Fait de chez nous : Quand madame détrempe le ticket gagnant

jeudi 12 juillet 2012 à 23h06min

Les forces de l’ordre ont été obligées de se regrouper autour de Bernard pour plus d’informations. Sans prononcer un mot, Bernard continuait de présenter la porte posée contre le mur de la Loterie nationale du Burkina (LONAB). Les agents qui continuaient de s’interroger, ont finalement compris qu’il s’agissait d’un morceau de papier collé sur la porte. « C’est ma femme qui l’a mouillé. C’est pourquoi je l’ai collé ici pour ne pas perdre mon gain ». Trois millions. C’est la somme que Bernard doit percevoir pour avoir gagné au 4+1 d’un pari de la LONAB. Sa femme qui ne savait pas que le ticket gagnant se trouvait dans la poche d’un des pantalons de Bernard, l’a donc mouillé par mégarde.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Heureusement, Bernard s’en est vite rappelé et est arrivé au moment où madame s’apprêtait à frotter le pantalon : « Ka na kê, ka na kê », (ne fait pas, ne fait pas…), a lancé Bernard à sa femme. Il plonge sa main dans la poche et ressort avec le ticket bien mouillé. Il le colle sur le portail de sa maison et « monte la garde » à côté. Le ticket est sec. Il tente de le décoller, mais, il partait en morceau. Sans chercher d’autres solutions, Bernard a déplacé le portail jusqu’à la LONAB. A cet effet, il s’est fait accompagner par un voisin de quartier. Ensemble, ils ont transporté le portail jusqu’à destination. Une fois sur les lieux, Bernard a pris place dans les rangs avec sa porte à côté. « Ce pourquoi les autres sont là, moi aussi je suis là pour la même cause… », continuait de monologuer Bernard.

Ce comportement qui s’apparentait à celui d’un débile mental, a retenu l’attention des forces de l’ordre. C’est pourquoi, elles ont écouté Bernard. Une fois sa situation comprise, elles l’ont introduit et une vérification électronique du ticket a été faite. Après avoir accompli toute la procédure, les 3 millions lui ont été versés. Sur place, il a remis 10 000 FCFA à la fille chez qui, il avait joué. Car cette dernière avait été contactée aussi lors de la vérification du ticket. Et son voisin qui l’avait aidé à transporter la porte, lui dit : « c’est sûr que moi j’aurai plus que lui ? ». Bernard qui ne s’est pas soucié de cette question, a pris sa porte et les deux sont repartis. Une histoire qui confirme l’idée selon laquelle, devant l’argent, on est capable de tous les comportements, pourvu que nous mettions la main sur ce petit dieu appelé « argent ».

Souro DAO (daosouro@yahoo.fr )

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés