Enrôlement biométrique : 55% d’inscrits

jeudi 30 août 2012 à 23h30min

L’enrôlement biométrique en vue des élections couplées Législatives-Municipales du 2 décembre 2012 au Burkina s’est achevé le 16 août dernier. Deux semaines après l’opération et à l’issue d’une rencontre avec la classe politique et les Organisations de la société civile (OSC), le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) était ce jeudi 30 août 2012 face à la presse. Objectif : faire le point de l’enrôlement et lever l’équivoque sur la requête d’une partie de l’opposition qui demande une prorogation de l’opération.

Enrôlement biométrique : 55% d’inscrits

Les membres de la Ceni semblent bien maîtriser leur sujet. Après une opération d’enrôlement biométrique plus ou moins réussie, c’est selon là où on se place, ils entendent passer à la prochaine étape qui est la réception et la validation des candidatures aux différentes consultations électorales à venir. Faisant le point de l’enrôlement aux journalistes, Me Barthélémy Kéré a indiqué que sur 8 millions d’électeurs potentiels, ce sont 4 426 051 soit 55% de personnes qui se sont inscrites sur les listes. Ce chiffre se répartit comme suit : 787 166 inscrits pour la 1ère zone, 1 053 489 dans la 2nde, 1 015 030 dans la 3e zone et 1 565 318 dans la 4e zone. Ce résultat en légère baisse par rapport à celui de 2007 n’est pas négligeable, selon le patron de la CENI. « Toute proportion devant être gardée, notons que le chiffre de 2007 résulte d’une compilation des inscriptions des années 2002, 2006 et 2007 », a-t-il indiqué. Face au résultat de l’enrôlement biométrique, le président de la CENI se refuse de tout commentaire. « L’inscription sur une liste électorale est libre au Burkina Faso. Nous aurions voulu enrôler tous les 8 millions d’électeurs potentiels. Mais ce n’est pas le cas. Nous faisons juste le constat que sur les 8 millions, ce sont 4 426 051 personnes qui se sont inscrites », a ajouté Me Kéré.

JPEGA propos de la requête de certains partis politiques de l’opposition qui ont demandé une prorogation de l’opération d’enrôlement biométrique, le patron de la CENI est catégorique : « Cette affaire est classée. Il n’y aura pas de prorogation ». Selon Barthélémy Kéré, ses hommes ainsi que le matériel sont disponibles. Mais il manque les moyens financiers pour envoyer du personnel dans les communes. Pour pallier à cette situation, sa structure a proposé de déployer des hommes dans les chefs-lieux de province. Mais après des discussions avec la classe politique et les OSC, une décision commune a été prise de laisser tomber la prorogation. Cependant, selon le conférencier, les articles 59 et 60 du Code électoral autorisent que « les fonctionnaires et agents de l’Etat et des établissements publics ou privés mutés ou admis à faire valoir leurs droits à la retraite après clôture des délais d’inscription, ainsi que les membres de leur famille domiciliés avec eux à la date de la mutation ou de la retraite, les personnes ayant recouvré leur droit électoral par la perte du statut qui les y avait empêchés ainsi que les membres de leurs familles domiciliés avec eux, les Burkinabè immatriculés à l’étranger lorsqu’ils reviennent, à titre provisoire dans leur circonscription d’origine au moins quinze (15) jours avant le scrutin et les électeurs déjà inscrits sur une liste électorale lorsqu’ils changent de domicile » puissent être inscrits ou replacés selon leur lieu de résidence dans les jours à venir. « Nous allons engager incessamment cette opération », a ajouté le président de la CENI.

Au cours de sa rencontre avec les hommes de médias, Barthélémy Kéré a annoncé l’ouverture du dépôt des dossiers de candidatures à partir du 10 septembre prochain. Cette phase prendra fin le 23 septembre. Une commission ad hoc sera alors mise en place pour valider les candidatures. Elle sera présidée par la CENI et se composera d’un représentant de chaque parti ou regroupement de partis politiques prenant part au scrutin. D’ores et déjà, des commissaires seront dépêchés sur le terrain dès le 3 septembre pour former les démembrements de la CENI sur la réception et la validation des candidatures.

Jacques Théodore Balima

leFaso.net

Portfolio

Messages

  • Notre démoncratie est assez embryonnaire, pourquoi sommes incapable d’organiser le vote des burkinabè de la diaspora ! c’est une honte nationale.

  • Formidable Monsieur le Président,
    Espérons qu’il y aura un dédoublonnage national pour éviter que ceux qui sont allés s’enrôler à Tansarga ne le fassent pas à Dassasgho ?

  • esperons obtenir le meme nombre de personnes aux elections.car dans un pays pareil que l’on n’a jamais connu le nombre exate de votants.et pire quand la diaspora est exlue,mais croisont les doigts afin que la fraude dimunnie meme si c’est de 0.001%

  • C EST TOUT A FAIT NORMALE D AIDER LA JEUNESSE MAIS JAI L IMPRESSION QUE LES INFOS NE PASSE PAS A TEMPS.

  • Où étaient ces gens qui demandent cette prorogation ? C’est pour ensuite demander le repport des élections parce que ces gens ne seront jamais prets. Avec cette campagne médiatique menée avant et pendant l’opération, il ne serait plus opportun d’aller vers qui que ce soit pour lui demander de s’inscrire sur une liste. Nos politiciens sont bien limités.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés