ESCROQUERIE A OUAGA : Par la technique de l’abeille, il escroque 16 millions de F CFA

jeudi 14 juin 2012 à 03h55min

Les problèmes de vols et les escroqueries, de façon générale, foisonnent à Ouagadougou ; les techniques aussi. La dernière en date concerne une technique dite celle de l’abeille. La brigade ville de gendarmerie de Boulmiougou a eu fort à faire avant de tirer l’affaire au clair. En 2011, un commerçant demande et obtient un prêt en banque pour un gros investissement. Le prêt s’élevait à plus de 16 millions de F CFA. Un beau matin, sa femme reçoit la visite d’un étranger qui prétend savoir tout sur la femme, sa famille, son foyer et surtout ses dernières activités. De telles scènes sont fréquentes dans la capitale. Mais ce dernier escroc est allé plus loin. Koanda, c’est son nom, a utilisé la technique dite la piqûre d’abeille. L’escroc diseur de bonne aventure fait savoir à la femme qu’elle venait d’être piquée par une abeille. La dame, comme hypnotisée, acquiesce, et c’était vrai.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le plan commençait à marcher. S’en étant rendu compte, Koanda déballe le grand jeu. « Une abeille vient de te piquer et ton mari a amené de l’argent chez vous. Si tu ne donnes pas l’argent, tu mourras dans les tout prochains jours. La piqûre d’abeille est un mauvais signe. » La femme du commerçant a été convaincue par les propos de l’escroc. La malédiction est imminente. Elle se lève, prend l’argent de son mari et le remet à l’escroc Koanda. C’est là que commence toute une affaire qui durera presqu’un an.

Il tente de se donner la mort en prison

L’enquête de la gendarmerie de Boulmiougou a permis de filer un homme qui s’est avéré être l’escroc Koanda. Mais ce dernier n’était pas au bout de ses stratégies. La gendarmerie de Boulmiougou a fini par mettre la main sur l’escroc à la technique de l’abeille. Il nie les faits mais est incarcéré à la geôle de la brigade. Une nuit, il se fera remarquer. Il cogne sa tête contre le mûr et tombe raide mort. Rapidement, il est transféré au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo. Il prétend être très souffrant. Les médecins ne diagnostiquent pourtant rien. Au moment de le libérer, il s’enfuie de l’hôpital et poursuit ses manœuvres. C’est un véritable maniaque de la fourberie, du mensonge et du vol. De retour dans son quartier, il montera un groupe avec lequel il organise une marche sur la brigade. Notre escroc s’est tiré à quatre épingles, ce jour-là. Un véritable « boss » qui vient crier son ras-le-bol à la gendarmerie.

Auparavant, il avait pris le soin de faire savoir à la foule qu’il a été bastonné dans les locaux de la gendarmerie. Ils furent reçus par la gendarmerie qui voulait en savoir plus. Qui lui a donné ces coups ? Dans quels locaux a-t-il reçu les coups et pour quelles raisons ? Mais les agents de « la force humaine » ne mettront pas assez de temps pour le démasquer. Le chef de brigade s’est rendu compte qu’il avait à faire à « son délinquant » qui avait tenté de se donner la mort dans sa cellule. S’étant rendu compte qu’il a été reconnu, l’escroc reconnaîtra et ce, devant la foule qui l’accompagnait, qu’aucun gendarme ne lui a donné des coups. C’est là que la foule qui l’accompagnait a commencé à demander des excuses. Elle affirme avoir été instrumentalisée par ce dernier.

Mais cela n’empêchera pas la gendarmerie, de garder ces gens à vue. Ce qui leur restait à faire, c’est de pleurer et demander pardon. La gendarmerie, poursuivant son enquête, a découvert qu’elle avait à faire à un repris de justice, évadé avant la fin de sa peine. Condamné à 36 mois de prison ferme, il s’est évadé le 17 octobre 2008. Il n’aurait purgé que 2 ans, un mois et 13 jours. Il est actuellement hors d’état de nuire puisqu’il est à nouveau entre les mains de la justice.

Dorielle POGOBIN

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés