ZONES INONDABLES DE OUAGADOUGOU : Deux ministres pour prévenir le danger

vendredi 27 juillet 2012 à 00h48min

Les ministres Jean Bertin Ouédraogo des Infrastructures et du Désenclavement et Yacouba Barry de l’Habitat et de l’Urbanisme, ont sillonné jeudi 26 juillet 2012, la capitale burkinabè pour visiter quelques zones inondables. Ils étaient accompagnés du maire de Ouagadougou, Simon Compaoré et ses collaborateurs dont des maires d’arrondissements. La visite fait suite aux inondations survenues quelques jours, auparavant.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

"Les populations de Ouagadougou sont, en partie, responsables des inondations dans la ville". Telle est la conclusion faite par les ministres Jean Bertin Ouédraogo, des Infrastructures et du Désenclavement et Yacouba Barry, de l’Habitat et de l’Urbanisme à l’issue de la visite effectuée, hier jeudi 26 juillet 2012, dans la ville de Ouagadougou. Les deux membres du gouvernement, accompagnés du maire de Ouagadougou sont allés sur quelques sites inondables de la capitale. Cette visite des deux ministres intervient 48 heures à peine, après les inondations du mardi 24 juillet.

Les zones visitées sont entre autres, le Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO), les affluents du canal des secteurs n°16 et n°17, le site de l’hôtel de finances de Nemnin, la zone de Rimkiéta au secteur n°19 et le côté Ouest de la clinique Sacré-cœur au secteur n°24.

Pour le maire Simon Compaoré, il s’agit d’endroits qui posent de "gros problèmes et des insomnies » à la population et aux autorités. « Nous n’avons pas pu tout visiter, mais nous avons avec les deux ministres, vu l’essentiel de ces points critiques », a-t-il précisé, à la fin de la tournée.

De son côté, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Yacouba Barry, a rappelé qu’ils (Ndlr : lui et son collègue des Infrastructures et du Désenclavement) ont été dépêchés par le président du Faso et le Premier ministre « pour faire un tour d’ensemble avec les autorités de la ville de Ouagadougou, suite aux conséquences de la pluie du mardi 24 juillet 2012 ». Il a témoigné le soutien du gouvernement aux populations victimes des inondations et qui ont eu des dégâts matériels. Le ministre Barry a remercié la mairie pour les efforts consentis dans le sens de l’assainissement. Il a réaffirmé la volonté du gouvernement à accompagner les autorités municipales.

Trouver des passages rapides aux eaux pluviales

L’interpellation de Yacouba Barry est allée aux populations, surtout celles riveraines des zones concernées. « Nous appelons les riverains des ouvrages de drainage d’eau de pluie, à entretenir lesdits ouvrages et de ne pas y déverser des ordures, car nous avons constaté que l’eau contenue dans les canaux est chargée d’ordures, dues à l’action de l’homme », a indiqué le ministre. Son avis est partagé par son homologue en charge des Infrastructures et du Désenclavement, Jean Bertin Ouédraogo qui pense qu’il y a un manque de civisme des riverains des ouvrages. « La plupart des caniveaux que nous avons vus, notamment le grand canal qui draine l’eau vers le Parc urbain Bangr-Weogo, est totalement bouché par des détritus, des ordures ménagères », a déclaré le ministre Ouédraogo. Le cas de CHU-YO a été relevé.

« C’est l’obstruction des caniveaux autour de l’établissement sanitaire qui conduit à ces cas d’inondation », a reconnu le ministre en charge des Infrastructures.

Au quartier Belle-ville, plus précisément dans la zone dénommée Wapassi, au secteur n°17, dans l’arrondissement de Boulmiougou, les visiteurs ont constaté qu’une habitation construite sur le conduit naturel de l’eau, occasionne des inondations. Selon le maire de cet arrondissement, Joanny Ouédraogo, la mise en valeur de la parcelle par son propriétaire, est la principale cause des inondations à cet endroit.

Autre lieu, autre réalité. La zone de Rimkèta, au secteur n°19, présente une large étendue inondable. Les spécialistes ont expliqué que les eaux viennent du barrage de Boulmiougou et qu’elles sont excessives, elles débordent.

Sur certains sites tels qu’à proximité du pont en construction jouxtant l’hôtel de finances de Nemnin, le maire Simon Compaoré a demandé le recensement et le déguerpissement des populations installées de façon anarchique. Des consignes ont été données au premier adjoint au maire de Baskuy, Pauline Traoré, qui était de la délégation. Un pont assez haut, en comparaison au précédent, est en construction sur le canal, en ce lieu.

A tous les endroits visités, les ministres ont suivi les explications des techniciens. Faisait partie de ceux-ci, le directeur général adjoint des services municipaux de la commune de Ouagadougou, Arzouma Zombré. Il en ressort que des études ont été élaborées ou sont en cours d’élaboration, en vue de réaliser des infrastructures d’évacuation des eaux de pluie. En effet, il est reconnu que la vraie raison des inondations à Ouagadougou demeure l’absence d’issues d’évacuation rapide des eaux pluviales.

Alban KINI (alban_kini@yahoo.fr) et Aimé ZIGANI (stagiaire)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 juillet 2012 à 07:20
    En réponse à : ZONES INONDABLES DE OUAGADOUGOU : Deux ministres pour prévenir le danger

    Si la mise en valeur de "sa parcelle" cause des inondations, alors pourquoi lui avoir accordé ladite parcelle ? la mairie ne disposait pas de techniciens à l’époque ? Dans mon quartier, secteur 27, on a attribué des parcelles d’habitation dans une rizière (on y cultive du riz pendant la saison des pluies) ; comment cela peut-il arriver avec toute l’expertise de la mairie ? mystère et boule de goonré (pour reprendre l’expression d’un hebdomadaire de la place)

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2012 à 07:44
    En réponse à : ZONES INONDABLES DE OUAGADOUGOU : Deux ministres pour prévenir le danger

    Pour prévenir le danger, où ça ? ce sont des médecins qui viennent après la mort de leur patient. Que font-ils ces soit-disants responsables ? pas grand chose. Les gens de Dapoya en face de la centrale de la Sonabel sont toujours dans leur zone inondable depuis 2009 alors qu’ils sont censés quitter la zone puisque les bornes rouges existent. A qui la faute demain, s’ils sont inondés ? Pas à eux mais bel et bien nos premiers responsables qui ne font pas leur job. Il serait temps de balayer cette vieille génération aux affaires qui sont des incapables à commencer par le bourgmestre qui fait plus de brouhaha que de choses sérieuses dans sa cité

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2012 à 07:52
    En réponse à : ZONES INONDABLES DE OUAGADOUGOU : Deux ministres pour prévenir le danger

    L’état ne fait pas respecter les plans d’urbanismes ou d’occupation du sol. Sinon, des zones inondables et non constructibles ont été délimitées depuis le 1er septembre 2009 mais, où en sommes nous aujourd’hui ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2012 à 08:22, par BERE
    En réponse à : ZONES INONDABLES DE OUAGADOUGOU : Deux ministres pour prévenir le danger

    C’est très bien ce que le gouvernement fait pour aider la population à s’en sortir dans le cadre des inondation. Mais quel intérêt ce gouvernement a à attendre qu’il ai des inondations avant de réagir ? Toutes ces mesures devraient être prises un à deux mois avant le début des pluies.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2012 à 10:29, par justice
    En réponse à : ZONES INONDABLES DE OUAGADOUGOU : Deux ministres pour prévenir le danger

    Pourquoi attendre le pire à chaque fois avant d’agir ? Vous ne savez pas qu’il faut mettre en place des infrastructures pour évacuer et drainer les eaux ?? Vous ne savez pas non plus qu’il faut initier des patrouilles de contrôle avec amende à la clé pour contraindre les riverains et prévenir tout comportement inadapté à la vie urbaine ?
    Déplacer les populations qui n’ont pas vocation à vivre en ville parce que ne répondant pas aux standards de base. On ne peut pas laisser pousser des taudis un peu partt, des bidonvilles au coeur et à la périphérie de la cité. Il faut construire des logements sociaux et réactiver la location vente pour permettre aux populations d’avoir un logement solide et digne. Il faut réfléchir globalement parce que les domaines sont liés, nous parlons de logement mais c’est aussi la sécurité, la santé publique.Donc arrêtons de réagir mécaniquement aux conséquences d’un problème beaucoup plus global et qui mérite donc une approche appropriée et plus intelligente que ce qui est fait aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet 2012 à 10:29, par ibrahimo
    En réponse à : ZONES INONDABLES DE OUAGADOUGOU : Deux ministres pour prévenir le danger

    bien vrai que le manque de canniveaux est l’une des causes des innondation, mais il faut relever que le comportement des citoyens est déplorable.depuis le debut de la saison des pluies les services de ramassage des ordures n’ont plus d’activité tant est que ces canniveaux sont devenus des lieux de depos des ordures lorsqu’il pleut.J’ai plusieur fois été témoin des ces pratiques dans les quartiers pendant les pluies.Donc il faut que la mairie prossède à des sensibilisations puis à des sanctions à l’encontre de ces citoiyens d’un autre âge. Même la miser des gens ne saurait expliquer de tels comportements.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés