JEUX DE LA CEDEAO/ACCRA 2012 : Vivement l’or aujourd’hui

vendredi 22 juin 2012 à 01h04min

Mercredi 20 juin, les Burkinabè attendaient que leurs boxeurs qui compétissaient pour le compte des demi-finales, accèdent en finale, afin de leur faire rêver à l’or. Mais les dieux du ring en ont décidé autrement, trois demi-finales toutes perdues.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le gymnase du National stadium d’Accra a vibré mercredi soir à l’occasion des combats des demi-finales. C’est dans une salle comble, surchauffée, que 20 pugilistes ont croisé les gants dans l’espoir d’avoir un ticket pour la finale dans leur catégorie respective. Le Burkina jouait gros avec trois boxeurs, Ahmed Sadeck Paré dans les 56kg, Kouessé Raymond Sanon dans les 60kg et Boureima Sawadogo dans les 75kg. Premier à ouvrir les hostilités pour le compte du Burkina, Sadeck Paré, soit le 3e combat dans la programmation, contre un adversaire du Nigeria, Semiu Okerimde. Tous les combats se déroulent en 3 rounds de 3 mn. Dans ce combat, le Burkinabè a laissé l’initiative au Nigérian dès le 1er round, se contentant de contres.

Voyant le danger d’une telle tactique qui permet au Nigérian de prendre une avance aux poings difficiles à rattraper par la suite, l’entraîneur Yassia Ouédraogo harangue son poulain en l’invitant à ne pas subir le combat.

Mais rien n’y fera, le Nigérian se fera de plus en offensif au cours du combat. C’est sans surprise pour l’assistance du gymnase que le Nigérian soit proclamé vainqueur. Etait- ce là un signe avant-coureur pour la suite des combats des Burkinabè ? Dans le camp burkinabè, on espérait que le mauvais signal sera vite corrigé pour le prochain combat qui, ironie du sort, opposait encore le Burkina au Nigeria, Kouessé Raymond Sanon contre Rilwan Oladosu.

Ce fut un beau combat avec de l’engagement et de la technicité de par et d’autre. Là on se rendait coup sur coup. Voyant que le combat risque d’être serré, les supporters nigérians qui ne s’étaient pas manifestés lors du premier combat des leurs, sortent leur arsenal d’animation, tambour, fanfares, etc., et inondent la salle de leur musique bien connue à travers les stades du monde. Oladosu qui entend les voix des siens est galvanisé, le deuxième round est très disputé, Sanon ne se laisse pas pour autant intimider et attaque, le marquoir électronique au terme du 2e round indiquait 5 points pour Sanon et 7 pour Oladosu.

Le 3e round est plein de suspense, Sanon pourra-t-il revenir ? Chaque boxeur essaie de faire du bonus en points, mais la plupart des coups s’écrasent sur les gants, tant les deux boxeurs avaient une bonne garde et étaient bons dans les esquives. Quand le coup de gong retentit au 3e round, la confusion régnait, le combat ayant été serré, d’aucuns se demandaient vers lequel des combattants ira la victoire. Mais le verdict ne tarde pas à tomber, Sanon perd sur seulement un écart de 2pts, soit 9-7.

Après la 2e défaite du Burkina, on priait les dieux du ring pour le dernier boxeur en l’occurrence Boureima pour qu’il sauve l’honneur. Ce combat était le 10e et le dernier de cette soirée pugilistique. L’adversaire de Sawadogo, Emmanuel Marteygha est du pays hôte, le Ghana. Avant même le combat, des Ghanéens défilaient en dansant et chantant. C’est très crispé que le Burkinabè monte sur le ring.
Le Ghanéen démarre fort, accule l’adversaire, histoire de le désarçonner. En effet, Sawadogo perd ses repères. A la fin du 1er round, le Ghanéen partait déjà avec une avance de 5pts, 7-2. On croyait que Sawadogo parviendrait à faire son retard au 2e round, mais au contraire, il continuera à subir la domination de Emmanuel et ne prendra qu’un petit point dans cette reprise contre 14.

Au 3e et dernier round, le Ghanéen se contente de gérer, esquivant les attaques. Chacun des boxeurs prendra 2pts et c’est donc sans surprise que le gain du combat est attribué à Emmanuel qui gagne largement par 16-5.Pour le coach Yassia Ouédraogo, le démarrage tardif de la préparation en est la cause, selon lui, ils n’ont eu que 4 jours de mise au vert, sinon ses poulains sont bien formés et ont donné le meilleur d’eux-mêmes. « Quand on boxe avec 3 boxeurs le même soir et que l’on n’a pas de victoires, on est un peu découragé, mais quand on prend cela avec philosophie,3 médailles, c’est satisfaisant, on pensait qu’on allait avoir une en finale pour avoir une médaille d’argent, dommage mais tout le monde a vu que le 2e combat de Kouessé était équilibré, notre boxeur aurait pu gagner aussi, c’est encourageant pour une première participation », analyse le DTN de la Fédération burkinabè de boxe, Justin Nabié. Tous les trois boxeurs burkinabè conservent néanmoins leurs médailles de bronze.

La veille, les Burkinabè avaient bouclé leurs compétitions en athlétisme avec une médaille de bronze acquise au 4 fois 400 filles. Les handballeuses aussi ont livré un grand match contre celles de la Côte d’Ivoire, mais elles ont fini par perdre sur un écart de 6 points, 18-24. Paradoxalement, malgré leurs 2 défaites, les handballeuses burkinabè obtiennent la médaille de bronze, à cause du forfait de la Sierra-Leone ayant réduit le groupe à 3 équipes, Ghana, Burkina, Côte d’Ivoire. Tous les regards sont maintenant tournés vers les lutteurs burkinabè qui descendent dans l’arêne ce matin.

En final, Alex Ki dans les 60kg et Drissa Zon dans les 75kg tenteront de décrocher l’or face à des Sénégalais, respectivement à Sidy Dieng et Omar Dioune. Les lutteurs burkinabè se disent déterminés à remporter le fameux métal qui manque dans la gibecière du Burkina. Pour le compte de la 3e place, dans les 70kg, Roland Lamou défiera Aboubacar Abdoulaye du Niger, également dans les 80kg, Eloi Zerbo contre Baba Muhammed du Nigeria, et il y aura aussi la finale par équipe, Burkina contre Niger. Vivement l’or grâce aux lutteurs.

Barthélemy KABORE : Envoyé Spécial à Accra

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés