« Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

mercredi 27 juin 2012 à 23h36min

Vendredi, c’est le grand jour à Bendré. C’est le jour où nous montons le journal avant de l’envoyer à l’imprimerie. Donc le vendredi 22 juin dernier, en me rendant au bureau, je fais une petite halte dans une alimentation à la Cité An 3, le " Prix ’choc ", pour acheter de quoi me sustenter. Dès mon entrée, le Gérant me tend " L’Observateur Paalga " du jour en me demandant ce que je pense de ça (en indexant la Une dans la partie où il est écrit : " Ismaël, l’autre fils de Sankara ? ". Je pris donc le journal pour voir, mais il tourna lui-même les pages et m’indiqua la partie.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Après lecture, je lui fis remarquer que certaines choses me titillaient quand même le ciboulot. Qu’un fils de Sankara n’apparaisse que 25 ans après son assassinat me laisse perplexe. Que Sankara ait choisi de le mettre à l’abri lui et sa mère au USA, en n’en faisant pas de même pour son épouse, ses enfants, son père, sa mère parce " pressentant sa fin " me semblait anhistorique. Qu’il soit allé dîner à la table du Président Compaoré me semble très gros et que celui-ci n’ait pas su à qui il avait à faire, me semble impensable.

Maintenant, pour ce qui concerne le paradoxe du " socialo- communiste " Sankara qui préfère l’impérialisme américain à Cuba, que de sa tombe, il ait préféré appeler Bongo du Gabon plutôt que Joaquim Chissano du Mozambique ou José Eduardo dos Santos de l’Angola pour venir extrader sa famille, relève d’une métaphysique macabre dont je n’ai pas les clés.

Je conclus en lui disant que tout ceci mérite vérification.

Je rejoignis donc ma rédaction et fit chercher " Jeune Afrique" qui a publié l’article de référence que " L’Observateur Paalga " a cité et commenté. A sa lecture, les questions précédentes me turlupinaient de nouveau. Après quelques recherches, je pris contact avec des membres de la famille Sankara, notamment ses sœurs et frères. Ces derniers m’affirmèrent que c’est une grande première pour eux. De contact en contact, je réussis à avoir les contacts du fameux Ismaël Sankara. Et nous réalisâmes une interview expresse en attendant de revenir au besoin, plus longuement sur la question.

Par Pabèba

L’information a été donc portée par notre confrère Jeune Afrique dans son édition n°26841 du 17 au 23 juin 2012 (à la page129) et relayée par l’Observateur Paalga n°8155 du vendredi 22 au dimanche 24 juin 2012 dans sa rubrique Une Lettre pour Laye. Le Président Thomas Sankara aurait eu un autre fils du nom de Ismaël Sankara, artiste musicien burkinabé vivant aux Etats-Unis. Cette information a créé une onde de choc au sein de l’opinion nationale et internationale surprise devant une telle révélation. Nous avons réussi à joindre le prétendu fils du président du Conseil national de la révolution qui a accepté de nous accorder une interview express. L’interview a été réalisée en anglais. Nous avons préféré, pour plus de compréhension, garder à la fois les versions anglaises et françaises de nos échanges. Lisez plutôt.


Ndlr : Ci-dessous le mot « interview » est utilisé abusivement pour désigner l’article de Jeune Afrique qui se fonde sur un entretien.

Pabèba

Hi. So your father was Thomas Sankara, 25 years after his death ? We would like to learn about this relationship

Salut. Ainsi donc Thomas Sankara serait votre père, 25 ans après sa disparition ? Nous aimerions en apprendre plus sur cette filiation.

Ismaël Sankara (I. S.)

Hello, how r u ? The journal you guys read was false the journalist behind this article created this journal to sell a good story and later it was released without my consent. I’m not pretending to be the son of thomas sankara politics it is not in my interest I’ve bin looking for ways to clear up the situation but it has gotten bigger than me. I do send my apologies out to his family for this misunderstanding and I appreciate you reaching out to me. Thank you

Bonjour Mr, comment allez-vous ? Le journal que vous avez lu est un faux article (une fausse interview de moi). Le journaliste a inventé cette histoire pour vendre son journal. L’interview a été publiée sans mon consentement. Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara, la politique n’est pas au centre de mes intérêts. J’ai cherché à éclaircir cette situation quand j’ai appris la parution de cet article, mais c’est devenu une histoire qui me dépasse. Ceci est une grande incompréhension et j’apprécie le fait que vous m’ayez contacté à ce sujet.

Merci.

Pabèba

According to the Burkinabe can you exactly who you are ?

Pouvez-vous dire exactement aux Burkinabè qui vous êtes ?

I. S.

I’m a burkinabe that was raised in the states since the age of 2 and music is my passion. I represent my country in the US

Je suis un jeune Burkinabé qui a été élevé aux USA depuis l’âge de 2 ans et la musique est ma passion. Je représente le Burkina Faso dans ce domaine au USA.

Pabèba

When did you realize that what was written does not match your words ?

Quand avez-vous realisé que l’interview ne correspondait pas à vos réponses ?

I. S.

When it was already released and it was too late.

Quand cela a été publié.

Pabèba

How did you react ?

Comment avez-vous réagit ?

I. S.

I was afraid and I contacted the journalist to change all these things but I couldn’t reach him I was scared because I did not want to be in a crazy situation that I can’t fix.

J’étais effrayé et j’ai contacté le journaliste pour changer toute cette histoire mais je ne suis pas arrivé à le contacter. J’avais vraiment peur car je ne voulais pas me retrouver au milieu d’une sale histoire dont je n’avais pas le contrôle.

Pabèba

In what circumstances the interview with a young African has been achieved ?

Dans quelle circonstance l’interview a-t-elle été réalisée ?

I. S.

It wasn’t an interview it was a few questions for my documentary then I was supposed to validate the story before its release. But it was released without my validation

Ce n’était vraiment pas une Interview. C’était juste quelques petites questions au sujet de mon documentaire (ndlr : Rhythm of My Life) et j’étais supposé les valider avant la publication. Mais malheureusement cela a été publié sans que je ne puisse le valider.

Pabèba

What will you do now ?

Que comptez-vous faire maintenant ?

I. S.

I’m going to speak out so everyone can understand the truth. And continue to make my music and represent my country at the highest level. And I will personally contact the sankara family to apoligize.

Je vais parler pour que chacun puisse comprendre la vérité. Et continuer à faire ma musique et de représenter mon pays au plus haut niveau. Et je vais personnellement contacter la famille Sankara pour lui présenter mes excuses.

Par Bendré

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 28 juin 2012 à 01:05, par LeSage
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Pabèba, ton Anglais est lamentable mais je te felicite d’avoir pris contact avec le sieur Ismael pour retablir la verite.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 01:44, par Ashley
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Comment Jeune Afrique a t il pu nous servir une aussi fausse info ? Voilà maintenant qui est clair, bien clair !

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 01:46, par Chalamar
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    A la lecture de l’interview la seule question a laquelle je m’attendais étais qui est ton père, alors ? ou son document de naissance suffira pour faire la lumière sur cette affaire sans tête ni queue. on a d’autres problèmes plus sérieux alors arrêter de nous distraire.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 07:18, par Omar DAO
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Ce gars a dû vraiment raconter des choses (vraisemblablement fausses) sur une filiation avec Tom Sank, il ne savait pas que cela prendrait cette ampleur. S’il n’a pas dit ce qui est publié, de quoi veut t-il s’excuser ? Il croit les USA trop loin et pense qu’il peut profiter de son homonymie avec le célèbre défunt pour devenir célèbre lui-même. Peut-être en use t-il pour ses papiers ? C’est courant, nos frères profitent de tout pour avoir des papiers, le mensonge en 1ère position.

    C’est le journaliste de Jeune Afrique qui aurait dû vérifier les informations mais je ne crois pas à une faute professionnelle, mais plutôt à une volonté délibérée de faire d’une information très peu crédible un scoop international.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 07:43, par Kladjou
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Le mystère demeure pourtant !
    Juste trois aspects troublants :
    D’abord le Mr ne dit rien sur sa filiation, il dit simplement être élevé aux USA depuis l’âge de 2 ans. Pourquoi n’avoir pas saisit cette occasion pour lever complètement le doute.
    Ensuite Il ne semble pas vouloir porter plainte ; pour qui connait les USA, où la horde d’avocats est à l’affût de telles affaires pour se faire du fric, pire, il dit avoir eu peur de faire un démenti selon les règles pour éviter d’être au centre d’une sale affaire ; il préfère lui-même donner l’information vraie. Tout cela me semble troublant.

    Enfin le journaliste qui a fait l’interview a soit manqué de professionnalisme ou ne nous a pas transcrit tout l’interview. L’un dans l’autre, cet article n’est pas convaincant, bien au contraire il ajoute de la confusion au mystère de Ismaël Sankara à qui je souhaite de toute façon bon vent avec sa musique.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 07:45, par ouedraogo abdoul karim
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    merci au journal bendré de nous avoir eclaircis un peu sur cette histoire rocambolesque juste inventé 25 ans aprés pour salir de grace laissons nos morts reposés en paix merci

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 07:53, par Conscience du Faso
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Et même s’il était le fils du PF Tom Sank, ça fait quoi de mauvais. Au contraire, on serait très heureux de l’accueillir comme ses autres frères. Ce qui est sûr nous n’oublierons jamais notre leader de la Revolution Burkinabé ; le valeureux père de ses enfants, le digne mari de sa femme, le fils intègre du Faso. Que Dieu bénisse ses enfants et leur mère !

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 08:11, par AYA ROSINE KOUAMÉ
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Ne donnez pas d’autres cauchemars à Blaise Compaoré à moins que votre intention soit de lui donner une violente crise cardiaque.Il a déjà assez de soucis avec la situation socio-politique qui s’envenime au Burkina. Et puis pensez à Ouattara en Côte D’Ivoire. Avec la chute de Sarkozy, il a perdu une jambe. Avec la chute de Compaoré , il pourrait perdre sa tête.La Mafia ouest-africaine est dans la tourmente.Achetez et gardez vos bouteilles de champagne. La libération de l’Afrique est en marche !

    Gros Bisou de Genève .

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 08:23, par SomSom
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Merci quand même pour vos efforts de clarification de cette histoire. En fait, tout vrai burkinabè ne pouvait croire à cette histoire. Relayé par notre Observateur paalga qui manifestatait visiblement sa mauvaise joie en le portant dans son journal ne pouvait étonner quelqu’un quand on sait la haine que ce journal nourrit à l’égard de Thom Sank.Je sais que c’est pas seulement la recherche de l’argent (recettes du journal) qui a motivé l’Obs paalga. Mais c’est peine perdue : Vous ne pourez pas salir la mémoire de notre Président. Dites cela à ceux qui vous payent en réalité pour ce sale boulot indigne d’un grand journal.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 08:49, par cel
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    ILS voulaient seulement mettre en cause l’integrité de mon president,quoi que vous fassiez sachez que Thomas sankara etait un homme intègre a tous bout de champs.jaloux :: :: :: :: ::

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 09:14, par Kaboré
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Bonjour.

    Je trouve ke l’entretien téléphonique fait par le journaliste Burkinabè, ne justifie rien. Qu’est ce qui prouve que c’est vrai ? Jeune Afrique a cas même une réputation internationale, et ne peut pas se permettre de raconter tous ces mensonges si cela ne lui a pa été raconté.

    En plus, si c’est bien faux, alors Ismael sait très bien qu’il peut porter plainte contre Jeune Afrique, car il a bien grandi dans un pays de droit de l’homme.

    Cher Journaliste de Bendré, votre entretien avec le jeune Ismael est nul. Il aurait cas même pu se présenter en donnant le nom de sa mère et de son père. Dire à ses frères Burkinabè si son père biologique est tourjours de ce monde ou pas, afin de faire taire ces rumeurs.

    Certes Sanakara était un président de référence, mais avant tout il était humain, pour dire qu’il n’était pas parfait. Donc que Ismael soit bien son fils, n’enlève rien de sa brillante carrière pôlitique et ne tâche en aucun cas son image et cela relève de sa vie privée.

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 09:18, par Feu
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Bonjour à tous,
    si cette histoire s’avère fausse, malheur à ce journal parce qu’il a perdu sa crédibilité. Je reste toujours attentif parce que je n’arrive pas à comprendre qu’un journal d’envergure puisse commettre une telle erreur. Mais est-ce que ce n’est pas un sale coup joué par Ismaël pour se populariser. Dans ce cas le journal a été très naïf et va contribuer à donner une mauvaise image au Président. Malheureusement beaucoup ne vont pas comprendre et vont commencer à le critiquer pour rien.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 09:24, par Pacco
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Qui est son géniteur ? C’était l’essentiel des questions à lui poser. L’obs enchaine bourde sur bourde mais surtout fait le dos rond. Le public pourrait perdre la confiance qu’il a vis à vis de cet organe de presse.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 09:48
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Bravo pour cet article !
    Merci de nous éclairer sur cette histoire mais j’ai toujours des inquiétudes par rapport à l’identité de ce jeune qu’on prétend dire 3ème fils de notre très cher président défunt ? En réalité l’interview n’est pas arrivé à me satisfaire d’autant plus que dans cet interview on ne voit pas sa filiation c’est à dire qui est son vrai père et sa mère. Donc si le journaliste pouvait refaire une autre interview pour éclairer l’opinion publique sur sa vrai filiation.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 09:48, par kaskas le corbeau
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    que le président SANKARA ait un autre fils ou pas,cela ne change rien au charisme de l’homme et l’intégrité qu’il a semée au sein de son peuple.plus qu’un exemple le président du CNR demeure un modèle,un repère et on ne permettra jamais aux koukous-koun de tronquer l’histoire en nous divertissant par quelques procédés que ce soient.de grâce laissez nous tranquilles car on a assez pleuré depuis 1987.aussi je demande du respect pour nos morts.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 09:51, par kaskas le corbeau
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    que le président SANKARA ait un autre fils ou pas,cela ne change rien au charisme de l’homme et l’intégrité qu’il a semée au sein de son peuple.plus qu’un exemple le président du CNR demeure un modèle,un repère et on ne permettra jamais aux koukous-koun de tronquer l’histoire en nous divertissant par quelques procédés que ce soient.de grâce laissez nous tranquilles car on a assez pleuré depuis 1987.aussi je demande du respect pour nos morts.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:05, par Tranquille
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    JA (vérité par professionnalisme) Bendré (sombrité par sombrilisme), voilà mon jugement. Protégeons notre fils, le papa, notre père du cnr, avait compris lui-même au soir de sa vie qu’autre chose valait mieux que la politique qui tue au pays des hommes, sur terre-même. Pour sa postérité, il en a ainsi montré le chemin. Courage Isma, dans la musique, tu veilleras à une continuité des idéaux de Papa. Courage.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:08, par ghuw
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Rien venant de Jeune Afrique ne peut m’étonner : Mensonges, chantages, corruptions et j’en passe ont toujours été les moyens de ce journal. Cherchez toujours à comprendre avant d’apprécier. Jeune Afrique est à la solde des Présidents africains et européens les plus offrants.Ce journal est l’une des plaies de notre chère Afrique. Mais tout a une fin. Wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:18, par fiston
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    une chose est sûr : les journalistes n’ont rien inventé ! le gars a certainement fait allusion à cela ! il a certainement fait le lien entre lui et notre sankara. c’est trop lourd pour que des journalistes s’amusent à l’inventer. on a du le rappeler à l’ordre et il revient sur ses mots. conclusion : le gars a dit qu’il est le fils de sankara ! et qui sait ? mitterand a bien caché une fille alors que socialiste, il était vu comm un ange

    Répondre à ce message

    • Le 28 juin 2012 à 15:24
      En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

      c’est simple : qu’on le questionne de fond en comble ("to cross question" en anglais) et de facon serree, logique etc... et on erra ce qu’il en sortira ; il a une mere, des tantes, des oncles, cousins,grands parents, etc. il est venu dier avec blaise Tant mieux pour lui a quel titre et qui etait present aussi, que se sont-ils dit etc Donnez nous des oms et on les contera et on erifera par nous memes. Il n’y a rien a cacher.
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:23, par Burkinabè en Asie
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Merci au journaliste Patèba pour son investigation dans le but d’éclairer les Burkinabè !

    Même si Mr Ismael n’est pas m’importe qui, remarquez que beaucoup aimerait bien se reclamer être fils, ptit-fils, cousins, père, mère, tente ou je ne sais qui encore du defunt Président Sankara car :

    Pour les uns cela leur permettra de gagner en notoriéré, d’avoir des sympatisants ou funs, de mieux se vendre...Et pour les autres, c’est le symbole d’integrité et de dignité(dont certains penseraient etre héréditaire, car dit-on :"tel Père, tel fils") !

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:24, par Blaise COMPAORE
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Merci bien à Bendré pour l’info et l’interwiew De ISMAEL SANKARA. mais sachez une chose : lorsque vous apporter une information pour lever un équivoque vous devriez insister au minimum 2 à 3 sur la même question pour rassurer vos lecteurs. Après la première question :
    "Salut. Ainsi donc Thomas Sankara serait votre père, 25 ans après sa disparition ? Nous aimerions en apprendre plus sur cette filiation." Vous devriez continuer sur cette lancée au lieu de tourner autour de questions liées à l’apparition de l’info ( les journaux qui ont publié l’info...)

    j’imaginais un questionnaire suivant.1ère question " anisi donc tralalalalala."
    Ensuite :
    "Donc vous n’êtes pas un fils naturels du président Thomas Sankara du Burkina F"aso ? ( il seras obligé de dire oui ou non)
    Et pour achevez : " pouvez-vous nous dire quel est le nom de votre père ?" ces trois questions devraient suffirent a convaincre même les plus sceptiques sur cette histoire . au lieu de cela vous avez bcp poser des questions pour dénigrer vos collègues. ce qui ne nous intéresse pas en réalité puisque nous aurions la preuve que c’est des chif...... qu’ils écrivent.
    Recontacter le pour des questions simples et totales car dire qu’il n’a pas dit à un journal qu’il est ou n’est pas le fils à telle ou telle personne n’est aussi claire comme l’eau de roche.BREf...
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:25, par HALIGOGA
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Merci mon cher ..milles fois merci pour cet éclairecissement Rien je dis rien ne ternira l’image de Thomas I Sankara .

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:28
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    non satisfaits de l’avoir trucidé , bousillé, ASSASSINE,on veut maintenant salir sa mémoire !!! quel machiavélisme !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:30
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Jeune Afrique est un journal poubelle qui n’a jamais été crédible

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:31, par JOBBY
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    FILALEM LAURENT GBAGBO A EU RAISON DE DIRE QU’IL NE LIRA PLUS JAMAIS JEUNE AFRIQUE DE SA VIE. ES-QU’IL FAUT COMPRENDRE PAR LA QUE LE CANARD A ABUSE DE NOUS DURANT TOUT CE TEMPS. JE SAVAIS DÉJÀ QUE SES JOURNALISTES SE FAISAIENT PAYER PAR DES CHEF D’ÉTAT POUR REDORER LE BLASON DE LEUR ÉGOCENTRIQUE ET PRÉSIDENTIEL IMAGE QUAND CE N’EST PAS CELUI DE LEUR MORIBOND ET PITOYABLE PAYS EN AGONIE. MAIS LA C’EST QU’EN MÊME UN PEU OSER DE DÉRANGER LA QUIÉTUDE DE NOTRE VAILLANT ET RÉVOLUTIONNAIRE DIRIGEANT EN BALANÇANT PAREIL BALIVERNES. JE NE SAIS PAS COMMENT CES MESSIEURS DE L’OBS ONT RÉAGIT MAIS MERCI A CE BRAVE JOURNALISTE QUI A VOULU MIEUX COMPRENDRE DE NOUS AVOIR ÉCLAIRÉ.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:34, par Blaise COMPAORE
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Merci bien à Bendré pour l’info et l’interwiew De ISMAEL SANKARA. mais sachez une chose : lorsque vous apporter une information pour lever un équivoque vous devriez insister au minimum 2 à 3 sur la même question pour rassurer vos lecteurs. Après la première question :
    "Salut. Ainsi donc Thomas Sankara serait votre père, 25 ans après sa disparition ? Nous aimerions en apprendre plus sur cette filiation." Vous devriez continuer sur cette lancée au lieu de tourner autour de questions liées à l’apparition de l’info ( les journaux qui ont publié l’info...)

    j’imaginais un questionnaire suivant.1ère question " anisi donc tralalalalala."
    Ensuite :
    "Donc vous n’êtes pas un fils naturels du président Thomas Sankara du Burkina F"aso ? ( il seras obligé de dire oui ou non)
    Et pour achevez : " pouvez-vous nous dire quel est le nom de votre père ?" ces trois questions devraient suffirent a convaincre même les plus sceptiques sur cette histoire . au lieu de cela vous avez bcp poser des questions pour dénigrer vos collègues. ce qui ne nous intéresse pas en réalité puisque nous aurions la preuve que c’est des chif...... qu’ils écrivent.
    Recontacter le pour des questions simples et totales car dire qu’il n’a pas dit à un journal qu’il est ou n’est pas le fils à telle ou telle personne n’est aussi claire comme l’eau de roche.BREf...
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:38
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Sans vouloir jouer le rabat-joie, cet article ne nous avance pas (en tout cas moi), pas plus que l’article de JA repris pas l’observateur !
    il aurait simplement donné l’identité des ses parents (et le journaliste aurait du chercher cela) que tout doute serait levé et plus de commentaires. Pourquoi cacher l’identité de ses parents qui seraient surement fiers de voir leur fils réussir à l’étranger ?
    Je pense qu’on peut mieux nous éclairer M. PABEBA !
    Je tiens à souligner que j’apprécie généralement vos analyses !

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:42, par SIDA
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Salut,
    Je salue l’initiative de rétablir la vérité. Mais l’interview me pose des problèmes, au dela de la qualité de l’anglais du journaliste. Pour ne lui avoir pas demandé de décliner sa filiation ? Ca vous aurait permis de poursuivre les recherches au Burkina. Courage, mais, enfin !!!

    Sida

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:46, par Rosella
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Je suis tellement déçue des journalistes. Toujours prêts à inventer n’importe quoi rien que pour se faire voir. c’est vraiment dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 10:48, par Wise
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Monsieur le sage, comme l’anglais de Patèba est pathétique peut tu nous traduire cela ? Il faudra que les journaliste aient tjrs la véracité des choses avant de les balancer. Vous imaginer un tant soit peu ce que cela peut couter au petit.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 11:08, par Inoussa
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Et si ce "fils" de Thomas Sankara avait lui même induit JA et donc l’Observateur Paalga en erreur ? Je ne vois pas comment JA aurait pu inventer une telle info sachant que ça ne peut pas ne pas être vérifiée et démentie au besoin. Je ne dis pas que JA dit toujours la vérité, mais quand même hein, ce mensonge-là est trop gros.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 11:17, par Filsdupaysan
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Hum, les gars, tous les moyens sont bons pour salir l’image du défunt capitaine.
    Il faut être vigilent car JEUNE AFRIQUE aussi peut être induit en erreur. Mais à quelle fin a t on publié cet écrit.
    My brother, tu es un bon journaliste,même si tu ne parles bien l’anglais, tu nous as porté une très bonne information.
    Courage à toi et bon vent à Ismaël SANKARA. Tenez bon les gars

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 11:29, par anguille sous roche
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    PAS DE FUMER SANS FEU ; QUI DONC SONT SES PARENTS ? IL NE L’A PAS DIT.DANS TOUS LES CAS, Y A PAS DE MAL A ETRE FILS D’UN AUSSI CELEBRE, ILLUSTRE, AUGUSTE HOMME

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 11:31, par ouedraogobouf1789@yahoo.fr
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    ça s’est un journaliste d’investigation !!!!!!! bon courage et soutien !!!!! soutien !!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 11:51
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    C’est un "non évènement" !
    Même si c’était le fils à Thom Sank himself,
    Tout homme (fût-il un homme public) a droit à ce que sa vie privée soit protégée, surtout des commentaires de journalistes.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 12:01, par Dogoni
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Du "n’importe quoi" que Tom ai un enfant quel part dans le monde, ou est le problème, on assassiné TOM, on veut détruire et salir sa vie privée. Quel est cet homme politique aujourd’hui au FASO qui n’a pas une progéniture dehors, TOM, c’est avant tout un HOMME. Un interview nul et inexpressif,Ismaël SANKARA n’infirme pas l’article de JA, il dit qu’il ne prétends pas être le fils.
    Laissez-nous tranquille.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 12:15
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Si tu veux circuler à Ouaga, permet toi de t attaquer à un membre de cette famille. L œuf doit savoir ou danser et se d’irriguer, merci

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 12:32, par yélé
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    "Je suis un jeune Burkinabé qui a été élevé aux USA depuis l’âge de 2 ans...", franchement en quoi cette reponse nous fait avancer dans cette histoire, Cher Journaliste, soignez professionnel et poser les bonnes questions pour retablir definitivement la verité dans cette histoire. Pour moi cette interview n’a rien apporté de nouveau dans cette polimique. Bref

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 12:48, par Le Pacifiste
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    L’internaute Blaise Compaoré a raison. En journalisme, l’interview est un genre un peu délicat. Une réponse suscite une autre question. Pour lever toute équivoque, le journaliste devrait insister sur sa question et amener Sankara à dire qui il est vraiment. Sinon comme ca, les choses restent un peu floues. Mais félicitations à lui pour avoir tout fait pour avoir Sankara.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 13:16, par arsenic
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    peu importe la qualité de l’anglais utilisé par le journaliste une information pareille venant JA c’est de l’intox comme l’a si bien dit un intervenant plus haut JA est à la soldes des grand dirigeants occidentaux il font chanter les présidents africains l’histoire donnera tjrs tort à tous ceux qui croient au torchon jeune Afrique

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 13:25, par Serge
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Que dire de plus si ce n’est que te congratulé pour l’esprit hautain et épris de vérité dont tu as su faire preuve !

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 13:50
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Bendre a encore « frappé » comme je le dis parfois ! Merci ! car vous faites honneur a la profession. Vous avez fait preuve d’objectivité en essayant d’aller chercher l’information a la source meme. Si je suis prompt a vous critiquer, l’objectivité, la morale et l’honnetete intellectuelle exigent aussi que je vous felicite quand vous le meritez. Je sais que de nos jours ces mots n’ont aucun sens, plus particulierement au Burkina faso dit pays des hommes integres.

    Justement on s’attaque au president Thomas sankara parce qu’il est resté integre. Et non content d’avoir assassiné l’espoir de tout un continent, on s’acharne par tous les moyens a le detruire jusque dans son integrité morale apres avoir porté atteinte a son integrité physique. Decidemment la peur qui tenaille certains individus les suivra toute leur vie, jusque dans leurs tombes. Sankara avait prevenu : tuez moi et prenez le pouvoir mais sachez que le pouvoir vous reserve des lendemains amers. Tuez sankara, il se levera 1000 autres sankara. Vous en avez peur mais cela vous emportera car nul n’est immortel. Et comme on dit on peut tuer un homme mais on ne tue pas les idees.

    On ne reculera devant rien dans cette histoire concernant le president Thomas Sankara, car il gene, et ce jusque meme dans sa disparition, car je ne dis dans sa tombe car je la connais pas ! Qu’est ce qui me dit que c’est thomas sankara qui est dans cette tombe ou meme qu’il est mort ?
    Meme si au TPI dans le jugement de Charles Taylor, Prince Johnson donne des details de comment sankara fut éliminé. Mais ce n’est parce qu’il le dit que c’est vrai. Ainsi donc meme disparu sankara fait peur a certains.

    Venons-en au fameux article d’un certain Pascal Airault, envoyé spécial à Libreville du fameux Jeune Afrique. Je l’ai lu. Dés le depart on voit bien que le ton etait donné et que l’affaire était bouclée : l’on cherchait plus a faire sensation et scandale que de donner une information sur la parution d’un album musical. Tout comme j’ai lu L’Observateur. Quant aux commentaires de L’Observateur Paalga, ca n’étonnera personne. On connaît la rancœur pour ne pas dire la haine de ce journal envers la revolution et son soutien a blaise. On sait d’ou il vient ce journal. Il sait aussi qui a incendié ce journal en 1983 et le directeur sait tout ce que Thomas sankara a fait pour redemarrer ce journal et comment certains dont ce journal est l’ami aujourd’hui, ont tout fait pour empecher qu’il reapparaisse. Les perdants ont toujours tord, surtout quand ils sont morts. J’imagine bien que certains medias s’empresseront de relayer l’information sans jamais prendre les precautions de verifications minimum necessaires. Je ne serai pas étonné que l’on refuse de publier mon intervention : j’en ai l’habitude.

    Le « pauvre » monsieur Ismael s’est fait piéger tout simplement et il semble de bonne foi. Les journalistes savent bien s’y prendre (on le leur a appris) et Ismael ne dispose de aucun recours pour se faire entendre. Calomniez, calomniez il en reste toujours quelque chose. La rumeur une fois lancée fait son effet negatif, et c’est ce qui est recherché. Ce que M Airault et ses commanditaires veulent ignorer, c’est que les jeunes africains ne sont plus dupes de ce que c’est ce journal et pour qui ils ecrivent. Thomas sankara nous a ouvert les yeux et vous voulez nous les refermer ave de la superglue… sale en plus !

    Ismael n’est qu’un artiste qui cherche a faire sa promotion, malheureusement des gens mal intentionnés viennent l’utiliser malgré lui pour d’autres fins. Il est important pour Ismael de montrer sa bonne foi en éclaircissant les conditions dans lesquelles on lui fait dire des paroles, et s’il les a dites. Je suis sur que d’autres medias moins vereux auront souci de mieux chercher la verité. « Je vais parler pour que chacun puisse comprendre la vérité. » promet-il . J’attends C’est tres important pour lui s’il veut se rendre credible.

    Si j’ai felicité plus haut le journal Bendre, je vous critique néanmoins pour la legereté avec laquelle vous avez traitée ce sujet, en sachant bien les implications et enjeux. Vous aurez du faire plus d’investigations . Je demanderai aussi a Bendre d’aller jusqu’au bout de sa logique en recherchant encore plus d’information sur Ismael, son enfance, sa mere dont parle sans jamais donner la moindre information. La mere pourra confirmer ou infirmer les dires et en donner les preuves. Donnez lui la parole. Né le 1er avril 1987, Ismael Sankara a quitté le Burkina une semaine avant le coup de force du 15 octobre de la même année qui devait emporter son père. Pressentant sa fin, ce dernier avait décidé d’envoyer sa famille aux États-Unis. Ismael n’a que 6 mois lorsque son père est assassiné. Il grandira à Miami auprès d’une mère courage qui a vite tourné la page des événements pour se consacrer à l’éducation de ses enfants. Tous on se connaît a Ouaga ici !

    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 15:20
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Je me refusais de croire que Sankara fut comme tous les autres hommes mais là l’article me plonge dans le flou maintenant. Nous pouvons constater que la présentation de la personne est sommaire. Sa filiation n’a pas été indiquée. As-t-il poussé du sol ou quoi ?

    Il faut revoir ça Chériff !

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 15:26, par Feu
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Soyons des hommes de pardon et oublions le passé. Le souvenir des échecs du passé ne font pas avancer le pays. Je demande aux gens de cesser à chaque fois de juger le Président Compaoré, de grâce. Peut être qu’il a les mêmes regrets des échecs du passé comme vous. Et vous êtes là à le juger à toute occasion comme si vous, vous étiez des saints. Un peu de l’eau dans votre vin quand même. C’est pareil vous avez critiqué le maire Simon et quand il a fait ses quelques jours d’absence, vous commencez à le regretter, souhaitant qu’il rétablisse vite et revenir au pays. Vous croyez que tous ces politiciens que vous voyez publiquement peuvent mieux gérer le pays ? Que ça finisse cette impolitesse. C’est quoi ça ? C’est quand on perd une chose qu’on reconnaitra sa valeur à chaque fois. Continuez

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2012 à 15:31, par yalma tiga
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Isma si tu me lis répond moi stp !

    Bonjour comment s’appelle ton père au Burkina Faso ?
    Vit-il toujours ?
    Réponse(oui ou non)
    Viens tu de quel village du Burkina ?
    Réponse(avec précision Bérégadougou ou TémaBokin)
    Donc Thomas SANKARA n’est pas ton père ?
    Réponse(non, non avec énervement et tu sors tes papiers)
    Réponse(oui, oui dans la joie
    avec preuve à l’appui)
    Salut !

    Répondre à ce message

  • Le 29 juin 2012 à 08:54, par Joukov
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Ce qui me parait curieux, c’est qu’on le photographie toujours de profil or là, certains traits sont manisfestes. Des fois aussi avec des verres fumés comme Sank aimait en porter. Allez sur le net chercher les clips de cet Ismael et vous verrez. Moi je ne vois pas où est le mal, d’ailleurs ce Sankara n’aurait pas dû se contenter d’avoir 2 enfants. Ils en avaient les moyens d’en avoir d’autres. Quand on voit les Hermann, les Gilbert içi, on se dit que tôt ou tard, les Auguste et Phillipe auront leur mot à dire içi. En France ou en Amerique, ce sont presque les meilleurs des aristocraties économiques nées après la deuxième mondiales qui rêgnent. Celà n’est pas exclu içi

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 11:50
    En réponse à : « Je ne prétends pas être le fils de Thomas Sankara », dixit Ismaël Sankara

    Japresi ce k vs faite

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés