Relocalisation des sinistrés du 1er septembre 2009 : Yagma toujours en quête de stabilité

mercredi 15 août 2012 à 23h47min

La forte pluie enregistrée dans la nuit du 11 au 12 aout dernier, n’a pas épargné les habitants du site de Yagma. A quelques semaines du troisième anniversaire de leur relogement, certains d’entre eux se sont encore réveillé sinistré ce dimanche 12 aout. Mais pour les populations pas question de céder au désespoir.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Yagma, à environ 15 Km au nord de Ouagadougou. Les récentes importantes pluies ont fait resurgir le souvenir douloureux du 1er septembre 2009. En ce mois d’aout, débout dans son champ d’arachide Rosalie OUEDRAOGO, las de scruter le ciel avec une once d’inquiétude, contemple à quelques mètres sa concession. Le ciel s’assombrit de plus en plus et la pluie se fait menaçante. Encore humide, la maison se laisse fendre sous la pression d’un doigt. La maison de Rosalie a tenu bon cette fois ci mais pendant combien de temps restera t-elle debout ?

« Vraiment cette année, si ca continue, on aura à manger mais aucun toit sur nos tête pour en profiter », dit elle fataliste. Rosalie sait que sauf accalmie, sa maison ne passera pas la saison pluvieuse. Beaucoup de maison en banco ne résistent pas à la déferlante des eaux « elles fondent comme des maisons en sucre » affirme Rosalie OUEDRAOGO. Même les maisons en durs supposé être résistant, ont souffert de cette pluie. Rosalie OUEDRAOGO affirme que cette situation a eu raison de beaucoup de ses voisins. Selon, ses estimations, depuis 2009, elle a vu partir environ 60% des habitants.
« Pour être habilité à parler de la pluie du 11 aout dernier, vous ne pouviez pas mieux tomber » a annoncé d’entré de jeu le délégué du site Moumouni OUEDRAOGO qui a assisté impuissant à l’effondrement de sa maison. Même s’il a construit en banco, il a pourtant pris toutes les dispositions suggérées au moment de l’acquisition du terrain. Il a fait une fondation de 40 Cm de profondeur, qu’il a remplis de pierres et de béton.

Il a ensuite apposé 4 couches de briques plaintes. Malgré tout sa maison est tombée. Il est vrai que la construction des caniveaux a été entreprise et se poursuit. « les ouvriers sont en congés sinon vous alliez les trouver à l’œuvre » assure le délégué. Par endroit, la construction des caniveaux n’est pas encore achevée. Cela a pour conséquence des inondations de maisons et des routes impraticables quand il pleut. « Mais jamais situation que nous ne puissions gérer en communauté » poursuit Saidou MANDE, le représentant des vieux du site. Des effondrements en cascade de leurs maisons, Moumouni OUEDRAOGO en a bien une idée. Mais une toute autre. « Le problème c’est le banco qu’on utilise pour faire les briques ainsi que pour la construction » dit il.

« Le site est sablonneux » conclut-il. Il faut alors construire en dur mais beaucoup n’ont pas les moyens de le faire.
Depuis leur mésaventure de 2009, les sinistrés s’y connaissent en aide de tous genre. Mais les habitants n’en font pas une panacée même lorsqu’ils semblent dépassés par la violence du désastre. A Yagma, on explique sincèrement qu’il ne faut pas tout attendre du gouvernement. « On sait qu’ils veulent mais les gens dans le besoin sont nombreux » explique Saidou MANDE. Pour les effondrements de maisons nous avons consenti à interpeler l’action sociale de l’arrondissement de Signonghin, seulement pour les vieilles personnes invalides poursuit Moumouni OUEDRAOGO. « Si le gouvernement nous aide dans nos activités on est d’accord » dit Saidou. Et d’expliquer que « beaucoup qui était commerçant par exemple n’ont plus d’activité parce qu’il n’y a pas de marché.

C’est la place du marché comme ca. Voyiez, vous-même il n’y a rien ». « On ne pas s’appuyer sur du vide mais demander, toujours demander est dénigrant. Analyse t il. C’est pourquoi, il s’accroche à ce proverbe qui dit que quand on te frotte le dos, frotte toi le ventre » tout en espérant que leurs doléances au nombre desquelles la construction du marché, d’une route... prendront forme afin qu’ils puissent quitter le cercle vicieux de l’aide.

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés