Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

mercredi 17 octobre 2012 à 01h53min

Partis politiques, société civile, citoyens lambda, ils étaient quelques centaines à répondre présents à l’appel du comité national d’organisation de la cérémonie commémorative du 15 octobre 2012 au cimetière de Dagnoën. Dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe de Thomas Sankara et celles de ses 12 compagnons d’infortunes, lecture du message de la veuve Mariam ont constitué les temps forts de la cérémonie commémorative. Plus tôt dans la matinée, le collectif des avocats, des représentants de la société civile burkinabè et française, des représentants des députés du groupe ADJ (Alternance Démocratie Justice) et une représentante du parti communiste français ont animé une conférence de presse sur la nouvelle stratégie adoptée pour que la lumière soit sur la disparition de l’homme du CNR.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

15 octobre 1987-15 octobre 2012, voilà 25 ans que la capitaine Thomas Sankara, l’homme du conseil national de la révolution burkinabè a tiré sa révérence. Mais, l’homme continue d’être populaire. « Thomas Sankara, un idéal immortel », c’est sous ce thème que les sankaristes (partis politiques, société civile) ont célébré ce 25e anniversaire. Un quart de siècle après, « sa pensée reste d’actualité », rappelle le président du comité national d’organisation de la cérémonie commémorative, Jonas Hien. Dans l’« unité », les partis politiques sankaristes du Burkina ainsi que des représentants de la société civile ont marqué ce 15 octobre en déposant des gerbes de fleurs sur la tombe de leur idole et celles de ses 12 camarades qui reposent depuis lors au cimetière de Dagnoën à Ouagadougou.

Dans un discours très applaudi, le président du comité d’organisation a appelé les partis d’obédience sankariste à l’unité. « Si nous ne voulons pas continuer à nous apitoyer sur notre sort, nous avons intérêt à aller à l’unité, seule gage du devenir du sankarisme », a-t-il lancé. Reste à savoir si cet appel sera entendu. En tout cas, ce ne sera pas pour les élections couplées du 02 décembre prochain. Pourtant, « nous devons faire en sorte que le président Thomas Sankara soit encore et toujours vivant, non seulement par notre détermination plus prononcée à faire rayonner son idéal à travers le monde, mais aussi à travers notre unité d’action », a soutenu Jonas Hien, président de la fondation Thomas Sankara, par ailleurs président du comité national d’organisation du 15 octobre 2012. Ainsi donc, il exhorte les responsables des partis sankaristes à « à se retrouver, à dialoguer, à faire des concessions, des sacrifices, à penser à la veuve et aux enfants de Thomas Sankara, aux veuves et enfants de ses compagnons d’infortunes afin de consolider l’action sankariste dans l’unité ».

Mariam Sankara a envoyé un message au comité d’organisation à l’occasion de cette journée. Un message dans lequel, elle fustige le pouvoir actuel et demande au peuple burkinabè à poursuivre la lutte pour que vérité éclate sur la mort de son époux.

La célébration de ce 25e anniversaire a connu la présence remarquée de représentants de la société civile française avec des inconditionnels de Sankara tel que Bruno Jaffret, auteur d’une biographie de Thomas Sankara. Au titre du front de gauche, la responsable Afrique du parti communiste français, Sylvie Jan était aux côtés des Burkinabè pour commémorer ce 15 octobre.

Plus tôt dans la matinée, une conférence de presse a eu lieu au centre national de presse Norbert Zongo pour faire le point de l’évolution de la partie judiciaire de l’affaire Sankara et présenter la nouvelle stratégie de lutte pour l’aboutissement du dossier. Les partis politiques et la société s’associent pour mener le combat. La société civile a initié une campagne de pétition pour recueillir 10 000 signatures pour « réclamer justice pour Thomas Sankara, justice pour l’Afrique ». Ce texte a déjà dépassé 100 000 signatures (www.thomassankara.net/spip?article866). Par ailleurs, ils appellent les « journalistes à se lancer dans des investigations, les historiens à se lancer dans de nouvelles recherches, les documentaristes à produire de nouveaux films, afin que l’on arrive à connaître toute la vérité sur l’assassinat de Thomas Sankara ».

Pour appuyer cette action, une demande de commission d’enquête parlementaire a été déposée à l’assemblée nationale française par le front de gauche ce mois d’octobre 2012. Elle l’avait déjà été l’an dernier par le groupe des verts qui soutient à nouveau cette démarche. « Dans cette histoire, il y a de façon probable l’implication de la France mais pour savoir exactement ce qui s’est passé, il faut mener une enquête au plus haut niveau dans les meilleures conditions », soutient Sylvie Jan, député française représentant le front de gauche à cette conférence de presse. Pour réussir ce pari, « nous avons besoin du soutien des députés burkinabè (…) car, ce n’est pas seulement une question de justice pour Sankara, pour le peuple burkinabè, c’est aussi une question de dignité pour la France puisque notre passé doit être connu, analysé, pour tirer les enseignements et pour construire pleinement des rapports nouveaux », ajoute Sylvie Jan.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 octobre 2012 à 17:11, par GO
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

    Ce qui est sur, si Sankara avait fait une vingtaine d’année au pouvoir, l’Afrique allait avoir un niveau raisonnable de développement. Oui, l’impérialisme et ses amis l’on éliminer et laissant toujours le peuple
    dans la misère.
    Mais Sankara a pourtant ouvert les yeux du peuple pour les permettre de continuer la lutte. Quand on veut une vie meilleure et juste, c’est par le combat que cela peu marcher.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2012 à 18:07, par la verité
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

    sankara ceux qui t on tué mouront aussi un jour d ailleur d autres sont deja morts.mais pour nous tu n est pas mort.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2012 à 20:39
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

    Pourquoi ce Monsieur a été tué ? Pourquoi ? Dites - moi pourquoi ? Est-ce que ce Monsieur là méritait ce sort ? Je pense que Thomas Sankara a été un don de DIEU pour le Burkina Faso et pour l’Afrique. Malheureusement. Hélas !!!

    Très Cher PRÉSIDENT, Beaucoup de jeunes comme moi ne t’ont pas connu ; mais nous avons été mis au courant de ce que tu étais et de ce que tu as fait pour la Nation. Nous te sommes grandement reconnaissant. Ton nom traversera des siècles, mais ne prendra pas de ride. Nous ne t’oublierons jamais. Nos enfants ne t’oublieront jamais malgré qu’il n’y a pas de monument dans ce pays qui puisse te rappeler. Malgré que tu sois actuellement auprès du PERE CREATEUR, tu continues à faire la fierté de notre Pays à l’étranger.
    Nous demandons pardon au BON DIEU pour n’avoir pas su exploiter tes qualités, et prions pour le repos de ton âme. QUE DIEU BENISSE LE BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

    • Le 17 octobre 2012 à 00:29
      En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

      Justement vous qui n’avez pas connu Sankara, ne saurez peut-être jamais qu’il n’est pas aussi saint que les discours actuels le laissent croire. Il y a comme une amnésie collective ou une omerta décrétée sur les crimes et autres violations massives des libertés individuelles et collectives de son régime. Vous n’en saurez peut-être jamais rien, parce que les victimes de cette époque ont adhéré au pardon. Mais de grâce, ayez un peu de respect pour toutes ces personnes.

      Répondre à ce message

      • Le 17 octobre 2012 à 12:33, par Le Puritain
        En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

        Personne n’a jamais dit que Sankara est un saint. Il est un Homme ayant des qualités et des défauts comme vous et moi. Il a commis des erreurs certes tout comme l’actuel régime avec ses crimes économiques de sang. On lui reconnait sa vision qu’il avait pour le développement du Faso et de l’Afrique. On serait très loin si Sankara avait fait ne serait-ce que 10 ans de pouvoir. Même si on n’aime pas le lièvre il faut reconnaître qu’il court vite.

        Répondre à ce message

      • Le 17 octobre 2012 à 18:39, par DHM
        En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

        Je comprends ce que vous appelez "crimes et autres violations massives des libertés individuelles et collectives de son régime" :
        Libertés individuelles pour vous c’est quand il vous empêchait de boire tranquillement votre bière et manger votre porc au four aux heures de services (10h)et liberté collectives, c’est quand il vous empêchait de vous retrouver entre amis en boite de nuit pour boire votre champagne pour ne pas être en mesure de travailler le lendemain. On ne peut pas perdre tous ces privilèges et aimer ce empêcheur de tourner en rond. Je vous comprends mon frère !

        Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2012 à 21:14, par ouvre l’oeil
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

    tôt ou tard la vérité jaillira. SANKARA ton nom restera eternelemnt graver dans les mémoires. je sens que ceux qui t’ont assassiné ont peur. oui peur de quitter le pouvoir parce que l’histoire leur rattrapera.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2012 à 21:16, par y’en a marre de vous
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

    faites pardon et tourner cette page. On peut plus respirer avec cette histoire de thomas sankara. Faites comme lui si vous en avez le courage et laisser les morts en paix.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2012 à 21:37, par abdoul
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

    Hommage au président sankara et à ceux qui sont tombés à ses cotés le 15 octobre 1987.Cet homme a réussi son pari : il a su mener une vie utile pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre 2012 à 23:19
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

    slt et desoler pour le retard, moi je m’attaque au soit disan party sankariste. vous criee sur touts les toie que vous commemaurer se ci se la et regarder dans qu’el etat est sa tombe. Les dirigant des parties sankariste sont des millionaire et pourtant la tombe de celui qu’ils utilisent comme ideal est delabre. Il ne faut rien attendre de cet etat ou de ce gouvernement la en se qui conserne la renovation de sa tombe, sa veuve et ses enfant sont a l’exterieure il vous revient donc de treouver des voiex et moyen afin de bien arrenger sa tombe et de lui dedier au minimum un monument digne de son nom et a sa hauteur. Quant je voi sa vraiment sa me fait pitier moi je l’ai pas connu par ce que nee apres 1987 mais j’ais entendu parler de lui alors render lui un hommage digne de ce nom la.
    Le Papy

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2012 à 00:35
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

    Pendant le règne du tout-puissant sankara et sa horde de cdr (de véritables escadrons de la mort institutionnalisés), je n’étais pas toujours d’accord avec lui, mais je ne pouvais pas broncher. Ceux qui ont vécu cette période savent ce que je risquais si jamais je m’hasardais à manifester, de quelque façon que ce soit, ma désapprobation.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2012 à 01:22, par lyui
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

    President Tom Samk, repose en paix, tu as fait ce que tu as pu...les voltaïques vont se débrouiller pour le reste...Webmaster, ce message est cette fois soft donc pardon laisser passer.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2012 à 00:02, par LPT
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : 25 ans après, la mobilisation continue

    M. l’anonyme, si vous ne le saviez pas encore, sachez dès lors et pour la postérité que l’actuel président du Faso était le très influent N°2 de la Révolution et gérait en outre le Ministère en charge de la Défense. Ne serait-il pas alors au courant de vos prétendus escadrons da la mort ?
    Ensuite, sachez que vingt cinq (25) ans après l’assassinat de Thom Sank, l’ex N°2 reste toujours président du Faso. Et durant tout ce temps, vous qui semblez recouvrez la liberté après la disparition de votre prétendu bourreau, vous continuez de vous exprimez sous anonymat en vous dissimulant de peur que vous soyez reconnus. Quel paradoxe de liberté retrouvée ! Merci pour votre incohérence et votre haine viscérale contre l’un des plus grands Héros reconnus d’Afrique.
    Et Paix à son âme.
    LPT

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés