ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

mardi 11 septembre 2012 à 02h48min

Les riverains de l’avenue du musée, au secteur 28 de Ouagadougou, sont sortis, de façon spontanée, manifester leur mécontentement, le samedi 8 septembre 2012. Ils dénoncent l’insouciance des autorités municipales face à la réfection de leur avenue. « Sans la réfection de notre voie, nous n’irons pas voter », ont prévenu les manifestants.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
ETAT DEFECTUEUX DE  L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent  leur mécontentement

Avenue du musée, c’est le nom de baptême de la voie qui mène du feu tricolore du musée national à la route de Saaba, en passant par l’église du pasteur Mamadou Karambiri. C’est dans le quartier Dassasgho, au secteur 28. Les riverains ont manifesté leur ras-le-bol, dans la matinée du samedi 8 septembre 2012. Ils disent ne pas comprendre l’insouciance des autorités de l’arrondissement de Bogodogo, alors que la voie est de plus en plus impraticable. A les entendre, les autorités municipales ne sont jamais venues sur cette voie pour des travaux. Chaque année, c’est le pasteur Karambiri, ont-ils avancé, qui la réfectionne. Mais cela ne semble pas suffire aux yeux des révoltés de la matinée. « Je suis dans ce quartier depuis 1998. Je n’ai jamais vu un véhicule de l’Etat pour des travaux sur cette voie.

C’est le pasteur Karambiri qui se débrouille chaque année. Il gratte jusqu’au tournant de son église. Il fait ce qu’il peut », a expliqué Cécile Hien. « C’est une manifestation spontanée. Nous n’avons pas déposé de plainte, nous ne savons pas comment nous y prendre. Mais, je suis allée personnellement à la mairie de l’arrondissement de Bogodogo et je n’ai pas pu voir le maire. Il est toujours absent, du moins, c’est ce qu’on m’a toujours fait comprendre. On ne connait même pas les conseillers du secteur. C’est pourquoi, nous sommes sortis ce matin pour nous fait entendre », a-t-elle poursuit pour traduire l’objet de la manifestation. Et pour se faire entendre, les manifestants ont barricadé la voie, dans tous les sens, pendant plus de deux heures. Pour eux, une voie de la taille de l’avenue du musée, et qui de surcroit éclairée, ne devrait pas manquer de bitume. Par cette manifestation, ils entendent interpeler la mairie de l’arrondissement de Bogodogo sur la nécessité de réfectionner l’avenue du musée.

A défaut du goudron, au regard de la densité de la circulation sur cette route, les manifestants exigent que la voie soit régulièrement entretenue. En plus des riverains, l’avenue du musée, est pratiquée, argumentent-ils, par les fidèles du pasteur karambiri, les élèves du LTAC et les patients du centre de santé de la localité. Ainsi, l’état défectueux de la voie met, selon eux, en danger la vie de ses usagés. « Les gens tombent et se blessent ici. Ce ne sont pas des flaques d’eau, mais plutôt des lacs que nous avons sur cette voie », a ironisé Ramata Guiguima, une riveraine, avant de s’alarmer : « Des personnalités empruntent cette voie, elles savent que c’est difficile. Et avec cette route, on nous demande d’être à l’heure aux services ». En marge de la manifestation, Prosper Zombré, président de l’Amicale des amis et riverains de l’avenue du musée, a dit soutenir la cause.

« Ce n’est pas l’amicale qui manifeste, mais c’est une manifestation que nous soutenons. A notre rencontre, il y a trois jours, nous avons évoqué le problème de cette route », a-t-il dit. Alerté, le maire de l’arrondissement de Bogodogo, Henri Sandaogo Kaboré, s’est rendu sur les lieux. Sa présence ne réussira pas à calmer la furie des manifestants. « La mairie ne dispose plus d’engins pour entretenir les routes. Tous les engins que nous sommes d’ailleurs nés trouver, sont sur cale. Nous faisons recours au privé pour nous appuyer », a justifié Henri Sandaogo Kaboré. « Nous nous sommes adressés au ministère en charge des infrastructures qui a bien voulu nous accompagner avec ses engins du 3 au 12 septembre. Malheureusement, Bobo-Dioulasso nous a devancé, si bien que jusqu’à ce jour, les engins ne sont pas encore disponibles. S’il y a des gens qui peuvent mettre à notre disposition des camions comme ce fut le cas dans d’autres secteurs, nous allons assurer le carburant et la prise en charge du chauffeur et son équipe. En ce moment, la population va constituer la main d’œuvre pour ramasser les agrégats nécessaires à remblayer la route », a-t-il proposé. Les manifestants ayant compris que leur soulagement viendra des bonnes volontés, ont alors prévenu « Sans la réfection de notre votre voie, nous n’irons pas voter »

Par Nazé OUATTARA

Le Quotidien

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 11 septembre 2012 à 05:30
    En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

    arrêtez....vous irez voter et vous allez voter les mêmes filous que ce Henri Kaboré gros dealer des parcelles.Si c’est manipulé les parcelles pour les les vendre et pour filer d’autres parcelles à ses ses frères,à ses amis,nombreuses maitresses etc...il sait bien faire. c’est une honte.

    et puis il faut que nos autorités arrêtent de verser nos figures aux yeux du monde entier avec ces sentiers pompeusement baptisés des avenues

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2012 à 06:08
    En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

    N’allez pas voter, ça fera l’affaire des politiciens qui s’en foutent de vous.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2012 à 08:20, par nawidib
    En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

    Nous on a rien vu comme gros engins ici à moins qu’ils ne soient mis sur cale aussi à Bobo,ou le centre ville et dans les quartiers même les plus anciens n’ont pas de routes et on parle de capitale économique . m

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2012 à 08:52, par Tapsaid
    En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

    On revient à la case de départ, la population burkinabé qui se met à bâtir son pays !!

    Je me suis toujours demander à quel moment nos autorités allaient se rendre compte que si on a pas les moyens, la seule solution qui nous reste est de travailler avec les moyens de bord ???

    C’est vraiment déplorable que ce soit encore la population qui rappel à nos dirigeants ce qu’ils doivent faire pour que le pays progresse ; alors que ce devait être le contraire !!!

    Moi personnellement, dans un pays comme le Burkina, chacun devrait écouter le message de Gandhi selon lequel chaque personne doit être le changement qu’il désir obtenir !!!

    La logique est très simple, dans un quartier délaissé, pour assurer le maintient de l’état des voies, il est impératif qu’il y ait des caniveaux. Et si les maires ne sont pas assez futés pour comprendre, la population à le droit de chercher son bien être en construisant ces caniveaux de ses propres mains !!!

    Un exemple simple pour les caniveaux : une réunion dans chaque quartier afin de coordonner les travaux. Les travaux se déroulent comme suit : chaque maison se débrouille pour creuser un canal pour laisser passer les eaux !!
    Un effort collectif pour trouver des solutions aux éventuels imprévus !!

    N’allez pas plus loin pour chercher le développement, c’est cela le développement dans un pays comme le Burkina Faso !!!

    Répondre à ce message

    • Le 11 septembre 2012 à 09:36
      En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

      suis d’accord avec toi mais dans ce cas que la même population ne soit pas rackettée dans des taxes et autres impots pour nourrir des maires,des députés,des sénateurs,des ministres,un premier ministre,un président du faso qui ne sont pas à la hauteur. qu’ils démissionnent et nous allons nous prendre en mains. c’est clair là sinon c’est trop facile d’etre calé dans son bureau climatisé à se tourner les pouces avec en plus des salaires juteux et les magouilles

      Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2012 à 08:58, par Conscience du Faso
    En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

    C’est normal et même louable que les riverains boquent la voie afin que les autorités compétentes fassent quelque-chose pour soulager leur souffrance. C’est du devoir de l’Etat de rendre les voies pratiquables pour les usagers. La prochaine voie qui sera bloquée à circulation sera la circulaire qui va de l’échangeur Ouaga 2000 à l’échangeur de l’Est. C’est l’Etat lui-même qui pousse le peuple à la révolte. On a abusé de la bonté, de la gentillesse du peuple burkinabé. Combien de personnes ont perdu la vie ou se sont blessées sur cette circulaire à cause des trous. Et l’Etat est lâ sans réagir de façon efficace. Tous ceux ou celles qui ont été victimes à cause des degradations des voies, doivent porter plaintes et prendre des avocats pour un procès contre l’Etat. Je ne comprends pas aussi les avocats du Faso, n’attendez pas que les gens vous approchent pour venir en aide aux citoyens de ce pays surtout quand c’est contre l’Etat qui censé proteger son peuple. Ailleurs, comme aux USA, en Europe, les avocats sont aux aguets pour defendre, donner coup de mains aux citoyens contre les plus forts. Il faut qu’on cesse d’abuser de l’ignorance, de la bonté des citoyens.

    Répondre à ce message

    • Le 11 septembre 2012 à 09:55
      En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

      L’avocat malheureusement ne peut pas s’auto-saisir sous peine de tomber sous le coup de démarchage de clientèle, interdit par les règles déontologiques. Mais bon, les objectifs nobles que vous visez dans votre re (quête) sont plus importants que les règles déontologiques des avocats. L’avocat doit être non seulement la sentinelle du droit mais il doit aussi être un moteur du développement.

      Répondre à ce message

    • Le 11 septembre 2012 à 22:43, par peuple malheur du peuple
      En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

      Franchement ; je ne suis pas d²accord avec vous pour la circulaire dont vous parlez. Les nids de poules que vous voyez sont le résultat des pneus brulés lors des différentes manifestations de mécontentement. Savez-vous combien coute 1Km de bitume environ 100 millions. sachez aussi que l%Etat ne peut pas tout faire. Combien de village au Burkina sont inaccessible. Sommes-nous plus important que ces paysans aux yeux de l%Etat§ Qu%on apprenne à aider l%Etat aussi dans sa tache.Il serait aussi mieux souvent de nous rassembler pour nous dire la vérité souvent au lieu de tout temps accuser le gouvernement. Regarder comment les gens circulent dans cette ville.On est obligé de faire des ralentisseurs à chaque 50m des rues.Luttons contre ces personnes et bien d%autres au lieu de crier mairie mairie ; Etat Etat. Sana Baob disait que les mentalités doivent changer dans ce pays sinon pas de développement

      Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2012 à 09:25
    En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

    WOOOOOWWWWW l’avenue des Champs Elysée à Paris c’est maïs devant notre plus belle avenue.Que nos autorités se pressent d’inscrire notre musée "l’avenue du musée" dans le patriomoine mondial de l’Unesco.Avenue du musée,ça ne s’invente pas,nos gouvernants ont une mémoire très fertile.Bravo et continuez sur la même dynamique pour un Burkina très émergent.MDRRRRRR,heureusement que le ridicule ne tue pas dans ce pays

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2012 à 10:25, par Tagsda
    En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

    Chers internautes excusé moi de ce que je vais vous dire. S’il vous plait n’enviez pas a l’état de nos déboires mettons nous même en cause tous ceux qui sortent pour manifester combien contribuent au développement de nos communes en s’acquittant de leurs taxes communales, ils louent l’effort de Karambiri combien de porte traverse la voie, si la mairie n’a plus de camion à qui la faute ? Tant qu’on refuse de contribuer et qu’on ne se cultive pas le pire arrive. L’état est conscient de ce que nous vivons c’est à nous de faire le premier pas et les autorités vont nous appuyer. Offrons la main d’œuvre et la volonté à nos responsables et ils nous appuierons logistiquement et techniquement. Inspirons nous de la période révolutionnaire de1983 à 1987 que ceux qui ne l’ont pas vécu se renseignent car ces dans ses genres de travaux que le Burkina avancera vite et bien dans l’intérêt de tous. Convertissons nos temps de représailles en des travaux collectif et le résultat sera toujours positif.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2012 à 11:19, par Ya Maam !
    En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

    Ici là, tout le monde a raison ; mais il faut agir et très vite même ! ça ne sert à rien de se rejeter la balle : Autorités de la ville - Citoyens résidents de "l’Avenue du Musée". L’état de cette route là est très critique, même si c’est pas la seule ou la plus mauvaise voie de Ouagadougou, en cette période de saison hivernale. Si les riverains de cette rue, ou voie, ou sentier ou piste allaient dans d’autres quartiers de Ouaga comme Kilwin, Pissy, Tanghin, gageons qu’ils verraient souvent pire ! Et c’est VRAI !!! Seulement, il n’y a pas toujours de "Mogô-Puissant" comme le Pasteur K. aux abords de ces voies pour qu’on les voit. Tout çà pour aboutir au fait que sont les riverains d’une voie dégradée qui doivent d’abord s’organiser, compter sur leurs propres forces et initiatives, avant d’appeler qui de droit à la rescousse ! Dure Dure la vie à Ouaga, n’est-ce pas ?!

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2012 à 12:03, par Atrap Le Moize.
    En réponse à : ETAT DEFECTUEUX DE L’AVENUE DU MUSEE : Des riverains manifestent leur mécontentement

    Vraiment moi je ne comprends pas ce pays. On demande aux populations de ramasser des agregats pour refectionner des routes en mauvais etat alors que ceux qui ont les moyens et mettent des paves devant les devantures de leurs maisons ou boutiques, on leur demande de les enlever ou de payer des taxes. La ou les administrations ont demissionne, Ayez au moins la decence de laisser les populations se prendre en charge et preserver leur cadre de vie. D’apres les intervenants a l’emission passee sur la radio Horizon FM l’autre jour, on dit a ces gens d’enlever les paves car ils sont sur le domaine public ; domaine public que l’Etat se dit incapable d’entretenir. Certains intervenants ont meme cite l’exemple de la Pharmacie du Musee ou on a oblige la proprietaire a enlever les paves poses sur la devanture sous pretexte qu’ils sont sur le domaine public.
    Il y a aussi le probleme des dossiers a constituer pour les nouvelles constructions. Les frais y afferents sont tellement eleves que pour un pays comme le Burkina, l’investissement dans l’immobilier risque de stagner ou reculer faisant ainsi l’affaire des marchants de sommeil. Combien gagne un burkinabe moyen pour prendre un credit bancaire destine a construire un 30 toles et qui en fin de compte servira a payer les frais de dossier de son projet de construction. Vivement qu’on se reveille.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés