Carnet de voyage - Village de Kogelo : En attendant Obama

jeudi 18 octobre 2012 à 23h48min

Kogelo, le village kenyan qui a vu la naissance du père du président américain, Barack Obama, suscite l’attention et la curiosité depuis le triomphe de celui-ci en novembre 2008. L’effervescence a été totale au Kenya, principalement dans ce village. Quatre ans après, la fièvre règne-t-elle encore à Kogelo ? Constat.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Carnet de voyage - Village de Kogelo : En attendant Obama

Mercredi 3 octobre 2012, nous voici en route vers Kogelo, localité située à environ 60 kms de Kisumu, dans l’Ouest du Kenya. Le temps est beau, l’air doux, 15° de moyenne. Le bitume sur lequel nous roulons est récent. La voie asphaltée serpente les nombreuses collines qui constituent l’essentiel du paysage kenyan. Le bitumage est toujours en cours et l’on glisse facilement sur la voie lisse et épaisse. Voie royale ou présidentielle ? Elle est à même d’être empruntée par un président. La zone vit sa petite saison pluvieuse (octobre à décembre). La verdure est abondante. Les arbustes fleuris souhaitent la bienvenue aux visiteurs.

Après avoir avalé une cinquantaine de kilomètres depuis la ville de Kisumu, nous arrivons à la lisière d’un cours d’eau qui coule des flancs d’une colline. L’eau descend en cascades du monticule. Point d’arrêt pour l’asphalte. La route se poursuit néanmoins avec un autre habillage, jaunâtre celui-là. Des travailleurs s’affairent à construire un pont sur le cours d’eau. Un panneau indique la déviation obligatoire à tout usager de la route. D’épaisses barres d’acier sont entassées à proximité du ravin. Quelques mètres après le détour, se présente à nouveau la route goudronnée. Le voyageur aperçoit çà et là de jeunes bergers derrière les troupeaux, signes annonciateurs d’un village proche. Puis les premières maisons se profilent à l’horizon. Des habitations faites de terre battue ou de matériaux définitifs sont essaimées de part et d’autre de la chaussée.

Certaines, nouvellement bâties et peintes en jaune ou en blanc reflètent la modernité. « C’est ici Kogelo », lance notre guide du jour, Winston Mbanda, un connaisseur de la localité travaillant à Kisumu, la capitale régionale. L’endroit est calme. « MAMA SARAH OBAMA’S ROAD », lit-on sur un panneau planté en bordure de la route pour indiquer où habite la grand-mère paternelle du président américain appelée affectueusement « Mama Sarah ». La route qui mène à son domicile est nouvellement construite et large pour honorer la famille de l’ancien sénateur de l’Illinois en compétition pour un second mandat à la Maison blanche, le 6 novembre prochain. « Voyez-vous, le bitume, l’électricité ? Il y a cinq ans, cela n’existait pas. C’était un vieux village perdu dans la brousse », raconte Winston Mbanda.

Mama Obama sous protection policière

Kogelo est en transformation, affirme notre compagnon de route. Depuis l’élection de Barack Obama, Kogelo a subi un changement. Le village est connecté au réseau électrique, des boutiques et des hôtels ont poussé. « La grand-mère de Barack Obama est sous protection policière et on ne peut plus la voir n’importe comment. Il faut avoir absolument un rendez-vous », confie M. Mbanda.

Kogelo, hier, un village kényan parmi tant d’autres se modernise de jour en jour. Mais les conditions de vie des habitants ont-elles véritablement changé ? « Bien sûr ; avec l’électrification du village, les boutiques et les maquis se sont implantées ; le commerce s’est développé. Il y a beaucoup de facilités et ceux qui ont su saisir cette opportunité ont pu changer leurs conditions de vie. Mais ceux qui attendent qu’on vienne leur distribuer de l’argent, mourront pauvres », répond Winston Mbanda. Et Nekoye Otsyula, un agent du district sanitaire de Kombewa, situé non loin de la zone, confirme les propos de M. Mbanda. « Les conditions de vie se sont améliorées dans ce village, mais ce n’est pas pour autant que la pauvreté a disparu. La classe moyenne va mieux profiter de l’électrification, de la route, mais pour ceux qui étaient pauvres, ce n’est pas certain qu’ils en profiteront », dit-elle.

Nombreux sont ceux qui reconnaissent que le village de la famille Obama a subi de profondes transformations officiellement, grâce aux efforts du gouvernement kenyan. « Le village suscite et suscitera toujours un intérêt pour les étrangers, notamment les Américains, aussi longtemps que Obama restera à la Maison Blanche », déclare le chargé de l’éducation et de l’information au ministère kenyan de la Culture, Ndua Chege, dans un entretien à l’Agence de presse africaine (APA). Il a même révélé que le village accueillait en 2009, 2 000 touristes américains. Selon des témoignages recueillis sur place, la localité fait l’objet de plus d’attention et beaucoup de gens font le voyage de Kogelo pour mieux connaître la culture Luo ou rencontrer Mama Obama.

Barack Obama est-il derrière ce changement ? Les sources ne confirment pas cette hypothèse. « Ce que je sais c’est que le gouvernement kényan joue le principal rôle dans ces travaux. Outre la route qui mène à Kogelo, d’autres axes de la province de Nyanza sont en train de recevoir du bitume », indique M. Mbanda.

Le projet de bitumage ne s’arrête pas à Kogelo, il se prolonge jusqu’au siège du comté qui est Siaya. Selon les prévisions, dans quelques jours, le village sera relié par bitume à cette ville qui dispose déjà de voies asphaltées même si elles sont en état de dégradation avancée par endroits. Nombreux sont, en effet, les nids de poules qui jonchent l’artère menant au district sanitaire de cette division territoriale dont relève Kogelo. Les retombées de la renommée du sénateur devenu président sont visibles et palpables dans la localité. Beaucoup d’édifices et bien d’autres objets portent d’ailleurs fièrement son nom, même les rochers : “Senator Barack Obama School”, “Obama’s rock”…. D’autres localités de la province de Nyanza, l’une des sept provinces du Kenya bénéficient de ces retombées, notamment le bitumage des voies.

En attendant « Air force One »

Située au Nord-Est du lac Victoria, la province est principalement peuplée de Luo, l’ethnie du père de Barack Obama, feu Hussein Obama, décédé dans un accident de la route, en 1982 à Nairobi. Son chef-lieu est Kisumu.
La transformation se fait remarquer également à Kisumu, la principale grande ville de la région. De grands travaux sont entrepris pour agrandir l’artère qui conduit à l’aéroport. Des bulldozers sont en action tandis que des camions chargés de matériaux de construction divers font des va-et-vient. Les arbres situés en bordure de chaussée ont été terrassés en attendant le bitume. L’aéroport de Kisumu qui, selon les témoignages, était juste une petite aérogare est baptisé aéroport international et capable d’accueillir de gros porteurs.

Il connaît d’ailleurs des travaux d’extension. Des dizaines de travailleurs avec de gros engins sont à pied d’œuvre pour faire de l’aéroport de Kisumu, l’un des aéroports de standing véritablement international du Kenya. Obama a-t-il financé tous ces travaux ou est-ce un projet du gouvernement kenyan conçu depuis longtemps pour la région ? Des sources indiquent qu’il pourrait s’agir d’une coïncidence d’un projet gouvernemental kenyan avec la présidence d’Obama. Vrai ou faux ?

Les Kenyans sont, en tous les cas, fiers d’avoir « leur fils » à la présidence des Etats-Unis d’Amérique. Beaucoup attendent d’ailleurs sa venue s’il obtient à nouveau l’onction populaire pour rester à la White House. « Certains politiciens affirment que l’aéroport international de Kisumu accueillera bientôt Air force One, l’avion du président américain et nous sommes toujours dans l’attente », avoue Winston Mbanda, avec un large sourire. Pour le moment, Barack Obama se fait attendre dans son Kenya d’origine. Depuis son arrivée en 2008 à la Maison Blanche, les Kenyans attendent sa visite. Son dernier séjour à Nairobi date de l’époque où il était sénateur de l’Illinois, en 2006.

Enok KINDO de retour du Kenya

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 octobre 2012 à 10:11, par Conscience du faso
    En réponse à : Carnet de voyage - Village de Kogelo : En attendant Obama

    Vivement qu’il soit réélu et ses parents du Kenya le verront avec Air Force One car ce sera son dernier mandat. Pour le moment ils sont sur la bonne voie, de par le nom d’Obama pour faire accroitre le secteur du tourisme dans la localité. Par la grâce de Dieu, si Obama est élu encore, c’est sûr qu’il sera au Kenya avant la fin de son second mandat. C’est certain !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés