RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

jeudi 6 septembre 2012 à 23h29min

Les membres du gouvernement ont repris du service, le jeudi 6 septembre 2012, à l’issue de leurs vacances. Cette reprise a été consacrée par la tenue du premier conseil des ministres post-vacances, au palais de Kosyam, sous la présidence du chef de l’Etat, Blaise Compaoré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

Les ministres se sont retrouvés, dans la bonne humeur, ce jeudi 6 septembre 2012 au Palais présidentiel, après une période de mi-repos, mi-travail, puisque la plupart d’entre eux ne parlaient pas vraiment de vacances, lors du dernier conseil. Arrivés les uns après les autres, aux environs de 8 heures, pour effectuer la rentrée gouvernementale, ils ont, pour la plupart, affirmé n’avoir pas « vraiment » pris de vacances, au cours du mois d’août, leur temps de repos habituel. A commencer par le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, qui s’est exprimé en ces termes : « Je n’ai pas eu beaucoup de vacances, comme vous l’avez suivi. Tout de même, j’ai fait un voyage de travail à Singapour.

Ce qui m’a permis de changer d’air et d’apprendre beaucoup des pays asiatiques. Je me suis convaincu qu’il faut travailler assez pour assurer notre développement ». Abondant dans le même sens, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré, a laissé entendre : « Nous n’avons pas eu du tout de repos, parce que si nous en prenions, le dernier trimestre de l’année allait en pâtir. Nous avons essayé de nous reposer un petit peu et de veiller sur les dossiers de la rentrée ». Tout sourire, son collègue de l’Action sociale et de la solidarité nationale, Clémence Traoré/Somé, a soutenu être restée au pays, car « il y a eu des cas d’inondations et de conflits ».

Le chef du département de la Santé, Pr Adama Traoré, n’a pas affirmé le contraire : « Je n’ai pas véritablement eu de vacances, je suis resté à travailler sur les dossiers ». Aussi le ministre de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale, Soungalo Apollinaire Ouattara, a-t-il relevé que l’organisation des concours directs a occupé ses vacances. Bref, presque tous les ministres ont continué à œuvrer pour le bien-être des populations, pendant les vacances. Et la dynamique n’est pas prête de s’arrêter avec la rentrée gouvernementale. Chaque ministre affiche déjà ses priorités pour le dernier trimestre de l’année 2012. Le chef du gouvernement, lui, tient à la « bonne » organisation des élections législatives et municipales couplées du 2 décembre prochain, au suivi de la présente campagne agricole et à la mise en œuvre des grands chantiers de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD).

La question des élections couplées préoccupe également le ministre de la Communication : « Vous savez que la communication joue un rôle éminemment important dans le processus électoral. Cela demande la mise en place d’un dispositif important ». Pour les autres priorités de son département, il a évoqué la communication sur les grands dossiers, le maintien du dialogue social et la création de bonnes conditions de travail au profit des médias. De son côté, la ministre de l’Action sociale et de la solidarité nationale compte s’atteler à l’opérationnalisation de la stratégie de prévention et de gestion des catastrophes, ainsi qu’à l’organisation du Mois de solidarité et d’un forum des personnes âgées.

Ce forum, a-t-elle rapporté, va être un cadre de dialogue direct entre le président du Faso et les personnes âgées, afin de leur permettre d’apporter leur contribution au développement du Burkina. Le ministre de la Justice, garde des sceaux, Salamata Sawadogo/Tapsoba, envisage de se consacrer à « l’amélioration des services judiciaires et de l’accessibilité à la justice ». Selon elle, l’humanisation des centres de détention constitue également une priorité pour son ministère. La rentrée s’annonce donc, studieuse pour les membres du gouvernement, qui, tous départements confondus, auront à gérer de nombreux dossiers.

Kader Patrick KARANTAO (stkaderonline@yahoo.fr)


Les dossiers pressants des ministres

- Luc Adolphe Tiao, Premier ministre :
« Pour cette rentrée gouvernementale, de nombreux défis nous attendent, étant donné que pour ce dernier trimestre, la bonne organisation des élections couplées en décembre fait partie des priorités. Nous allons organiser une réunion avec la classe politique, afin que nous ayons un consensus permettant d’organiser ces élections dans de très bonnes conditions. Nous espérons aussi que la campagne agricole sera très généreuse avec les pluies qui tombent. Enfin, nous serons accaparés par les grands chantiers de la SCADD ».

- Bognessan Arsène Yé, ministre d’Etat, ministre chargé des Relations avec le Parlement et des Réformes politiques :
« . Mon principal dossier s’articule autour du forum sur la laïcité au Burkina Faso que nous devons organiser à la fin du mois de septembre. Il va réunir toutes les communautés religieuses. Sans compter la participation de la société civile. Le forum va permettre au gouvernement de définir le concept de laïcité afin que nous en ayons la même compréhension. En plus de cela, nous continuons la mise en œuvre des réformes politiques. Pendant les mois de juillet et d’août, nous avons effectué des missions à l’étranger pour expliquer à nos compatriotes de la diaspora le contenu des réformes politiques. Comme ils n’ont pas tous été représentés aux assises nationales, il était important d’aller vers eux. Il reste encore des pays comme la Côte d’Ivoire où nous avons un nombre important de ressortissants. Je pense que nous y ferons un tour au début du mois d’octobre pour être en phase avec les Burkinabè de l’extérieur ».

- Djibrill Bassolé, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération régionale : « La période d’août a été intense en activités diplomatiques. J’ai effectué une visite bilatérale au Japon. En plus, j’ai participé au sommet des Non- alignés à Téhéran (Iran). Nous sommes actuellement, sur le dossier du grand voisin, à savoir le Mali, lequel avance par la force des évènements. En tant que représentant de la médiation, il nous faut prendre des dispositions pour réagir promptement. L’autre dossier, c’est le projet de construction de l’ambassade du Burkina Faso en Côte d’Ivoire. Je dois rencontrer l’ambassadeur et les consuls du Burkina en Côte d’Ivoire pour que nous fassions le point, car il y a eu beaucoup de choses dites sur les fonds collectés destinés à la construction de cette ambassade. Il nous faut trouver des fonds pour la réalisation de cette infrastructure qui est la maison du Burkina en Côte d’Ivoire. Le terrain existe, il nous appartient de commencer les travaux ».

- Alain Edouard Traoré, ministre de la Communication :
« Je crois qu’il faut préparer, de manière acharnée, les élections pour le dernier trimestre de l’année, car la communication joue un rôle important dans le processus électoral. Cela requiert la mise en place d’un dispositif important et je pense qu’il faut un travail de veille continu. Au-delà de cela, nous allons traiter les dossiers quotidiens. Il faut arriver à communiquer sur les grands dossiers, à maintenir le dialogue, créer les conditions pour que les médias puissent s’exprimer, de manière démocratique ».

- Lucien Marie Noël Bembamba, ministre de l’Economie et des Finances : « Mes vacances se sont déroulées entre le travail et le repos car il fallait, à tout prix, boucler le projet de budget pour l’année 2013. Je me réjouis qu’avec les services techniques, on ait pu travailler à obtenir le dossier à temps, afin de le soumettre au conseil des ministres. Pour cette rentrée, nous reprenons, avec beaucoup d’enthousiasme pour pouvoir bien terminer l’année. Il y a de grands chantiers et de gros dossiers qui nous attendent ».

- Jérémy Ouédraogo, ministre des Ressources animales :
« Nous sommes sur les dossiers qui portent sur la recherche de la cohabitation pacifique entre agriculteurs et éleveurs, au regard de ce qu’il y a comme conflits à cette période. Nous sommes aussi dans la phase d’exécution de la composante III du programme spécial de création d’emplois, notamment pour ce qui est de l’aviculture dans les 351 communes du Burkina Faso ».

- Soungalo Apollinaire Ouattara, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale :
« Pour cette rentrée, nous devons continuer dans la lettre de mission qui nous a été confiée, à savoir la modernisation de l’administration avec la gestion de la carrière des fonctionnaires, le dialogue social qu’il faut continuer à approfondir et les défis de la protection sociale ».

- Clémence Traoré/Somé, ministre de l’Action sociale et de la Solidarité nationale : « Nous avons une stratégie de prévention et de gestion des catastrophes, assortie d’une voie d’orientation qui va être présentée en conseil des ministres et avant de la proposer à l’Assemblée nationale. Il y a aussi l’organisation du mois de la solidarité et du forum des personnes âgées qui va offrir un cadre de dialogue direct entre le chef de l’Etat et les personnes âgées du Burkina Faso, afin que celles-ci puissent apporter leur contribution au développement du Burkina ».

- Jean Bertin Ouédraogo, ministre des Infrastructures et du Désenclavement :
« Le réseau routier burkinabè est assez fragile. En effet, nous avons beaucoup de routes à bitumer. Et avec la saison des pluies, nous avons eu beaucoup de soucis par la dégradation précoce de nos chaussées et de certains ouvrages. Il fallait donc rester auprès des collaborateurs, travailler avec eux à apporter des réponses, en attendant qu’après la saison des pluies, nous assurions leur reconstruction. Pour cette rentrée, la priorité est de rétablir le trafic partout où les routes ont été coupées. Nous allons travailler à avoir un réseau routier performant et durable qui résiste aux changements climatiques qui entraînent de grosses pluies, avec pour conséquence la dégradation des infrastructures routières ».

- Achille Tapsoba, ministre de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l’Emploi :
« Nous allons travailler à relancer les dossiers de la mise en œuvre du Programme spécial de création d’emplois. Il y a également la formation professionnelle, à travers les lignes directrices de l’élaboration d’une stratégie de formation professionnelle relative à l’animation de la jeunesse. Cela, à travers les mouvements et associations dans le sens de la reprise des activités concernant la formation civique par des conférences régionales sur la citoyenneté et la culture de la paix ».

- Adama Traoré, ministre de la Santé :
« Mes priorités s’articulent autour des grands dossiers du ministère de la Santé. Il faut assurer la mise en œuvre des huit points stratégiques de notre Plan national de développement sanitaire (PNDS), notamment en termes de ressources humaines et d’infrastructures. Mais, il faudrait qu’on puisse avancer au niveau des financements. J’avoue que je n’ai pas eu véritablement de vacances. Je suis resté pour travailler ».

- Salif Lamoussa Kaboré, ministre des Mines, des Carrières et de l’Energie :
« On a travaillé pendant le mois d’août. La première quinzaine a été consacrée à l’évacuation de toutes les instances du ministère et la deuxième, à quelques jours de repos auprès de notre famille. Les vacances ont été aussi studieuses, en ce sens qu’il fallait préparer la rentrée gouvernementale. Je pense que nous sommes prêts à attaquer le dernier trimestre de l’année 2012. Nous avons finalisé le projet Tambao. Nous sommes en train de parler d’électrification, ainsi que du code minier. Il y a des problèmes au niveau des carrières qu’il faut résoudre. Je pense que le ministère ne va pas chômer au cours de ce dernier trimestre de l’année ».

- Koumba Boly/Barry, ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation :
« J’ai passé les vacances avec les inspecteurs et les enseignants, parce que le mois d’août a été pratiquement une période de formation, notamment des conférences pédagogiques. Nous avons profité pour préparer la rentrée. Ce qui fait que nous ne nous sommes pas accordée un temps de repos et de voyage. Nous avons reboisé des espaces. En étant avec les acteurs du système éducatif, nous avons bénéficié d’un cadre de réflexion et de bonne communion ».

- Baba Hama, ministre de la Culture et du Tourisme :
« Au niveau du département de la Culture et du Tourisme, nous avons un certain nombre de grands rendez-vous internationaux, parmi lesquels le Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou (SITHO) et la Foire internationale du livre de Ouagadougou(FILO). Nous avons en préparation les grands prix nationaux, notamment en art du spectacle dans le domaine de la musique moderne et bien sûr, du design. En février également, ce sera le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). Depuis 2008, il y a une loi d’orientation sur le cinéma qui a été adoptée et il faut des textes d’application pour que les acteurs de ce secteur puissent travailler. Nous avons également des textes dans le domaine du patrimoine, de l’importation et de l’exportation des objets d’art ainsi que du tourisme que nous voulons soumettre au conseil des ministres. Nous pensons à la relecture de l’ensemble des textes qui concernent la profession de l’hôtellerie, de la restauration, des guides et aussi le fonds de développement touristique qui nous tient à cœur. ».

Propos recueillis par Adama BAYALA
et Souleymane KANAZOE

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 6 septembre 2012 à 23:53, par Bèb-Riîmbda
    En réponse à : RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

    Qui a dit que nous ne serons pas un pays émergeant à l´horizon 3015, hé pardon 2015 !? Comme on le voit aucun de nos infatigables membres du gouvernement ne s´est en vérité reposé. Tous ont sacrifié leurs vacances pour le bonheur du peuple Burkinabè. N´en déplaise à nos détracteurs, le Burkina avance, et avancera toujours. Que ceux qui ne nous aiment pas, reviennent à la raison. Nous avons un gouvernement qui travaille et qui veille à notre bonheur. Pour ceux qui en doutent encore, voici de nouveau la preuve palpable.
    Bèb-Riîmbda

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2012 à 07:20, par WWW.MARICHESSE.COM
    En réponse à : RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

    BONNE RENTREE AU GOUVERNEMENT

    AUX CITOYENS AUSSI : TRAVAILLONS POUR NOS PAYS EN AFRIQUE !

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2012 à 07:45
    En réponse à : RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

    Dans tout cela Blaise même a dit quoi et puis il est seul sur la photo.

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2012 à 07:58, par VV
    En réponse à : RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

    Est-ce que le Monde s’est mis en vacance pendant vos vacances ? Non, pardi. A force de se mettre en vacance, on parle toujours de grands dossiers sans pouvoir dire lesquels. Mettons nous au travail.

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2012 à 08:01, par L’Afrique est mal parti !
    En réponse à : RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

    On ne mange pas les ÉLECTIONS ! le peuple du Burkina a faim, soif et besoin de santé et d’éducation. Les élections dans nos pays sont des formalités. Voici des gouvernements qui ne s’occupent que de formalités faciles au lieu de voir nos véritables aspirations ?
    Jamais vous verrez un gouvernement européen ou américain dire que sa priorité c’est organiser des élections.
    Làbà c’est les priorités sont : LE SOCIAL, L EDUCATION, LA SANTE, L’ EMPLOI, LES INFRASTRUCTURES, bref tout ce qui fait avancer une nation et procure du bien-être.
    Nous Africains et surtout burkinabè mbèèèèè, même quand a faim, on est là ELECTIONS, ELECTIONS, ELECTIONS....
    Tout le symbole de gens qui refusent d’avancer collectivement.
    Stp webmaster, laisse passer, y’a rien de mal.

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2012 à 08:20
    En réponse à : RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

    C’est tout le contenu du conseil des ministre comme ça ? Il fallait dire plutôt prise de contact en lieu et place de conseil.

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2012 à 08:55, par Lady Gaga du Faso
    En réponse à : RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

    Comme toujours, il y a de grands chantiers et de gros dossiers.... Et puis, c’est normal que vous les ministres ne vous reposiez pas pendant vos vacances lol ! c’est le prix à payer pour occuper un poste ministériel !
    Jean Bertin Ouédraogo, Ministre des Infrastructures et du Désenclavement, sachez que ce n’est pas seulement la pluviométrie qui dégrade l’état de nos routes... n’attribuez plus de marchés de travaux routiers à "la belle-mère nationale" et ses acolytes et beaucoup de choses iront bien ici ! plus de marchés de bitumage par complaisance...
    Madame la ministre de l’action sociale, du courage c’est le porte-feuille ministériel le plus ingrat !

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2012 à 10:01, par I have a dream
    En réponse à : RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

    Bonne rentrée et merci pour tout le travail abattu bien qu’il sois objectivement insuffisant. du courage à vous Mrs les Ministres

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2012 à 14:32, par Burkimbila
    En réponse à : RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

    A M. le ministre de la santé.
    La presse a fait casde corruption au CMA de Léo. Voici mon analyse :

    Cette situation est voulue et entretenue par nos dirigeants qui ont opté pour des prestations de santé au rabais à nos populations pauvres tandis que eux-mêmes ils se font soigner en Europe pour un simple rhume. Sinon, il est dit à quelque part qu’un attaché de santé ne doit pas opérer seul un malade sans l’assistance d’un médecin. Mais dites-moi, où sont ces médecins pour laisser ces attachés travailler seuls ? Avant de sanctionner ces agents indélicats que moi-même je combats avec la dernière énergie, dites moi pourquoi l’état laisse faire. On nous fait savoir que ces attachés ne sont pas aptes à opérer, et en même temps, ces attachés opèrent des malades sous le nez et la barbe du MCD, du DRS, du ministre him-self. L’Etat doit assumer ses responsabilités en formant suffisamment de chirurgiens afin qu’aucun attaché de santé ne touche à une bistouri.
    Ceci me rappelle l’affaire de ces accoucheuses qu’on a sanctionnées à tort sans aller au fond du problème, c’est-à-dire faire leur mea-culpa.
    Je dis et je le répète : Les disfonctionnements que l’on constate dans les services de santé dans notre pays est en majeure partie lié à l’organisation général du système de santé où les gens passent le temps à se partager des perdiems pour une moindre activité et à faire des détournements (cf rapport ASCE) au lieu d bosser consciencieusement et avec dévouement et désintérêt pour la population

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre 2012 à 16:41, par TVZ
    En réponse à : RENTRÉE GOUVERNEMENTALE : Reprise studieuse

    Le pays de THOMAS SANKARA

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés