Lutte contre le paludisme : les moustiques piquent et le ministère de la santé réplique

jeudi 20 septembre 2012 à 22h25min

L’association Impact santé a tenu le mardi 18 septembre à Ouagadougou une conférence sur le paludisme. Les participants ont appris à prendre en charge des cas de paludisme dans les formations sanitaires après un diagnostic correctement fait. C’est le Pr Robert T. GUIGUEMDE qui a été l’orateur principal de ladite conférence qui a réuni étudiants et acteurs du domaine de la santé.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre le paludisme : les moustiques piquent et le ministère de la santé réplique

Le paludisme constitue le premier motif de consultation, le premier motif d’hospitalisation et le premier motif de décès dans nos formations sanitaires selon le ministère de la Santé burkinabè. Selon cette même source, en 2010, cinq millions de cas et environ neuf mille décès dû au paludisme ont été décomptés.

C’est dans ce contexte que se tient cette conférence dont l’objectif premier est de mettre à jour les connaissances des participants sur l’actualité du paludisme. Il s’agit aussi de promouvoir la communication factuelle, une composante essentielle de la lutte contre le paludisme, pour un impact positif sur la santé publique.

Ainsi donc, le Pr GUIGUEMDE a décrit l’épidémiologie du paludisme à travers le monde en général et au Burkina en particulier. La communication a aussi porté sur la démarche diagnostique et les techniques ainsi que l’arsenal thérapeutique disponibles pour les différentes catégories de personnes. Les stratégies de prévention du palu et la politique nationale de la lutte contre la maladie ont été abordées.

Pour l’imminent conférencier, le diagnostic sur la base des signes cliniques ne sont pas efficaces car des études ont montré que 30% de cas sont faux du fait que ces signes cliniques ne sont spécifiques au paludisme.

Il prône par ailleurs le diagnostic biologique qui donne un résultat certain. Il souhaite également la vulgarisation du nouveau test de diagnostic à savoir le test de diagnostic rapide (TDR), utilisable partout et dont le résultat est disponible 5 à 10 mn après le test.

Pour le ministre de la Santé Adama TRAORE, parrain de la conférence, des stratégies contre le paludisme d’ici à 2015 ont été élaborées par son département. Il s’agit du renforcement de la lutte contre les facteurs du paludisme et de sa prévention chez les populations vulnérables, de l’amélioration de la prise en charge des cas.

Il y a aussi le renforcement du plaidoyer, de l’information, de l’éducation et de la mobilisation sociale.

Y. Alain Didier COMPAORE

RTB

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés