Route Dédougou – Nouna - frontière du Mali : Colère des travailleurs de l’entreprise ATP

jeudi 18 octobre 2012 à 00h02min

Les travaux de construction de la route Dédougou – Nouna - frontière du Mali, notamment le tronçon Dédougou - Nouna dont les travaux sont exécutés par l’entreprise ATP, sont pratiquement à l’arrêt depuis début octobre. En effet, cette situation serait la conséquence immédiate du bras de fer qui oppose les employés et les responsables de l’entreprise sur les conditions de travail et de vie sur le chantier.

Selon les informations qui nous ont été rapportées, ces travailleurs qui sont principalement les nationaux réclament plusieurs mois de salaires impayés et tous les avantages liés à leur fonction d’employés au même titre que leurs collègues étrangers. Entre autres, la sécurité sociale, le payement des heures supplémentaires et des différentes primes.

Aussi, les grévistes souhaitent le relèvement de leurs salaires au même niveau que celui de leurs collègues étrangers. Toutes les tentatives de négociations avec les responsables de l’entreprise ont jusque-là été vouées à l’échec. Et les grévistes comptent poursuivre la lutte jusqu’à ce que leurs préoccupations soient prises en compte. C’est ainsi qu’ils ont été reçus le 16 octobre dernier, par le gouverneur de la région qui était entouré pour l’occasion par le directeur régional de l’Emploi, de la Jeunesse et de la Formation professionnelle, du directeur régional de l’Agence national de l’emploi et de certains responsables de la société civile.

Ces échanges qui ont duré environ une heure et demie ont permis au premier responsable de la région de se rendre compte de l’ampleur de la situation. Séance tenante, il a pris l’engagement de rencontrer les responsables de l’entreprise ATP dans les tous prochains jours.

L’Express du Faso

Messages

  • Quand on confie la construction d’une si importante infrastructure à un grossiste de riz, voilà ce qui arrive. Allez-y voir l’avenue 56 et vous comprendrez que le pire est à venir. Ce régime-là va savoir un jour qui a mis l’eau dans coco. Des dealers rien que des dealers et le MCA s’est laissé aussi berné.

  • Thom Sank,
    Tu as raison au lieu de vendre son mouhy, il se met à construire des rourtes. Je suis interloqué que le MCA ait attribué un tel marché à une entreprise qui pour seule expérience averée que l’avenue 56 (route de sankaryaaré) pour l’exécution de tels travaux.

  • C’est un nouveau dans le domaine donc les erreurs sont inevitables, mais si le MCA lui a accorde le marche, c’est bien parce qu’il doit le meriter....

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés