FRONDE AU SECTEUR 15 DE BOBO : Le directeur régional de la Police joue l’apaisement

lundi 25 juin 2012 à 23h33min

Le 21 juin 2012 dernier, certains habitants du quartier Ouézzinville du secteur 15 de Bobo-Dioulasso, remontés contre la manière dont les parcelles sont attribuées dans leur secteur, ont décidé de s’en prendre aux attributaires qui ont déjà commencé leurs travaux de construction. Ils estiment être des laissés- pour-compte dans cette attribution des parcelles qu’ils jugent inique car, beaucoup d’entre eux sont sortis bredouilles après la dernière publication de la liste.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le mouvement de colère est parti, selon des témoins, de la gestion des attributions des parcelles que certains jugent opaque dans leur secteur. Pour marquer leur désaccord, c’est sur les chantiers des attributaires que les frondeurs vont jeter leur dévolu afin de contraindre les autorités à revoir leur copie dans la gestion des parcelles. C’est, du moins, ce qu’ils nous ont laissé entendre. Il s’agit pour eux d’empêcher tout acte tendant à la valorisation des parcelles acquises dans le secteur, par une destruction systématique des constructions en cours. Selon le témoignage d’un des résidents, ce n’est pas la première fois qu’un tel mouvement se produit dans leur quartier.

A plusieurs reprises, ils disent avoir été reçus par le maire de l’arrondissement de Dafra, Sidi Sanogo, mais, de ces différents conciliabules, aucune solution n’a été obtenue en leur faveur ; le maire ayant estimé que les meneurs ont été désintéressés. « Nous lui avons répondu que nous ne baisserons les bras que lorsque nos voisins également auront obtenu satisfaction », a affirmé le leader de la fronde, Salif Nabaloum.

« Nous craignons de nous faire déguerpir par les attributaires alors que certains d’entre nous ont été victimes de la crise en Côte d’Ivoire, et c’est une hantise pour nous de savoir que nous ne sommes pas au bout de notre peine », confie un habitant du secteur avant de poursuivre : « Si notre situation était liée à l’insuffisance de parcelles, nous ne pourrions en vouloir à personne. Mais nous constatons qu’il y a un trafic organisé des parcelles dans notre secteur, et notre seul moyen de nous défendre, c’est d’attirer l’attention de l’opinion sur notre sort ». Pour défendre la légitimité de leurs revendications, les résidents s’appuient également sur la mesure gouvernementale qui autorise la reprise des attributions des parcelles. Cette mesure qui mentionnerait que « les attributions doivent se poursuivre dans le respect des listes des occupants réels » constitue pour eux, une demi-victoire, et ils entendent obtenir son aboutissement.

De l’avis du maire de l’arrondissement de Dafra, Sidi Sanogo, il y a des attributaires dans les rangs des manifestants, mais qui estiment tout simplement que ce n’est pas assez, qu’ils mériteraient un peu plus. Certains évoquent aussi d’éventuelles manipulations politiques. Mais cette dernière thèse est formellement démentie par les frondeurs. Selon Sidi Sanogo, sa porte reste toujours ouverte. « Lorsque les textes autorisant la reprise des attributions nous parviendront, nous procéderons à un réexamen de la situation des plaignants », a-t-il rassuré.

Préserver la paix sociale à tout prix dans les zones non loties

La veille de leur manifestation, les frondeurs avaient tenu une rencontre d’information afin de coordonner leurs actions qui devaient les conduire à détruire des biens appartenant à autrui. C’est ainsi que le Directeur régional (DR) de la Police, Sy Traoré, qui a été saisi, s’était rendu plus tôt sur le terrain en compagnie des éléments de la CRS pour les dissuader. « J’ai indiqué à Salif Nabaloum, le meneur du mouvement, qu’il se trouvait en porte-à-faux avec la loi en entraînant ses partisans dans cette entreprise destructive ; nous leur avons fait prendre conscience que leurs agissements pouvaient avoir des conséquences aux plans personnel et social, et je crois que nous avons été compris », a expliqué le DR de la Police.

Il a confié qu’ils auraient pu user de la force pour les disperser mais ils ont préféré la sensibilisation pour ne pas agiter la spirale de la violence. Sy Traoré a lancé un appel aux différentes parties afin qu’elles fassent confiance aux autorités compétentes pour le règlement de leurs préoccupations respectives. Le calme était revenu après l’intervention du DR de la Police, mais celui-ci dit rester vigilant.

P.B. Sylvain KOROGO (Correspondant)

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 juin 2012 à 07:44
    En réponse à : FRONDE AU SECTEUR 15 DE BOBO : Le directeur régional de la Police joue l’apaisement

    je pense que la solution ne se trouve pas là. c’est pas en detruisant le bien des autres que la gestion va changer. il faut rompre a mon avis avec un système et cela par la voie democratique. ce qui est decevant souvent c’est que les mème meneurs d’aujord’hui se retrouvent demain pour mobiliser les gens d’aller voter pour les mèmes maires qui pensent que leur mission se limite aux lotissements.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés