Exclusion d’étudiants Koudougoulais des universités : Jusqu’où ira la fermeté ?

lundi 8 octobre 2012 à 13h07min

La nouvelle est tombée raide comme un couperet le 3 octobre 2012. L’administration de l’université de Koudougou a pris, à l’issue d’un conseil de discipline tenu la veille, de lourdes sanctions, dont 6 exclusions définitives de l’enseignement supérieur privé et public du Burkina Faso, contre des militants de l’Association nationale des Etudiants du Burkina (ANEB). Ces mesures, particulièrement sévères, ont été prises suite, entre autres, à des actes de violences (séquestration d’un enseignant et agression d’étudiants) perpétrés par des membres de l’ANEB-Koudougou. Maintenant que va-t-il se passer ?

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Exclusion d’étudiants Koudougoulais des universités : Jusqu’où ira la fermeté ?

Logiquement, c’est la question que l’on est en droit de se poser, surtout pour qui connaît la capacité de réaction des militants de l’ANEB de la cité du cavalier rouge. Déjà, au lendemain de l’annonce de la prise des sanctions, l’ANEB a tenu un meeting pour protester contre les décisions du conseil de discipline, et d’ailleurs, ce sont les membres du même syndicat avec à leur tête Francis Nikièma (il est également frappé par la présente mesure d’exclusion) qui ont été le fer de lance du mouvement des élèves et étudiants de Koudougou lors de l’affaire Justin Zongo en 2011. Apparemment, sur ce coup-ci, le président de l’université de Koudougou, le professeur Bila Gérard Segda se veut plus que jamais ferme. Au fond, s’il ne s’agit là que de mesures dissuasives, l’on peut dire que le professeur est allé trop loin. Mais, s’il est vraiment au sérieux, sûrement il a eu la main lourde. Ce qui, évidemment suscite un certain nombre d’interrogations. Le contexte, avec notamment les préparatifs de la fête du 11 décembre 2012 à Koudougou, s’y prête t-il ? Pas si sûr.

Deuxième préoccupation : le président de l’UK a-t-il eu au préalable l’accord tacite de sa hiérarchie, notamment du ministre de l’enseignement supérieur ? Sur cette question, l’on est tenté de répondre par l’affirmative, vu que la mesure d’exclusion va au-delà de la seule université de Koudougou ; ce qui se traduit par le fait que les étudiants exclus ne peuvent plus s’inscrire dans aucune université du pays, quelle soit publique ou privée. En tous les cas, le professeur joue gros sur cette affaire. Va-t-il obtenir l’application de toutes les sanctions annoncées ce 3 octobre. S’il réussit son coup de force, cela pourrait faire tâche d’huile au Faso. Mais, s’il échoue, c’est l’ANEB qui aura gagné son pari de faire réviser les présentes sanctions qui pourraient, s’elles sont appliquées en l’état, porter un coup dur à la vie du syndicat estudiantin ; ne serait-ce qu’en termes de mobilisation des étudiants autour de ses plateformes revendicatives.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés