ECHO DE L’OUEST : Des anciens cimetières de Bobo-Dioulasso changent de destination

vendredi 3 août 2012 à 00h15min

Deux anciens cimetières de la ville de Bobo-Dioulasso viennent de changer de destination. Il s’agit de ceux des secteurs 22 et 14. L’ancien cimetière du secteur 22 a été attribué à l’Université polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) pour la construction des infrastructures complémentaires dans le cadre de l’ouverture de ses nouvelles filières dès la rentrée 2012-2013. Ce terrain a été octroyé suite à une demande d’agrandissement formulée par le président de l’UPB. Quant au cimetière du secteur 14, il a été affecté au ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat en vue de la construction du village artisanal de Bobo-Dioulasso. Le village artisanal de Bobo est destiné aux artisans des Hauts-Bassins.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Il doit regrouper sur un même site, environ 300 artisans de différents métiers, et sera un centre d’accompagnement, de production, de formation et de commercialisation des produits artisanaux. Le village artisanal sera réalisé par l’Etat burkinabé avec l’appui de la République de Chine Taïwan.


SOFITEX : Le chef d’usine de Banfora I déféré à la Maison d’arrêt

Le chef de l’usine d’égrenage de la SOFITEX Banfora I croupit depuis le mardi 31 juillet 2012 à la Maison d’arrêt et de correction. C’est en fin de matinée, a-t-on appris, que Achille Batiébo, bien connu dans les milieux des affaires à Banfora a été entendu par le procureur du Faso et déféré séance tenante à la Maison d’arrêt. Cela, indique-ton, suite à une plainte déposée par une dame, un patron d’huilerie résidant à Ouagadougou qui l’accuserait d’escroquerie. Le montant exact reste un secret de polichinelle, mais la rumeur à Banfora cite 25 millions. La plainte porte sur une affaire scabreuse de graine de coton avec des ramifications en Côte d’Ivoire qui aurait tournée au fiasco. Cette affaire rocambolesque intervient au moment où le prévenu vient d’être relevé de ses fonctions de chef d’usine et muté à Bobo-Dioulasso. Affaire à suivre donc.


Un festival pour promouvoir la musique traditionnelle burkinabè

Le Centre culturel « Duyien » a organisé pour la troisième fois, le festival de la musique traditionnelle à Bobo-Dioulasso, jeudi 26 juillet 2012. L’événement a été placé sous le thème « Musique traditionnelle, transfert de compétence à la jeune génération ». Il s’agit ainsi, selon la directrice du festival, Djénéba Koïta, d’une invite à la jeunesse à s’intéresser à sa propre culture, aujourd’hui confrontée à des cultures étrangères. L’objectif du festival est donc de promouvoir la culture burkinabè. Outre la prestation de 14 artistes qui ont occupé les espaces qui leur sont réservés pour montrer au public leur talent, il y avait au menu un panel et une formation à l’endroit des artistes et des journalistes culturels de Bobo-Dioulasso.


Crise au CDP Comoé : Barro Djanguinaba joue la médiation

La crise que traverse le CDP/Comoé est prise au sérieux par Barro Djanguinaba. De sources proches de ce parti, le président d’honneur de la FEDAP-BC, aurait rencontré en début de semaine à Bobo-Dioulasso, les frondeurs afin de les « ramener à la raison », mais peine perdue. Ils sont restés camper sur leur position. En effet, le groupe accuserait le bureau exécutif national du CDP d’avoir bafoué les textes portant sur le renouvellement des sections. Toujours dans la recherche d’un consensus, Laurence Héma, la présidente de l’association Munyu des femmes de la Comoé aurait été reçue par la sœur du chef de l’Etat. Au regard de la prise de position des mécontents, on pourrait dire que les médiateurs ont du pain sur la planche.


Le Premier ministre à Banfora

Annoncé depuis le mois de février, le chef du gouvernement, Luc Adolphe Tiao, sera dans la cité du Paysan noir du jeudi 9 au samedi 11 août 2012. Si le calendrier de son séjour n’est pas encore rendu public, l’annonce de cette visite est perçue avec beaucoup d’espoir du côté de la SN-SOSUCO où l’accalmie sur le front n’est qu’apparente, au moment où le procès en appel des travailleurs jugés et condamnés est fixé pour le 13 août 2012. La même lueur d’espoir est nourrie par les ex-travailleurs de la SN-GMB, frappés par un chômage technique depuis quelques années. A cela, il faudra ajouter les tensions engendrées par les conflits fonciers et qui s’inviteront sans nul doute aux débats.

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés