Fait de chez nous : « Sauve-moi de cette honte, sinon je vais me pendre »

jeudi 23 août 2012 à 22h42min

A défaut des 90 000 FCFA, Brama a pu remettre 30 000 FCFA au chef de la brigade de gendarmerie de la localité. Cette somme a été accompagnée d’un engagement pour le payement du reliquat. C’est ainsi que Brama a pu échapper à la prison. Conseiller municipal d’une commune rurale, Brama passait son temps à spolier des résidents de sa commune. Malgré les injures et les malédictions de certaines de ses victimes, Brama continuait ses sales besognes. Fin stratège dans ses manigances, il a proposé les semences d’oignons à un jardinier de la commune. Compte tenu de son titre de conseiller municipal et surtout de ce qu’il avait promis les semences à un prix nettement inférieur à celui du marché, le jardinier lui a remis le prix proposé. 90 000 FCFA.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

C’est le montant exigé par Brama pour des semences sur une superficie donnée. Des mois ont passé, voire la période de mise en place de la pépinière de l’oignon. Précisons que compte tenu des travaux champêtres, le jardinage dans la localité du conseiller Brama, est exercé juste après les récoltes. N’ayant pu avoir la semence à temps pour le jardinier, Brama devait lui rembourser les 90 000 FCFA. Depuis cette décision de remboursement, des rendez-vous non-honorés se sont succédés. Fatigué de subir les mensonges de son débiteur, Brama a confié l’affaire à la gendarmerie.

Grâce à ses relations, la gendarmerie lui a accordé une souplesse pour le remboursement. Malgré cette indulgence des « pandores », Brama continuait de « jouer au plus malin ». Las d’attendre, le patron de la gendarmerie a décidé de le mettre « au frais ». Dans la localité, surtout pour quelqu’un comme Brama qui a fait « son temps » dans le village, faire la prison était une honte inédite. C’est pourquoi, dès qu’il a appris qu’une mission de la gendarmerie venait chez lui pour l’arrêter, il s’est confié à un ami d’enfance devenu boutiquier. C’est ce dernier qui lui a offert les 30 000 FCFA pour qu’il puisse remettre une partie de la somme.

A son ami, Brama avait promis de rembourser les 30 000 FCFA en moins d’une semaine. Là aussi, monsieur le conseiller n’a pas tenu parole. Une affaire qui justifie bien cette idée qui dit : « Déshabiller Pierre pour habiller Paul », c’est en fait « déplacer » le problème au lieu de le résoudre. Au moment où Brama vivait ces péripéties, sa femme qui dit être « dépassée » par son comportement, l’a quitté « sans laisser d’adresse précise ». Comme quoi, « un problème n’arrive jamais seul ».

Souro DAO (daosouro@yahoo.fr)

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés