Baccalauréat session 2012 : Le ministre Ouattara espère un taux de succès « respectable »

vendredi 22 juin 2012 à 01h09min

La session 2012 du baccalauréat a débuté ce jeudi 21 juin sur toute l’étendue du territoire national. Ils sont 49 492 candidats à la conquête du premier diplôme universitaire. Le ministre des enseignements secondaire et supérieur, Moussa Ouattara, a procédé au lancement officiel de la session en ouvrant la première enveloppe au lycée technique privé des assemblées de Dieu (LTPAD) sis au secteur 16 à Ouagadougou. Puis, tour à tour, il s’est rendu au lycée Vénégré, Song-Taaba et Marien N’Gouabi pour encourager les candidats et l’ensemble du personnel en charge de l’organisation de cet examen.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Dès 7h, Pr Moussa Ouattara était au lycée technique privé des Assemblées de Dieu (LTPAD). Le ministre des enseignements secondaire et supérieur fait le tour de quelques salles pour encourager les candidats, mais aussi leur rappeler les mesures usuelles afin d‘éviter toute suspicion de fraude. Les sentant très tendus, il n’a pas manqué de stratégies pour détendre l’atmosphère, tout en étant sérieux. A 7h30, il procède à l’ouverture de la première enveloppe contenant le sujet de « Etude de cas ». Vous l’aurez compris, il s’agit des candidats qui composent le BAC G2.

Le centre du LTPAD abrite 4 jurys de 239 candidats chacun. Ils sont répartis dans 32 salles, soit 30 candidats par salle. 72 surveillants assurent la surveillance. Des forces de l’ordre sont également bien visibles dans la cour de l’établissement. Au total, ils sont 49 492 candidats à se lancer à l’assaut du BAC, diplôme qui leur ouvrira les portes de l’université. Ils sont 20 459 candidats provenant de la région du centre, soit plus de 41%. Pendant ce temps, la région du Sahel ne présente que 590 candidats, soit 1,19%.

Mais avant l’arrivée du ministre et ses collaborateurs, le directeur du LTPAD, le pasteur Ouindlassida Innocent Kientèga, était déjà au four et au moulin. Il fait des va-et-vient d’une salle à l’autre. Question de s’assurer que tout se passe bien. Il se dit très honoré par le choix de son établissement pour le lancement du baccalauréat session 2012. « C’est un honneur et un privilège pour moi-même, pour le corps enseignant, pour les élèves et pour les parents d’élèves. Nous exprimons au ministre et à ses collaborateurs notre profonde gratitude », lance-t-il tout essoufflé.

A l’arrivée du patron du département des enseignements secondaire et supérieur, les salles étaient prêtes, les surveillants en nombre suffisant, les secrétaires de jury ayant fait le travail préalable. « Nous sommes partis pour une session réussie par la grâce de Dieu », se convainc Pasteur Kientèga.

Après avoir ouvert la première enveloppe, Moussa Ouattara passe successivement au lycée Vénégré, au lycée Song-Taaba de Gounghin avant de terminer sa tournée par le lycée Marien N’Gouabi. Accompagné du gouverneur de la région du centre, du président de l’université de Ouagadougou et des ses plus proches collaborateurs, le ministre des enseignements secondaire et supérieur a pu constater le bon démarrage de la session du BAC 2012. « Nous avons prodigué des conseils et des encouragements aux candidats.

Nous avons aussi profité encourager tous les acteurs (présidents de jurys, chefs de centres, surveillants, secrétaires de jurys, agents de sécurité) », précise-t-il. Ayant trouvé des candidats suffisamment sereins, le ministre n’est pas entré dans les salles de composition, hormis le LTPAD, afin de ne pas les perturber. Il s’est tout même assuré que les enveloppes étaient sous scellé jusqu’à l’heure du démarrage effectif de chaque épreuve.

En dehors du président du jury, des surveillants et des candidats, personne d’autre n’est autorisé à voir les épreuves avant la fin de la composition. Ce, « pour éviter que les épreuves ne soient diffusées bien avant », précise Mathias Konkobo, le chef du centre logé au lycée Marien N’Gouabi. C’est l’une des particularités de la session 2012. Autre mesure de sécurité : Le candidat pris en flagrant délit de tricherie n’est pas systématiquement expulsé de la salle. On lui permet de terminer sa composition avant de statuer sur son cas.

« Je fonde l’espoir que le baccalauréat de cette session se tienne dans de bonnes conditions avec un taux de succès respectable », lance le ministre Ouattara avant de prendre congé de ses hôtes d’une matinée.
Demain 22 juin, le ministre des enseignements secondaire et supérieur se rendra dans les régions des Hauts-Bassins et des Cascades pour s’enquérir du déroulement de la session. Le 23 juin, il sera dans la région du Sud-Ouest.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés