Kim coiffure : les coiffeuses font les têtes … joliment.

vendredi 7 septembre 2012 à 10h50min

Depuis toujours, à Ouagadougou, la coiffure dame est l’affaire des femmes. A Kim coiffure, elles manient le peigne, les ciseaux et les aiguilles et font les têtes… joliment, participant à l’élégance des femmes mais aussi au développement économique du pays.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Kim coiffure : les coiffeuses font les têtes … joliment.

Kim coiffure, Tampouy, avenue du Yatenga. Très concentré, Olga Kaboré, s’affère à terminer la coiffure d’une cliente. Son diplôme de coiffure de l’école en poche, elle a, contrairement à la plupart de ses camarades qui se mettent à leur propre compte à la sortie de l’école, entrepris de continuer à apprendre sur le terrain. Elle s’est alors fait employer dans ce salon ou elle estime recevoir un traitement salarial acceptable. La coiffure terminée, le prix est fixé à l’issue d’une petite concertation entre la coiffeuse et la gérante Blanche Koimougou.

A la tête d’une équipe de 4 coiffeuses, elle fait le bonheur des clientes qui trouvent en ce lieu, un travail de qualité et des prix défiant la concurrence. « Pour les deux paquets de tissage, elle tisse à 3500 FCFA, alors que la plupart des salons qui sont dans les environs, le font à 5000 FCFA » affirme une cliente visiblement satisfaite. Pour contrer un peu plus la concurrence, l’entreprise fait également dans la vente de chaussures, de pagnes, d’eau et autres jus. À Kim coiffure, les clientes n’auront jamais soif moyennant bien sûr le prix de la boisson.

Ouagadougou la capitale burkinabè s’apprête à devenir celle de la femme. A partir du 14 jusqu’au 15 septembre prochain, les femmes des différentes régions du Burkina se réuniront à l’occasion de la 3e édition du forum national des femmes. Cette année les acteurs plancheront sur le thème « prise en compte de la femme dans la mise en œuvre de la stratégie de croissance accélérée pour le développement durable SCADD ». Blanche Koimougou, gérante du salon de coiffure ‘’Kim coiffure’’ ne sera pas de celles qui participeront aux débats avec le chef de l’Etat.

Mademoiselle Koimougou n’a pas le temps de participer à des réunions ou à des formations. Elle travaille 6 jours sur 7 pour faire tourner l’affaire de sa grande sœur. « Moi je suis là, même les dimanches. Si c’est sur place on peut faire l’effort mais si on nous invite à nous déplacer ce serait un peu compliqué » explique t- elle. Par mois, en salaire uniquement, la petite entreprise débourse environ 100000 FCFA contribuant ainsi au développement économique et participant à la croissance.

Soucieuse de la relève, Kim coiffure reçoit des stagiaires pour leur apprendre le métier. « Actuellement, il y a une apprentie avec nous mais on ne la fait pas payer contrairement à d’autres salons de coiffure » affirme la gérante. A ‘’Kim coiffure’’, les envies d’agrandissement ne manquent pas. Mais les financements beaucoup plus.

Si aucune des filles de ‘’Kim coiffure’’, ne participera à ce forum, leur préoccupations seront sans doute prises en compte parce qu’à ‘’Kim coiffure’’ à la question qu’attendez vous de ce forum ? Elles répondent en cœur financement et formation.

Aminata OUEDRAOGO

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés