Gestion des maisons de la femme du Burkina : Nestorine Sangaré veut y voir clair

vendredi 27 juillet 2012 à 00h51min

Le Burkina Faso s’est engagé, dès les débuts des années 2000, dans une politique de mise en place de cadres de promotion et d’épanouissement de l’autre moitié du ciel à travers notamment la construction des maisons de la femme dans les provinces. A ce jour, le pays compte 48 maisons de la femme et 15 centres de promotion féminine. Mais, la gestion, de la plupart de ces structures, caractérisée parfois par une certaine opacité, n’a pas toujours respecté les règles de l’art. Et c’est justement pour prendre l’exacte mesure de la situation que le ministère de la Promotion de la Femme a commandité une étude dont la restitution des résultats a eu lieu ce jeudi, 26 juillet 2012 à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« C’est un défi pour nous tous. Parlons-nous franchement. Si une femme a honte parce qu’elle a mal gérée sa maison, c’est la honte à nous tous. Il nous faut partager les bonnes expériences et tirer les leçons des erreurs afin de remettre les maisons de la femme dans une dynamique », a indiqué Dr Nestorine Sangaré, ministre de la Promotion de la femme, dans son mot introductif à la restitution des résultats de l’étude. L’objectif principal de l’étude est d’identifier et d’analyser les modes de fonctionnement de ces maisons par rapport aux missions et objectifs qui leur sont assignés et d’autre part, de proposer les changements y afférents pour l’atteinte de ces objectifs.

Faut-il le rappeler, l’objectif premier assigné aux maisons de la femme, considérées comme cadres d’émergence de l’épanouissement des femmes, c’est la promotion des actions féminines en vue de l’amélioration des revenus et des conditions de vie des femmes de la province. Dans cette optique, la maison de la femme est un leu où les femmes peuvent normalement se retrouver pour mieux poser et discuter de leurs problèmes collectifs et partager leurs aspirations. La maison de la femme était donc conçue comme un moyen pour les bénéficiaires de surmonter les pesanteurs socioculturelles auxquelles elles sont souvent confrontées dans la société.

Mais, après plus de dix ans d’expérience, force est de constater que les résultats escomptés de ces maisons de la femme n’ont pas du tout été atteints. L’on note par exemple des insuffisances dans la gestion et souvent des dysfonctionnements criards. Les résultats de l’étude sont plus explicites : Non respect, sinon ignorance des textes régissant les sociétés coopératives ; méconnaissance des missions et rôles ; conflits latents entre acteurs ; sous exploitation des installations ; confusions de rôle ; non renouvellement des comités de gestions ; faible participation ou association des femmes aux activités des maisons. Bref, un sombre tableau devant lequel Nestorine Sangaré n’est pas restée de marbre.

La ministre de la Promotion de la Femme pense en effet que le moment est venu de se regarder dans la glace, de tirer les enseignements des manquements et d’envisager des actions pour aller de l’avant. Il le faut d’autant plus que le Programme PPTE dans le cadre duquel les maisons de la femme ont été construites est à terme, ne serait-ce que pour éviter que ces infrastructures édifiées à coût de centaines de millions, voire de milliards, ne sombrent dans de délabrements indescriptibles. Le gérant du cabinet ayant mené l’étude, Olé Alain Kam, invite, pour sa part, les gestionnaires des femmes à respecter la règlementation en vigueur, à se doter de véritables plans de gestion et de communication. C’est à ce prix, leur dit-il, qu’on les prendra au sérieux. En tout cas, le diagnostic de l’étude est assorti de recommandations et d’un planning d’actions visant le renforcement des Maisons de la femme du Faso.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés