Journalisme et nouveaux médias : Des journalistes Burkinabè à l’école américaine

mercredi 13 juin 2012 à 02h07min

Une trentaine de journalistes burkinabè issus de divers médias ont bénéficié du 4 au 8 juin 2012 à Ouagadougou d’une formation sur le journalisme et les nouveaux média. Initiée par Le Reporter du Faso avec le soutien de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Burkina Faso, la formation a été principalement animée par le professeur Michael Keating de l’université de Massachusetts.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Les cours du Pr Keating ont porté entre autres sur le marketing dans les média, la publicité, les sources de financement, les média en ligne et les diverses possibilités qu’ils offrent aux journalistes, ainsi que les rapports entre le président Barack Obama et les médias américains.
Outre les cours du formateur yankee, les participants ont eu droit à une série de communications assurées par des aînés Burkinabè de la profession qui sont venus partager leurs expériences du métier. En presse audiovisuelle, le coordonnateur des programmes et rédacteur en chef d’Impact TV, Yannick Laurent Bayala a partagé l’expérience de son média avec ses jeunes frères.

Le président du Reporter du Faso, Ouezen Louis Oulon s’est entretenu avec les participants de la formation sur son expérience du journalisme américain, lui qui a l’honneur de faire un stage à CNN. A l’en croire, le secteur médiatique chez l’oncle Sam est concurrentiel avec moins de prédominance publique, tout le contraire de ce qui se passe sous nos cieux. Et pour avoir une place au soleil, il faut faire preuve de talents, d’imagination et de perspicacité.

En matière de média électroniques au Burkina Faso, c’est le fondateur du Faso.net, Dr Cyriaque Paré, qui a été invité pour aborder l’expérience de sa structure qui fait aujourd’hui figure de leader dans le secteur qui, de son avis, mérite encore d’être tiré vers le haut, au regard notamment des insuffisances constatées ça et là. Dr Paré a notamment souligné le fait que beaucoup d’opportunités offertes par les nouveaux médias restent insuffisamment, sinon pas encore, exploitées.

En presse écrite, le doyen Bénin Bilélé, est venu partager son expérience de Sidwaya, le quotidien d’Etat, pour y avoir travaillé pendant de longues années et continue d’ailleurs d’y travailler. Selon lui, son média depuis sa création en 1984 a dû consentir d’énormes efforts pour mériter son label de journal de tous les Burkinabè, de média de service public. Les colonnes du quotidien, a-t-il dit, sont ouvertes à toutes les couches socioprofessionnelles du pays.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net


Des participants apprécient

Jean-Marie Toé, Sidwaya Bobo : ‘’Formation très bénéfique ’’
C’est un grand intérêt que j’ai suivi cette formation et participé aux échanges. Dans un contexte où Internet devient un moyen incontournable de communication, cette formation sur le journalisme et les nouveaux médias a été très bénéfique. Avec les autres, j’ai pu beaucoup apprécier sur le journalisme américain, la création d’une entreprise en ligne, l’étude de marché, le plan de développement et la place de la publicité et du public cible. De plus, les communications, sur les expériences des télévisions privées (Cas de Impact TV), de la presse écrite, en particulier de Sidwaya, et de la presse en ligne, notamment Lefaso.net, faites par des aînés ont été très édifiantes pour nous.

Perside Tindano, Impact TV : ‘’Très riche en expérience, partage et en exercices ’’
Je fais une très bonne appréciation de la formation reçue durant les cinq jours. La formation était très riche en expérience, en partage, et en exercices. Les thèmes et les présentations étaient diversifiés et cela m’a permis d’acquérir de nouvelles connaissances qui me seront d’une très grande utilité quant à ma carrière de journaliste. Je voudrais donc saluer cette initiative du Reporter du Faso.

Lassané Osée Ouédraogo, ‘’Je repars avec une nouvelle vision de la profession ’’
Cette formation a été un grand apport pour nous parce qu’elle nous a permis, d’une part de revisiter les connaissances que nous avons apprises à l’école de journalisme, et d’autre part, d’acquérir de nouvelles connaissances dans le métier. Elle nous a permis aussi de bénéficier de l’expérience de certains aînés dans la profession ainsi que celles de média écrits, audiovisuels et électroniques qui s’imposent aujourd’hui sur la scène médiatique burkinabè. Je repars vraiment de cette formation avec une nouvelle vision de la profession de journaliste.

Français Dembélé, Le Pays, : ‘’J’ai beaucoup appris ’’
Je dois dire que c’est la première fois que je participe à ce genre de formation. J’avoue que j’ai beaucoup appris. La formation m’a permis de savoir que le journalisme rime avec les affaires. La formation m’a donnée beaucoup d’idées. Et je crois qu’elle va inciter les uns et les autres à voir les choses d’une autre façon. Je souhaite que le Reporter du Faso organise souvent de pareils cadres de renforcement des capacités des hommes de média. Ils en ont besoin pour progresser dans leur métier.

Propos recueillis par GBB

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés