Negos-Gestion des Ressources Naturelles : « Des résultats probants en perspective »

jeudi 28 juin 2012 à 23h57min

C’est sur une note d’espoir que les acteurs du projet Negos-Gestion des Ressources Naturelles (Negos-GRN) ont clos ce jeudi à Ouagadougou leur quatrième et dernier atelier annuel. Ce fut une occasion pour eux de dresser le tableau de l’ensemble des actions menées au cours de trois ans et démi.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Il s’est essentiellement agi au cours de cette rencontre de Ouagadougou, de faire le point des actions des quarante deux derniers mois. Ainsi, toutes les productions scientifiques du projet (notes de politique publiques et guide méthodologique) ont fait l’objet d’analyse et d’amendement par les participants venus du Burkina Faso, de la France, du Mali et du Sénégal. Le bilan de la rencontre selon le coordonnateur régional, Némaoua Banaon, est plus que positif : « Le bilan est assez satisfaisant.

D’une part elle a permis d’analyser page par page la quinzaine de notes de politique produites par les chercheurs et les opérateurs pour amender de sorte que ces documents à leur sortie soient accessibles à tous ceux qui travaillent sur la gestion des ressources naturelles : les élus locaux, les communautés de base, les organisations paysannes, etc. Et le guide méthodologique a justement pour but de donner des outils aux différents acteurs d’agir efficacement sur le terrain ». Mais, quid du bilan partiel du projet à quelques mois de sa fin ?
« Le taux d’exécution est autour de 70-80% dû essentiellement au fait qu’il faut mobiliser des cofinancements qui ne sont pas forcément mobilisés. Cela a fait baisser un peu le taux d’exécution, mais on est satisfait de la production intellectuelle qu’il y a eue parce que c’était le plus important, c’est un projet de recherche-action. Au niveau recherche il y a eu vraiment de la production.

Ces six derniers mois il y a eu une accélération du travail de production par les chercheurs. Je pense qu’on aura des résultats assez probants », assure le coordonnateur régional Banaon. La coordinatrice du Negos-GRN, Patricia Toelen, est sur la même longueur d’onde, avançant un taux d’exécution d’au moins 75%. Autre point important abordé par les acteurs du projet : l’organisation de la conférence finale en novembre 2012 à Ouagadougou. Cette dernière rencontre au sommet sera une opportunité de mettre en avant les grands résultats du projet, d’influencer les décideurs et le public sur les questions de la gestion des ressources naturelles.

Le Negos-GRN, faut-il le rappeler, est un projet qui vise à doter les acteurs de la gestion des ressources naturelles et foncières et de la lutte contre la désertification (au niveau local et national), de référence et d’outils pour mettre en place une gestion locale négociée des terres et des ressources naturelles qui soit équitable, effective et compatible avec le cadre légal et institutionnel national. Caravane juridique, convention locale, plans fonciers ruraux sont quelques-uns des outils à appuyer ou mettre en place.

L’action consiste à expérimenter, valider et diffuser des démarches opérationnelles d’appui à l’émergence de règles de gestion décentralisée et négociée des ressources naturelles et foncières avec l’appui des pouvoirs publics (collectivités locales et des services techniques de l’Etat). Ainsi, les objectifs spécifiques peuvent se résumer entre autres. Au renforcement des capacités locaux et des collectivités territoriales à gérer durablement les ressources naturelles et foncières. A l’expérimentation des démarches d’appui à la gestion des ressources naturelles et foncières. A favoriser l’utilisation des fonds d’appui existants au niveau des collectivités locales dans des activités de lutte contre la désertification ; et à contribuer aux politiques publiques par la mise en débat des acquis locaux du projet au niveau national.

Le Negos-GRN intervient sur deux sites par pays. Au Burkina, le projet intervient dans la province du Houet, notamment dans la commune rurale de Padéma, et dans la province du Kénédougou, plus précisément à Samorogouan. A Mali le projet est basé dans les communes de Koury et de Yorosso. Au Sénégal, le Negos-GRN a ses sites dans les communes de Dionewar (Delta du Saloum) et de Popenguine (Plateau de Thiès).

Grégoire B. BAZIE
Ph. Bonaventure PARE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés