JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LA DROGUE : Plus de 11 tonnes de produits incinérées à Banfora

jeudi 28 juin 2012 à 23h55min

La 23ème Journée internationale de lutte contre l’usage et le trafic illicite des drogues a été commémorée, le 26 juin 2012 à Banfora, sous le thème « Jeunesse, abus de la drogue et criminalité ». A cette occasion, 11 tonnes 452 kg 06 g de drogue et de médicaments de la rue saisis ont été incinérés.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

La cité du Paysan noir a abrité du 23 au 26 juin 2012, les activités commémoratives de la 23ème Journée internationale de lutte contre l’usage et le trafic illicite des drogues. Concours de poésie des élèves des lycées et collèges, course cycliste dénommée « Coup de pédale contre la drogue », match de football, projection cinématographique, sont entre autres, les activités ayant marqué la célébration de cette journée.

Selon le secrétaire permanant du Comité national de lutte contre la drogue (SP/CNLD) Amadé Bélem, ces activités ont été organisées en vue « d’interpeller la conscience nationale, surtout celle des parents, sur les conséquences multiples et diverses de la drogue sur leurs progénitures et son impact sur un développement durable au Burkina Faso ». M. Bélem a souligné que le Burkina Faso n’est pas épargné par les menaces et défis divers occasionnés par le trafic des drogues et le crime organisé. Zone de transit par excellence, on y rencontre en effet toutes sortes de stupéfiants et produits toxicomanogènes tels le cannabis, la cocaïne, le datura appelé « AlmoukaïkaÏ » ou « Batana ».

Au total, ce sont 32 tonnes 879 kg de cannabis, 0,253 kg de cocaïne, 0,202 kg d’héroïne et 9 tonnes 202 kg de médicaments de rue qui ont été saisis dans le pays durant l’année 2011. Pour montrer la détermination du Burkina Faso à combattre le fléau des drogues, il a été procédé publiquement à Kossara, un secteur de Banfora, à l’incinération de plus de 11 tonnes de drogues et de médicaments de la rue, à l’issue de la cérémonie officielle. Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré, a condamné l’usage et le trafic illicite des drogues. Pour lui, le Burkina Faso est conscient des enjeux et menaces découlant du fléau de la drogue sur l’ordre public, la santé, la stabilité sociale et le développement durable.

« La lutte contre ce fléau dépasse le cadre d’une seule compétence comme le Comité national de lutte contre la drogue. Elle nécessite une union sacrée de toutes les couches sociales », a-t-il dit. C’est pourquoi, il a interpellé particulièrement les jeunes à s’y impliquer pour la recherche d’un monde sans drogue. A l’adresse des parents, des éducateurs et de tous les intervenants sociaux, Alain Edouard Traoré a demandé qu’ils fassent de la lutte contre la drogue, « une préoccupation permanente dans leurs activités de tous les jours, afin de contribuer à une réduction significative de la violence, la criminalité et la toxicomanie dans notre pays ». Enfin, le ministre de la Communication a exhorté les jeunes des Cascades à avoir comme devise quotidienne : « Contre le trafic illicite, l’abus des drogues et les faux médicaments, la jeunesse de la région s’engage ».

La cérémonie consacrée à la célébration de la Journée internationale de lutte contre la drogue à Banfora a été présidée par El hadj Adama Kindo, Consul honoraire de la Guinée Conakry au Burkina Faso. Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité, Jérôme Bougouma, a aussi assisté à l’événement.

Mamadou YERE (AIB-Comoé)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 29 juin 2012 à 17:31
    En réponse à : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LA DROGUE : Plus de 11 tonnes de produits incinérées à Banfora

    La drogue est un fléau pour la jeunesse de notre pays ; mais elle n’est pas un fléau pour les banques, la bourgeoisie et les corrompus-affairistes du régime Compaoré.
    Pour l’État et pour toutes ces structures et couches criminelles prédatrices qui en vivent, la drogue reste un secteur financièrement juteux et dont jamais le trafic ne peut-être enrayé. En ce sens, on peut, pour amuser la galerie, incinérer quelques dizaines de tonnes en public, contre l’injection de centaines de tonnes dans les circuits de sa consommation.
    On n’est pas dupe des jeux d’affichage de ce régime corrompu et criminel que nous connaissons depuis octobre 1987.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés