Vols avec effraction : ils détenaient un trousseau de 275 "fausses clés"

mercredi 25 juillet 2012 à 23h22min

La brigade ville de gendarmerie de Kossyam a démantelé un groupe de trois présumés délinquants spécialisés dans les vols avec effraction et usage de fausses clés. Ces hommes, présentés à la presse ce mercredi 25 juillet 2012, avaient en leur possession un trousseau de 275 fausses clés toutes catégories confondues.

Dans la nuit du 13 au 14 juillet dernier, M. Mandé, commerçant résident au secteur 30 de Ouagadougou, constate la disparition de son vélomoteur de marque Jupiter MX. La victime se présente immédiatement à la brigade de gendarmerie de Kossyam pour déclarer le vol et soupçonne son voisin de maison, B. Drabo qui selon ses dires possédait un système de contact d’un vélomoteur de la même marque que la sienne, dont il cherchait à se faire confectionner la clé.

Alertée, la brigade interpelle alors le suspect qui aurait reconnu les faits et en s’attribuant même la paternité de plusieurs autres vols, commis avec effraction ou en utilisant de fausses clés, avec d’autres acolytes dans les secteurs 15, 16, 30, ainsi qu’au quartier chic de Ouaga 2000. Poursuivant l’enquête, la gendarmerie de Kossyam arrête deux autres personnes : Z. Ouédraogo et C. Sanou. Selon le lieutenant Bapan Niangao, commandant de la compagnie de Ouagadougou, un troisième, le recéleur du nom de A. Zoundi, repris de justice et bien connu de la sous-unité, est toujours en cavale.

Les gendarmes ont pu saisir des mains des présumés coupables, le matériel non encore écoulé. Il se compose d’engins à deux roues, dont quatre vélomoteurs, deux bicyclettes, mais aussi de matériels variés allant de salons complets aux des machines à coudre, en passant par des antennes paraboliques, un réfrigérateur, une cuisinière avec four, du matériel de salon de coiffure, des téléphones portables, des postes téléviseurs écran plasma. La gendarmerie a aussi mis la main sur un lot de 275 fausses clés toutes catégories confondues et divers autres matériels.

Cette présentation des délinquants a été l’occasion pour le lieutenant Niangao d’inviter la population à une franche collaboration avec les forces de défense et de sécurité, « seul gage qui leur permettra de lutter efficacement contre le banditisme ». Quant aux présumés délinquants arrêtés, ils risquent une peine allant de 10 à 20 ans de prison.

ELZA SANDRINE SAWADOGO

Fasozine

Messages

  • chapeau a la gendarmerie de kosyam et au lieutenant niangao ils font vraiment du bon boulot car ca fait la 2ème fois je pense en l’espace d’une semaine qu’ils démantellent un réseau de malfaiteurs ils méritent nos encouragements. Prudence à tous

  • Walaïï je propose qu’on condamne tous les malfras pris la main dans le sac a perpetuité puisque une fois liberé de la prison ils deviennent pire. si on les executait on serait a bout de ses ganster. franchement trop c’est trop. j’accuse les forces de l’ordre d’être trop clement avec ces mechants ki n’ont aucune raison de vivre parmi les honnêtes citoyen.

  • Bonjour la presse.Nous voulons exactement les noms de ces partisans du moindre effort.Ouédraogo Z. ;Sanou c. ;A. Zoundi. qui sont-ils ?

  • Félicitation !!!! messieurs les pandores vous avez fait du bon boulot. Je vous demande de prier la brigade ville de siguinonguin de se reveiller un peu le quartier infecte de délinquants aussi.

  • Voila un seul moyen de finir avec le grand banditisme au Faso : la peine de mort....On aura plus de place a la MACO pour eux si ca continue comme ca.

    Merci

    • Bonjour les forumistes.

      Lynn ,je pense que ça sera trop facile,simpliste et meme illegal dans un etat de droit.Nonobstant,je propose que ceux qui braquent et tuent soit éxecutés ou fassent la prison à vie.
      Les repris de justice soit eux s’ils ont utilisé une arme qui a couté la vie à leur victimes soient pendus haut et court.

      Du reste ,ceux qui boivent aussi notre sang en prenant nos milliards doivent payer de façon spéciale mais que l’on épargne leur vie afin qu’ils puissent conseiller autrui

  • Salut.
    Le nombre grandissant de chômeurs m’inquiète beaucoup. Pour exemple, chaque année il sort de l’université au 500 titulaires d’une maitrise en science économique. Alors que l’Etat n’en recrute peut être que 100 et les secteurs privée à peu près le même nombre. Que font les 300 autres.
    Là encore je n’ai considéré que le domaine des sciences économiques. Il y a aussi les sciences biologiques, les sciences littéraires, les sciences exactes. Il faut que nous trouvions ensemble des solutions pour tous ces chômeurs potentiels.
    Il faut par exemple, qu’au lieu de l’agro-business, on forme des jeunes volontaires qui veulent vraiment travailler et qu’on les installent à Bagré.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés