Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le monde a l’habitude de faire de la place à l’homme dont les paroles et les actions montrent qu’il sait où il va.» Napoleon Hill

VERTUS DES PLANTES : Boscia Senegalensis, aliment des périodes de grandes disettes

Accueil > Actualités > Environnement • • mardi 28 août 2012 à 23h02min
VERTUS DES PLANTES : Boscia Senegalensis, aliment des périodes de grandes disettes

On cuit la chair verdâtre des fruits immatures avant de la manger comme des petits pois, ou bien on l’écrase pour en faire des galettes ou une sorte de couscous. Appelés (chez certains mossis Lambwôtga), les fruits de l’espèce restent une nourriture commune et très appréciée, en particulier au Sahel. Les graines fraîches immatures sont utilisées comme lentilles après un procédé de cuisson et de lessivage complexe. Les graines prétraitées et séchées sont bouillies en période de disette en un met appelé Ngigile en fulfulde. Elles sont utilisées pour floculer les impuretés dans l’eau et la rendre potable. Les Peulhs dans les provinces du Soum et du Yagha auraient une tradition de collecte et de conservation pour une utilisation pendant toute l’année de ses fruits (Bognounou, 1994).

L’eau dans laquelle on a pilé le bois de cet arbuste prend un goût sucré et peut servir à pétrir une pâte à gâteaux. Les feuilles rentent dans l’alimentation du bétail, notamment les bovins. Les feuilles soignent la fièvre des chevaux et la trypanosomiase des chameaux. Les fruits sont employés pour la purgative des chevaux. Elles sont utilisées pour soigner diverses maladies en médecine : les écorces sont utilisées pour le traitement des rhumatismes et des gastrites. Les rameaux et les feuilles sont utilisés pour soigner l’asthénie et les rhumatismes. Ces racines sont vermifuges, les tradipraticiens se servent pour traiter l’impuissance sexuelle, la gastrite, et les maladies sexuellement transmissibles.

Les feuilles pour lutter contre les rhumatismes et courbatures, les abcès et plaies, l’urticaire, l’ophtalmie, la bilharziose, l’ictère, et les coliques, les enflures, etc. Les feuilles de cette plante renferment des principes actifs anti-inflammatoires intervenant dans le traitement de l’inflammation aiguë provoquée. Ils justifient l’utilisation par les tradipraticiens des feuilles de Boscia Senegalensis, sous la forme de décocté aqueux à utiliser par la voie orale pour le traitement de diverses maladies inflammatoires.

Arbuste ou arbrisseau de 1-5m de haut, toujours vert, à cime arrondie et dense, son écorce est lisse plus ou moins granuleuse, gris noirâtre, à tranche jaunâtre avec rhytidome vert. Les rameaux sont gris bruns, plus ou moins pubescents. Les feuilles alternes coriaces et rigides à dessus vert foncé glabre et dessous clair plus ou moins pubescent, sont de taille très variable. L’espèce se développe principalement dans les régions du Sahel, du Centre- Nord, du Nord et au nord de la Boucle du Mouhoun.

Antoine AKOANDAMBOU (akoantoine@yahoo.fr)

Collaboration APFNL :www.apfnl.gov.bf  ;

Sidwaya

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journée mondiale de l’eau 2019 : Contribution des comités de l’AITB, spécialises dans le domaine de l’eau
Grande muraille verte : Chercheurs et gestionnaires du Sénégal et du Burkina Faso en réflexion à Ouagadougou
Gestion intégrée de l’eau : Le « Musée de l’eau » s’ouvre aux étudiants
Environnement, eau et assainissement : Le Cadre sectoriel de dialogue passe à la loupe les activités de 2018
Société Nestlé : Une journée zéro plastique à Ouagadougou
Hygiène et assainissement : Kombissiri, un exemple dans la gestion des déchets solides
Grande muraille verte : Des journalistes outillés sur la gestion durable des terres
Programme d’investissement forestier : Impliquer les acteurs pour la réussite de la REDD+
Migrations et environnement : L’OIM lance un nouveau programme dans deux communes du Burkina
Préservation de l’environnement : Des parlementaires à l’école de la REDD+
Gestion des ressources en eau : Faso Koom II pour renforcer les capacités opérationnelles de l’Agence de l’eau du Nakanbé
Gestion des ressources naturelles : La sécurisation des corridors biologiques au cœur d’un atelier national
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés