Phénomène des prêtres pédophiles : « Une amplification morbide »

mercredi 13 juin 2012 à 02h06min

Dans cette lettre adressée au journal New York Times, P. Martin Lasarte, un prêtre catholique exerçant comme missionnaire en Angola depuis 20 ans, s’insurge contre « l’amplification morbide » qui est faite par plusieurs médias, du « thèmes des prêtres pédophiles ». Occasion pour le serviteur de Dieu de mettre en évidences les mille et une actions menées par les prêtres à travers le monde pour sauver, souvent au risque de leur propre vie, les personnes en danger de mort, vivant dans diverses situations de précarité, etc.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« Cher Frère Journaliste,
je suis un simple prêtre catholique. Je me sens heureux et orgueilleux de ma vocation. Cela fait 20 ans que je vis en Angola comme missionnaire. Je lis en de nombreux moyens de communication, surtout dans votre journal, l’amplification du thème des prêtres pédophiles, cela d’une manière morbide, recherchant en détail dans la vie de ces prêtres, les erreurs du passé. Il y en a un, dans une ville des Etats-Unis, dans les années 70, un autre, en Australie dans les années 80, et ainsi de suite, d’autres plus récents..... Certainement tous des cas condamnables !

Il y a des présentations journalistiques pondérées et équilibrées, d’autres amplifiées, remplies de préjudices et même de haine. Je ressens moi-même une grande douleur pour le mal immense que des personnes qui devraient être des signes de l’Amour de Dieu, soient un poignard dans la vie d’êtres innocents. Il n’y a pas de paroles pour justifier de tels actes.

Il n’y a pas de doutes que l’Église ne peut être, sinon du côté des faibles, des plus démunis. Pour cette raison, toutes les mesures que l’on peut prendre pour la prévention et la protection de la dignité des enfants seront toujours une priorité absolue. Mais c’est curieux le peu de nouvelles et le manque d’intérêt pour les milliers de prêtres qui sacrifient leur vie et la consument pour des millions d’enfants, pour les adolescents et pour les plus défavorisés aux quatre coins du monde.

Je pense que votre journal, cela ne l’intéresse pas que j’ai dû transporter beaucoup d’enfants faméliques par des chemins minés à cause de la guerre en l’année 2002 depuis Cangumbe à Lwena (Angola), car ni le gouvernement ne pouvait le faire, ni les ONG n’y étaient autorisées ; que j’ai dû enterrer des douzaines d’enfants morts à cause des déplacements de la guerre ; que nous ayons sauvé la vie à des milliers de personnes au Mexique, au moyen du seul centre de santé existant dans une zone de 90 000 km2 avec la distribution d’aliments et de semences. Que nous ayons pu y procurer l’éducation et des écoles dans ces dix dernières années à plus de 110 000 enfants.

Cela demeure sans intérêt, qu’avec d’autres prêtres, nous ayons eu à secourir près de 15 000 personnes dans les campements de la guérilla, après qu’elles aient rendu les armes, parce que les aliments du gouvernement et de l’ONU n’arrivaient pas. Ce n’est pas une nouvelle intéressante qu’un prêtre de 75 ans, le Père Roberto, parcourt la ville de Luanda, soignant les enfants de la rue, les conduisant à une maison de refuge, pour qu’ils soient désintoxiqués de la gasoline qu’ils aspirent en gagnant la vie comme lance-flammes.

L’alphabétisation de centaines de prisonniers n’est pas non plus une nouvelle. Que d’autres prêtres, comme le Père Stéphane, organisent des maisons de passage pour que des jeunes maltraités, battus, et même violés y trouvent refuge. Non plus, que le Père Maiato avec ses 80 ans, visite les maisons des pauvres, une à une, réconfortant les malades et les désespérés. Ce n’est pas une nouvelle que plus de 6 000 parmi les 40 000 prêtres et religieux actuels aient quitté leur pays et leur famille pour servir leurs frères dans une léproserie, dans les hôpitaux, les camps de réfugiés, des orphelinats pour enfants accusés de sorcellerie ou orphelins de parents morts du Sida, dans des écoles pour les plus pauvres, des centres de formation professionnelle, des centres d’accueil pour les séropositifs, etc. Ou, surtout, dépensant leur vie dans des paroisses et des missions, motivant les gens pour mieux vivre et surtout pour aimer. Ce n’est pas une nouvelle que mon ami, le Père Marc-Aurèle, pour sauver des enfants pendant la guerre en Angola, les ait transportés de Kalulo à Dondo et qu’en revenant de sa mission, il ait été mitraillé en chemin.

Que le Frère François avec cinq Dames Catéchistes, soient morts dans un accident, en allant aider des régions rurales les plus reculées du pays. Que des douzaines de missionnaires en Angola soient morts par manque de moyens sanitaires, à cause d’une simple malaria. Que d’autres aient sauté dans les airs à cause d’une mine, en visitant leurs fidèles. Dans le cimetière de Kalulo sont creusées les tombes des premiers prêtres qui sont arrivés dans la région...Aucun ne dépassait les 40 ans...

Ce n’est pas une nouvelle, celle de suivre un Prêtre "normal" dans son travail journalier, dans ses difficultés et ses joies, dépensant sa vie sans bruit en faveur de la communauté qu’il sert. La vérité, c’est que nous ne cherchons pas à faire les nouvelles, sinon simplement porter la Bonne Nouvelle, cette Nouvelle, qui sans bruit, a commencé le matin de Pâques. Un arbre qui tombe fait plus de bruit que mille arbres qui poussent. On fait beaucoup plus de bruit pour un prêtre qui commet une faute, que pour des milliers qui donnent leur vie pour les pauvres et les indigents.

Je ne prétends pas faire l’apologie de l’Église et des prêtres. Un prêtre n’est ni un héros ni un neurotique. C’est simplement un homme normal, qui avec sa nature humaine cherche à suivre Jésus et à Le servir dans ses frères. Il y a des misères, des pauvretés et des fragilités comme chez tous les êtres humains ; mais également il y a de la beauté et de la grandeur comme en chaque créature... Insister d’une manière obsessionnelle et persécutrice sur un thème douloureux, en perdant de vue l’ensemble de l’œuvre, crée véritablement des caricatures offensantes du sacerdoce catholique, par lesquelles je me sens offensé. Je te demande seulement, ami journaliste, de rechercher la Vérité, le Bien et la Beauté. Cela fera grandir ta profession.


"Mon passé, Seigneur, je le confie à ta Miséricorde ; mon présent à ton Amour ; Mon futur à ta Providence".
(Il est des fois qu’il nous arrive des courriels comme celui-ci. En vérité, cela vaut la peine de les renvoyer...... espérant que tous les catholiques puissions faire un peu de contre-poids........ non seulement en renvoyant ces courriels, sinon avec l’exemple de notre vie.) Cordiales Salutations.
"Afin que tous soient un" Jean 17 : 21 »

Dans le Christ,
P. Martin Lasarte, sdb

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 juin 2012 à 09:59, par DA
    En réponse à : Phénomène des prêtres pédophiles : « Une amplification morbide »

    Félicitation mon Père ! Que DIEU nous aide !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2012 à 10:31, par le musulman
    En réponse à : merci prêtre

    je suis très ému par votre style rédactionnel, la pertinence et la cohérence de vos idées.
    Que Dieu boute sur votre chemin ceux qui ne vous honore pas.
    Pardon Messieurs les journalistes, cesser d’envenimer la situations et faites un travail de réflexion comme celui du prêtre.

    le musulman !

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2012 à 11:45, par PAX ET AMOR
    En réponse à : Phénomène des prêtres pédophiles : « Une amplification morbide »

    AMEN ALLELUIA !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2012 à 14:27, par Allah-akbar
    En réponse à : Phénomène des prêtres pédophiles : « Une amplification morbide »

    Pour nous les musulmans allah et son noble prophète Muhammed sws nous a autorisé à avoir des rapports sexuels avec les petites enfants cela est licite en islam et notre noble prophète Muhammed sws l’a pratiqué pour nous servir d’exemple

    Aicha a rapporté que le Prophète l’a épousée quand elle avait six ans et il a consommé son mariage quand elle avait neuf ans. Hisham a dit : « J’ai été informé que Aicha est restée avec le Prophète pendant neuf ans (soit jusqu’à sa mort). » [Sahih Bukhari 7:62:65]
    Si les chrétiens et les blancs sont contre cette pratique cela n’engage qu’eux d’ailleurs ils sont des mécréant et nous savons tous que le devoir des mécréants c’est de combattre les nobles lois d’allah et faire regner les valeurs de leur maudite democratie donc je ne comprends pourquoi nous les musulmans devons-nous suivre la culture occidentale et des mécréants pour lutter contre ce qui est autorisé par la charia et la sounna

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2012 à 14:37
    En réponse à : Phénomène des prêtres pédophiles : « Une amplification morbide »

    C’est très bien, très beau, mais malheureusement, c’est un seul âne qui bouffe la farine et ça blanchie les museaux des autres ânes a-t-on l’habitude de dire.
    Nous laïc, nous allons prier fort fort pour vous, car ce n’est pas facile. On sait ;

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés