Le pouls de la cité : Image de la cité

vendredi 28 septembre 2012 à 00h25min

On lui reconnaît certainement des talents d’avocat, de politique, de « transporteur » et d’« informaticien »… Mais celui de danseur, pas vraiment. Du moins, jusque-là. Vous ne vous trompez pas, il s’agit bien du ministre des Transports, des Postes et de l’Economie numérique, Gilbert Noël Ouédraogo ( à droite) en pleine démonstration de danse dodo. Eh oui ! Même qu’il est en compétition contre un danseur professionnel. Il ne lui manque que l’accoutrement des dodos. Qui va remporter ? Difficile à dire… En tous cas, le ministre Ouédraogo semble déterminé.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Boulevard des Tensoba : Ces nids de poules qui provoquent des accidents

Emprunter le Boulevard des Tensoba, notamment le tronçon allant du CMA du sect n° 30 vers la pédiatrie Charles-De- gaulle, relève actuellement d’un parcours du combattant. En effet, la voie est jonchée de nids de poules qui perturbent énormément la circulation. La situation est d’autant plus préoccupante qu’on ne peut pas faire 100 mètres sans « tomber dans un trou ». De plus, la forte fréquentation du boulevard par les véhicules poids lourds transforme ces nids de poules en « cratères ». En cette saison hivernale, les eaux de pluie complètent ces pièges qui surprennent à tout moment, surtout les nuits. Conséquences, des accidents graves pour les usagers, mais aussi leurs engins. Des deux roues qui se cassent les fourches ou des quatre roues qui brisent leur carter, cela est quasi-quotidien sur ce tronçon. La mairie est donc interpellée. En entendant la réfection annoncée de cette partie du Boulevard des Tensoba, des solutions palliatives s’imposent our soulager, un tant soit peu les usagers.


Ces trous qui tuent dans la cité

Dans une de nos parutions précédentes, nous attirions l’attention sur le danger que représentent ces grands trous abandonnés par les briquetiers (en banco ou en cailloux sauvages) et ceux qui sont à la recherche du gravier ou de sable. Une de ses fosses vient d’endeuiller. En effet, un enfant de 6 ans s’est noyé le lundi 11 septembre 2012 dans un abîme situé dans une réserve transformée en dépotoir au secteur n° 16 de Ouagadougou.

Le môme, serait allé y jeter des ordures ménagères. Dans sa manœuvre, il aurait perdu sa bille. Ne sachant pas que le trou visiblement plein de déchets était rempli d’eau. La noyade était inévitable. La dépouille mortelle découverte par la population, a été extraite de l’eau grâce à l’intervention des sapeurs-pompiers. Ces cas de noyades sont fréquents dans cette zone. La vigilance doit être de mise du côté des parents qui ont la responsabilité de la sécurité de leur progéniture. Aussi la mairie doit boucher les abîmes en plein air. Car une vie perdue est une famille endeuillée et une perte pour la nation.

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés