Scandale foncier à Bobo : Le maire de Konsa octroie plus de 8 000 m2 à son Papa Barro Djanguinaba

dimanche 12 août 2012 à 23h18min

Le conseil des ministres en sa séance du 16 mai 2012 a levé la mesure de suspension sur les lotissements. Les motifs qui avaient conduit le gouvernement à suspendre les lotissements le 11 mai 2011 ne sont pas cependant dissipés. Des pratiques répréhensibles ont persisté même pendant la période de la suspension. A Bobo, il y a un arrondissement qui fait beaucoup parler de lui. Il s’agit de l’arrondissement de Konsa qui est aux mains de Karim Barro. Plus connu sous l’appellation « le fils de Djanguinaba Barro », le maire de Konsa se serait rendu coupable de scandales fonciers en manipulant le domaine public au profit de l’entreprise familiale, la Société Barro (SOBA).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Nous avons séjourné une semaine (du 17 au 23 juin) à Bobo pour tenter de vérifier cette accusation portée par une certaine opinion bobolaise.

Karim Barro, le maire de l’arrondissement de Konsa à Bobo, n’est pas un citoyen ordinaire. Il est le fils de Djanguinaba Barro. Djanguinaba Barro est une personnalité de premier plan de la ville de Bobo. C’est un homme influent au plan économique au niveau national et particulièrement dans son fief de Bobo. Celui qui a dit que « c’est l’économie qui gouverne le monde » trouve ici un argument en sa faveur. A Bobo, avec le nom Barro (de la famille Djanguinaba), on peut prétendre à des faveurs. C’est ce que pense une partie de l’opinion à Bobo et précisément dans l’arrondissement de Konsa. Le fils Karim a été élu maire de l’arrondissement de Konsa en 2006 sous la bannière du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), mais il aurait soutenu dans certains milieux que c’est l’argent de son père qui l’a placé là où il se trouve.

Et c’est un placement qui produit des intérêts. En mai 2009, la mairie de l’arrondissement de Konsa a consacré une série d’arrêtés municipaux à la famille du maire. Cinq arrêtés signés tous à la même date du 26 mai font la part belle à la Société Barro (SOBA) et à Djanguinaba Barro en personne. Ces arrêtés, les cinq dont nous avons obtenu copies, ont été signés par le maire Karim Barro, attribuant des terrains urbains, les uns à la Société Barro, les autres à Djanguinaba Barro en personne. Les cinq terrains cumulent une superficie totale de 8194m². Ces attributions font suite à des « demande de terrain » adressées par la Société Barro et Djaguinaba Barro à la mairie de Konsa et qui sont datées du 18 mai 2009. Aussi, le26 mai, soit 8 jours après l’introduction des demandes, le maire a fait suite aux sollicitations de la famille Barro en accordant les terrains demandés.

Les terrains sont situés dans la zone commerciale du secteur 18 de Bobo et sont référencés comme suit :

Terrain n°1 : Arrêté n°2009-039/CB/AK/M/Portant attribution provisoire à la Société SOBA d’un terrain Urbain d’une superficie de 493 m² environ, formant la parcelle 01 du lot 03 de la section 88 du secteur 18 de l’arrondissement de Konsa, Commune de Bobo-Dioulasso.

Terrain n°2 : Arrêté n°2009-040/CB/AK/M/Portant attribution provisoire à la Société SOBA d’un terrain Urbain d’une superficie de 4494 m² environ, formant la parcelle 00 du lot 17 de la section 89 du secteur 18 de l’arrondissement de Konsa, Commune de Bobo-Dioulasso.

Terrain n°3 : Arrêté n°2009-041/CB/AK/M/Portant attribution provisoire à Monsieur BARRO Djanguinaba d’un terrain Urbain d’une superficie de 682 m² environ, formant la parcelle 01 du lot 22 de la section 88 du secteur 18 de l’arrondissement de Konsa, Commune de Bobo-Dioulasso.

Terrain n°4 : Arrêté n°2009-042/CB/AK/M/Portant attribution provisoire à Monsieur BARRO Djanguinaba d’un terrain Urbain d’une superficie de 668 m² environ, formant la parcelle 06 du lot 21 de la section 88 du secteur 18 de l’arrondissement de Konsa Commune de Bobo-Dioulasso.

Terrain n°5 : Arrêté n°2009-043/CB/AK/M/Portant attribution provisoire à Monsieur BARRO Djanguinaba d’un terrain Urbain d’une superficie de 1857 m² environ, formant la parcelle 00 du lot 33 de la section 87 du secteur 18 de l’arrondissement de Konsa, Commune de Bobo-Dioulasso.

Dans les secteurs 18 et 19, les constructions sont en cours, mais il est difficile d’identifier matériellement les terrains ci-dessus cités et référencés.

De la procédure d’attribution des terrains

Rencontré le 22 juin à 18h dans son bureau à la mairie, le maire a beaucoup hésité avant de nous accorder le rendez-vous. Selon lui, il ne souhaitait pas s’exprimer sur la question à partir du moment où une inspection du Ministère de tutelle est déjà saisie du dossier. Il a ensuite dit qu’il se prononcerait uniquement sur la procédure d’attribution et non sur le fond de l’affaire qu’il attribue à des dénonciations politiques. Sur la forme donc, le maire soutient que la procédure d’attribution a suivi les règles. Les dossiers de demande des terrains dans le cas d’espèces (il ne s’agit pas de parcelles d’habitation) ne sont pas déposés à la mairie mais plutôt au service des domaines.

Et c’est exactement à ce niveau que les dossiers de demandes de terrains de la SOBA et de Djanguinaba Barro ont été déposés selon le maire de Konsa. Il ajoute que les différentes demandes ont requis les avis favorables des services techniques compétents tels que l’urbanisme et les cadastres. Selon la procédure donc, c’est après avis de tous les services concernés que les dossiers parachutent sur le bureau du maire et chaque dossier y arrive déjà avec un projet d’arrêté municipal en annexe. Après avoir pris connaissance de tous les avis techniques, le maire décide en dernier ressort d’attribuer ou de ne pas attribuer le terrain demandé. Selon un agent de la mairie de Konsa qui a requis l’anonymat, la procédure telle que décrite n’est pas remise en cause. Selon ce dernier qui connait le dossier, le péché du maire se trouve ailleurs.

La zone où les terrains ont été attribués à SOBA et Djanguinaba est présentée aujourd’hui comme étant une zone commerciale. « Cela n’est pas vrai » nous a-t-il fait savoir. Les conseillers municipaux du même arrondissement estiment qu’en dehors du maire, la zone commerciale n’était pas connue officiellement donc n’avait pas été décrétée officiellement. Ils n’auraient pas été associés à la prise de la décision qui crée cette zone commerciale et n’en ont été informés que par les bruits de la ville après la découverte des attributions faites à SOBA. Leur sentiment est que cette zone commerciale a été créée dans la seule intention de satisfaire la demande de la famille Barro. Un autre grief porte sur la superficie accordée à Djanguinaba Barro et à sa société.

Pour les conseillers, c’est énorme d’attribuer 8194m² en zone urbaine à un même bénéficiaire dans une zone qui initialement n’était pas destinée aux affaires. En effet, jusqu’à son lotissement, le secteur 18 était une zone de champs. Quand bien même le secteur 18 est situé dans l’arrondissement de Konsa, les propriétaires terriens de ce secteur sont les habitants du secteur 6 dans le quartier Kuinima de l’arrondissement de Dafra. Les secteurs 6 et 18 sont frontaliers et Le secteur 18 avait été loti dans le but d’y aménager les habitants du secteur 19 de Konsa qui sont installés sur une nappe phréatique. 601 concessions avaient été recensées dans le secteur 19 pour être déplacées au 18. Le transfert des populations n’a pas encore eu lieu parce que les parcelles n’ont pas encore été attribuées à ces derniers. Il y a eu seulement une liste de 1496 parcelles attribuées au profit des propriétaires terriens du secteur 18. Cette liste a été convenablement affichée à la mairie même si certains propriétaires terriens estiment que la liste a été exagérée.

Les propriétaires terriens seraient en réalité moins nombreux que cela. Paradoxalement, on trouve encore des propriétaires terriens qui n’ont pas eu leurs parcelles. Des usurpateurs ont pu bénéficier des parcelles à leurs places. Sur le terrain, on peut cependant constater des constructions qui sont en cours. Il s’agit de magasins dans la zone commerciale et des maisons d’habitation dans le reste du secteur nouvellement loti. Il s’agir d’attributaires qui seraient venus d’autres quartiers ou d’autres villes acheter des parcelles dans le secteur 18. Aucune attribution officiellement n’a encore été faite jusqu’aujourd’hui, excepté la liste des 1496 attributaires. Des conseillers soutiennent pourtant que toutes les parcelles du secteur 18 ont été attribuées laissant en marge les populations du secteur 19.

Les textes prévoient que les attributions doivent faire l’objet de publication notamment par affichage au niveau de l’arrondissement. Ni les terrains attribués à SOBA et à Djanguinaba Barro ni les attributions pour habitation au secteur 18 n’ont fait l’objet d’affichage au niveau de la mairie. Tant que les habitants du secteur 19 ne seront pas installés dans le nouveau secteur loti, les populations appuyées par certains conseillers de l’arrondissement soutiennent qu’il s’agit d’un détournement. Brahima Sanou, ancien président de délégation spéciale au niveau de l’arrondissement de Dafra renchérit : « les habitants du secteur 6 avaient cédé leurs champs parce que la mairie leur avait dit que les terrains serviraient à reloger les habitants du secteur 19, mais ils se sont rendus compte qu’il s’agit d’une spoliation ».

Le maire révise un lotissement de 1986 par un arrêté

Ce n’est pas seulement aux secteurs 18 et 19 que le maire aurait installé sa famille. Au secteur 20 dans le quartier Lafiabougou, un autre terrain fait l’objet de litige. Il s’agit d’une réserve foncière initialement destinée à la construction de la gare routière et du marché du quartier Lafiabougou. Ce terrain relève d’un lotissement fait en 1986 sous la révolution. Le lot 2998 dont il s’agit a d’abord été attribué à la SONABEL. Il a ensuite été retiré à cette société parce que le terrain n’a pas été mis en valeur dans le délai de cinq ans prescrit par la loi. Le 10 octobre 2007, le conseil d’arrondissement de Konsa a consacré une délibération audit terrain.
Il s’agit de la délibération N°207-007/CB/AK/SG portant affectation d’un terrain constituant le lot 2998 sis au secteur 20, comme site de l’auto-gare et du marché du secteur n°20.

Le maire à cette session du conseil municipal a exposé ce qui suit : « compte tenu du fait qu’il est prévu la construction d’un marché de fruits et de légumes sur le site de l’auto-gare situé au secteur n°09 dans le cadre d’un projet de « Millénium Challenge Account » ; et eu égard à la nécessité de trouver un site adéquat pour le marché du secteur n°20 et de l’auto-gare du secteur n°09 : il apparait plus que nécessaire d’affecter le lot sus visé (ndlr :lot N°2998) pour le site du marché du secteur n°20 et de l’auto-gare du secteur n°09. ». Nous avons rencontré les conseillers qui ont adopté cette délibération. Ils estiment qu’ils ont été trompés par le maire qui avait une intention voilée.

En effet, le 03 octobre 2007, Madame Traoré Minata avait adressé une demande à la mairie de Konsa pour bénéficier d’un terrain dans la réserve en question. Cette demande date exactement d’une semaine avant la cession du conseil municipal qui a affecté le lot 2998 à la construction de l’auto-gare et du marché. Pour satisfaire Madame Traoré Minata, le lot a été morcelé pour en faire un lot 2998 et un lot 2998 bis. C’est dans le lot 2998 bis qu’un terrain d’une superficie de 1188m² a été attribué à la demandeuse par arrêté n°2008-057/MATDS/RHBS/PHUE/CB/AK/SG/BD portant attribution d’un terrain urbain d’une superficie de 1188m² formant la parcelle 01 du lot 2998 bis du secteur 20 arrondissement de Konsa, Commune de Bobo-Dioulasso au nom de Madame Traoré Minata.

Selon des personnes qui affirment connaitre la nommée Traoré Aminata, elle serait la génitrice du maire. L’utilisation de son nom de jeune fille Traoré au lieu de Barro (le nom de son époux) a permis de masquer la vraie identité de Mme Barro née Traoré Minata. Le maire sur cette question a démenti cette thèse. Dans le même lot, plusieurs parcelles qui ont été attribuées et on peut constater des chantiers en cours de réalisation tandis que d’autres immeubles sont déjà achevés et servent de commerce. On attribue ces parcelles au maire, à sa maman et à un de ses oncles. Sur ces accusations, le maire a répondu que tout cela n’était que du « faux ». Il ne s’est pas prononcé sur le morcellement du lot mais il affirme que les bénéficiaires ne sont pas les gens de sa famille. « Ceux qui me connaissent savent que ce n’est pas ma mère », nous a-t-il dit au sujet de Mme Minata Traoré.

L’inspection du MATDS qui a séjourné à Bobo du 29 mai au 2 juin dernier devrait faire la lumière sur toutes ces affaires. Les deux inspecteurs qui ont fait la mission de Bobo ont été conduits sur les sites des terrains litigieux de l’arrondissement de Konsa. Ils ont visité les terrains présumés irrégulièrement affectés au maire Karim Barro ou à sa famille. Quand nous quittions Bobo, ce sont les résultats de cette mission d’inspection qui étaient le plus attendus aussi bien du côté du maire que de ceux qui le chargent.

Cédric Kalissani

MUTATIONS N. 11 de juillet 2012, Mensuel burkinabé paraissant chaque 1er du mois (contact : Mutations.bf@gmail.com)

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés