Médecine traditionnelle : Le Burkina fait foi aux savoirs ancestraux

mercredi 17 octobre 2012 à 01h51min

Le Burkina Faso a commémoré le 12 octobre 2012, à Ouagadougou, la 10e Journée africaine de la médecine traditionnelle. A l’occasion, des prix et des distinctions ont été décernés à plusieurs personnalités qui ont œuvré dans la promotion du savoir médical traditionnel.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Médecine traditionnelle : Le Burkina fait foi aux savoirs ancestraux

La Journée africaine de la médecine traditionnelle, a été commémorée pour la dixième fois consécutive le 12 octobre 2012 à Ouagadougou par le Burkina Faso. Placée cette année sous le thème : « Une décennie de la médecine traditionnelle : pour quel impact ? », cette journée marque également la fin de la 1ère Semaine des savoirs traditionnels (SMT). Le ministre de la Santé, Pr Adama Traoré a indiqué : « la médicinale traditionnelle nous concerne tous, et peu nombreux sont ceux d’entre nous, qui peuvent affirmer aujourd’hui n’avoir jamais eu recours à ce savoir médical traditionnel ». Il a également fait remarquer que la médecine traditionnelle ne rime pas forcément avec archaïsme.

A ses yeux, elle est même un ‘’terrain fertile’’ pour l’innovation scientifique, technique et économique. Cette dixième journée a aussi été l’occasion de faire le bilan des dix dernières années de l’engagement politique de l’Afrique dans la promotion et la valorisation du patrimoine thérapeutique traditionnel. A cet effet, le ministre Traoré a mentionné qu’au Burkina Faso, des actions concrètes ont été menées en vue de mettre en application cet engagement politique. Parmi celles-ci, il a cité la prise en compte de la médecine traditionnelle dans le Plan national de développement sanitaire, la création de la direction de la pharmacopée traditionnelle depuis 2002, le renforcement des capacités des traditpraticiens.

La représentante- résidente de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au Burkina Faso, le Dr Djamila Cabral a souligné que c’est en 2000 que son organisation a décidé d’intégrer la médecine traditionnelle dans le système de santé. Elle a précisé que de nombreux progrès ont été réalisés, même s’il reste encore aujourd’hui des pans importants à franchir dans le domaine de la recherche pour trouver véritablement la place de la médecine traditionnelle dans le système de santé afin qu’elle puisse exercer son vrai rôle.

Des défis à relever

Nonobstant ces efforts, plusieurs défis restent à relever, selon le professeur Adama Traoré. Il s’agit notamment de l’insuffisance de financement et la construction d’un centre de référence. Le Secrétaire général (SG) de l’Association nationale des acteurs de la médecine et de la pharmacopée traditionnelle du Burkina Faso, Tibo Jean-Marie Compaoré a sollicité un fonds d’appui aux activités de la médecine traditionnelle et la représentation des tradipraticiens au sénat, au Conseil économique et social (CES). Il a en outre souhaité l’érection d’un ministère délégué à la médecine traditionnelle qui prendra en compte toutes les questions liées à leurs activités. « Si nous avons un ministère qui s’occupe de la médecine traditionnelle, nous sommes sûrs que les choses iront mieux. Si nous sommes au CES, cela contribuera à faire connaître notre structure », a affirmé le SG Compaoré. Venu présider la cérémonie, le chef du gouvernement, Beyon Luc Adolphe Tiao a assuré que les doléances des tradipraticiens seront examinées avec la plus grande attention possible.

Mais en attendant, le ministre de la Santé a souligné que c’est pour marquer la volonté politique qui sous-tend le développement de la médecine, que plusieurs personnalités travaillant dans le domaine ont reçu des prix et des décorations. Il a été décerné le prix du président du Faso pour l’innovation et la recherche d’une valeur de 600 000 F CFA qui a été attribué au professeur Mamadou Koumaré du Mali, un chercheur de renom qui s’investit depuis des décennies dans le domaine de la pharmacopée et de la médecine traditionnelle. Sept personnes ont de leur côté, reçu des prix dont les montants varient entre 250 000 à 600 000 FCFA, en reconnaissance de leurs efforts en faveur de la médecine traditionnelle. Aussi, 12 personnalités ont été décorées de médailles d’officier, de chevalier de l’Ordre national et dans celui du mérite.

K. Anselme KAMBIRE et Alassane KABORE
(Stagiaire)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés