de ce système et vous verrez le bien que ce changement va faire à notre pays. On nous dit que des ressortissants du Burkina au USA soutiennent sa candidature. Pourquoi ont -ils fuit le pays ??? C’est bien une idée de nos diplômantes de là bas. Même deux personnes réuni, on trouvera moyen de faire passer un écris et gonfler la chose.
    Il faut au Burkina, la personne qui va nous donner le maximum avec le peu de ressource du pays. Pas continuer avec un système pourri qui ne peut plus rien contrôler.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 10:23 En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    Que l’opposition se reveille reellement !

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 11:42, par SAMBA En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    QUE L’OPPOSITION BURKINABE, JE DIS BIEN OPPOSITION ET NON EN POSITION QUAND ON EST ACCULE, PROFITE DE LA CRISE AU SEIN DU PARTIE GRAND POUR SE TAILLER UNE GRANDE PART DU GATEAU DE L’ASSEMBLEE...

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 11:55, par ASSANE En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    C EST SON PLEIN DROIT DE PREPARER SON TERRAIN POUR SUCCEDER A SON FRERE. MAIS LE DERNIER MOT REVIENT AU PEUPLE BURKINABE. NOUS AVONS ASSEZ SOUFFERT AVEC LE GRAND FRERE ET POUR CELA, JE PENSE LE BURKINA FASO MERITENT DES DIRIGEANTS DIGNES ET INTEGRES. QU IL AILLE SE CHERCHER A AILLEURS. IL TRES TOT POUR QUE LE PEUPLE OUBLIE CERTAINES PHASES DE SON HISTOIRE. TOT OU TARD, CHACUN PAYERA DE SES ACTES. DIEU NE DORT PAS.

    Répondre à ce message

    • Le 27 octobre 2012 à 11:59, par le jeune citoyen En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

      Ce que vous ignorer est que si les gens protestent contre la candidature de françois,ce n’est parce qu’ils ignorent que c’est eux qui choisirons le futur président.Le seul recours est une protestation publique car si on doit laisser le libre choix au citoyens c’est sur qu’il passera.Ceux qui le voteront massivement sont certainement nos grand parent au village et nos cousins analphabètes qui se laisseront corrompre par les cadeaux du parti au pouvoir.Nos parents campagnards ne comprennent rien de ce qui se passent à Ouaga. Ils n’y voient que du feu.Faites un tour au village pour les entendre raisonner et vous comprendrez pourquoi le cdp fait des scores éloquent lors des élections.J’ai sillonné quelques localités pendant l’enrôlement biométrique et je sais de quoi je parle

      Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 12:59 En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    MON FRERE TU AS RAISON IL N’EST PAS CONNU VOUS LAISSER LES JEUNES QUI SONT POPULAIRE ET VOUS FAITES TOUT POUR EN CREER D’AUTRE QUI NE SONT PAS APPRECIER.
    QU’EST CE QU’IL A BIEN PU FAIRE POUR MERITE LE SEN DU CDP. J’OUBLIAI, C’est le SEN DE FANCOIS COMPAORE QUI DICTE SA LOI.
    DE GRACE FAIT UN SONDAGE

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 13:47, par Panong-Golongo En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    Eh !!! Naboho et Pascaline allez-y dire à la femme du Passoré ke ça fè longtemps kel è là ! Même si long môgô est là il faut rougir l’oeil pour le lui dire comme vous l’avez fait chez Sanran teint clair.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 15:15 En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    n’importe quoi

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 16:11, par Decisionel En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    Que voulez à la fin ? vous aussi placer vos hommes et laisser ce monsieur faire son job. si il veut, il ses femmes et ses enfants c’est quoi qui vous regarde ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2012 à 16:49, par Tête matou En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    Rectification , je vis à new york etje ne suis au courant de se soutien des burkinabé vivant à new york pour la candidature de François comparé ,sait un groupe de mandant qui cherche à mange à faisant passe ses genre de bêtises . Nous burkinabé vivant à new york souhaite un Burkina émergent , les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. Quant au soutient à un candidat pour les présidentiel nais pas notre priorité , nous prions à nous sur dépasse à. Mieux gagné notre vie en travaille et a contribué à la construction de notre chère patrie .

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2012 à 19:08, par l’autre En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    merci, pour cette analyse.
    mais bien vérifier le prénom du maire de banfora, il s’agit de Souleymane et non Yacouba

    merci

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2012 à 12:23, par GAROU BF En réponse à : Listes CDP aux législatives : François place ses hommes

    vous parterniser l’or du peuple qui est toute nos richesse minière François ,rendez l’or au peuple et rendez vous à la justice , cela peut calmer un peu nos esprit , la justice divine et celle du peuple vous attend tous

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Assemblée nationale : La 7e Législature rend hommage à trois députés décédés
Burkina Faso : « Il faut une réconciliation au niveau de l’armée. Ce n’est pas l’armée qu’on a connue sous Blaise Compaoré », Me Hermann Yaméogo
« Roch Kaboré a réhabilité Thomas Sankara sur tous les plans, la réconciliation est en marche », Me Bénéwendé Sankara
Législatives 2020 : Le tribunal administratif invalide les listes nationales de certains partis suite à une plainte du Mouvement SENS
Politique : L’Alliance pour la défense de la patrie veut barrer la route aux troisièmes mandats
Promesse de réconciliation nationale de Roch Kaboré : « Cette simple question ne suffit pas pour nous appâter », rétorque Achille Tapsoba, vice-président du CDP
Affaire Sankara : Ça avance au Burkina, ça traine en France
Volonté du président Roch Kabore à aller à la réconciliation : L’opposition politique n’y croit pas
Législatives de 2020 au Burkina : Le tribunal administratif s’est déclaré incompétent dans le dossier UPC contre CDP
Elections législatives 2020 au Burkina : Le NDI coache des femmes candidates du Nord
Elections couplées de 2020 au Burkina : L’UPC forme ses commissaires
Recours contre des articles modificatifs du code électoral : Le Conseil constitutionnel le déclare irrecevable
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés