Ouagadougou : un fabricant industriel de « boissons frelatées » dans les filets de la Police

lundi 25 juin 2012 à 00h32min

1364 bouteilles de Pastis Saha, 348 bouteilles de Gin, 3 fûts de 210 kg chacun, contenant la matière première, des objets divers. C’est la composition de la saisie opérée le mercredi 20 juin 2012 par la brigade de recherches du commissariat de police de Ouaga 2000, en collaboration avec la Brigade anti criminalité (BAC). Lesdits produits et le présumé auteur ont été présentés à la presse dans la soirée du vendredi 22 juin 2012 à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

C’est à partir d’une information donnée par une « personne digne de foi », que les investigations ont pu débuter. Selon le commissaire de Police de Ouaga 2000, Bonswindé Sankara, les enquêtes ont conduit ses services au secteur 30 de la capitale, dans « une cour normalement à usage d’habitation mais de type particulier car les murs sont très hauts et rien ne pouvait être perçu de dehors ». La perquisition dans le local permettra aux hommes de tenue de découvrir 22 personnes occupées au nettoyage de bouteilles dans des conditions d’hygiène exécrable, une installation industrielle comprenant un Poly tank de 2 000 litres, un mélangeur, des filtres et un appareil de conditionnement de la boisson dans les bouteilles, et les produits cités plus haut.

« Le propriétaire de l’usine interpellé, dit n’avoir pas encore l’autorisation pour mener cette activité. Par conséquent, ses produits ne sont pas soumis au contrôle du Laboratoire nationale de santé publique (LNSP) », précise le commissaire Sankara. Après la saisie, rendue possible par l’autorisation du procureur du Faso près du Tribunal de grande instance de Ouagadougou, le présumé auteur expliquera, toujours selon le commissaire de Police, « que son matériel est importé du Ghana ». Au passage, il aurait avoué avoir « déjà livré 100 cartons de douze bouteilles de Gin à des clients à Tougan, 50 cartons de douze bouteilles de Pastis à Fada et 115 cartons de Gin et 55 cartons de Pastis à Koudougou. » Et qu’en sera-t-il de ces stocks déjà écoulés ? Le commissaire Sankara révèle que les investigations sont toujours en cours afin de retirer du marché ces boissons. « L’enquête suit son cours, l’auteur et les éventuels complices seront présentés au parquet pour le jugement », a ajouté M. Sankara. Par ailleurs, ce dernier a laissé entendre que les prélèvements des boissons pour examens au laboratoire se feront incessamment en vue de prouver la nocivité des substances utilisées dans leur fabrication.

Quant à la Ligue des consommateurs du Burkina Faso, par la voix de son vice président, Abdoulaye Mossé, elle a salué la franche collaboration de la Police, sans laquelle cette saisie n’allait avoir lieu. Le défenseur des consommateurs a saisi cette opportunité pour appeler la population à plus de vigilance et à bannir ces types de boissons de ses habitudes de consommation. « Ces produits sont non seulement nocifs pour la santé mais aussi pour l’économie burkinabè. A ce niveau nous demandons aux autorités d’appliquer toutes les mesures afin d’épargner la société de ces contrefacteurs », a-t-il martelé.

DIMITRI KABORÉ

Fasozine

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés