Soutenance de mémoires à l’ENAM : Francis Paré s’attaque à la carte professionnelle biométrique

mercredi 13 juin 2012 à 02h08min

Depuis le début du mois de juin 2012, les pensionnaires de l’ENAM présentent leurs travaux de recherche de fin de cycle. Ce 11 juin, « journée sans papier », c’était au tour de Francis Paré, élève-conseiller en gestion des ressources humaines de passer devant le jury. Il avait pour thème de mémoire : « La carte professionnelle biométrique dans la fonction publique : enjeux et perspectives ». Pionnier dans la recherche sur le sujet de la biométrie dont l’opération est en cours, Francis Paré s’est inscrit dans une démarche prospective, avec toutes les difficultés que cela implique.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« Le changement est dans l’ère du temps et le Burkina ne peut rester en marge de ce changement. La biométrie a déjà pris suffisamment de l’ampleur dans bon nombre de pays ». Ce qui amène cet élève-conseiller à s’intéresser à ce sujet dans une logique prospective pour savoir ce qu’est la notion de biométrie, ce qu’elle peut rapporter en matière de gestion des ressources humaines.

Pendant que Francis Paré s’activait dans ses travaux de recherche, l’Etat burkinabè procède à la mise en œuvre effective de l’opération au niveau de la fonction publique. Ce qui a un peu changé les données. « Vous avez suivi le jury, ils font souvent la confusion de l’approche prospective et de l’approche pragmatique », constate Francis. La sanction a été à la hauteur de la témérité du candidat. Il obtient la note de 15/20.

Le travail de l’impétrant a consisté à montrer ce qu’est l’identification biométrique, l’ensemble des systèmes et techniques biométriques, c’est-à-dire comment se font les captures, les traitements, la vérification de l’identité d’un agent, en partant de la biométrie. « Ça peut se faire en mode authentification ou mode identification (1/N) », confie-t-il. Cette technologie présente des avantages, « en matière de gestion des ressources humaines mais également en matière de management des services publics ».

Mais comme toute technologie, la carte professionnelle biométrique dans la fonction publique connait aussi des limites. Pour suppléer ces limites, Francis Paré fait des recommandations. Il s’agit entre autres de revoir le cadre juridique qui serait actuellement dépassé, donc inadapté à la situation de la biométrie. Beaucoup de notions n’ont pas été prises en compte. Il convient aussi de définir les rôles entre les acteurs afin que ce soit un rôle interactif. Au-delà de ces aspects purement techniques, Francis Paré suggère de « travailler à la mobilisation sociale pour que les gens puissent réellement adhérer à la technologie ».

Actuellement, la carte professionnelle biométrique ne concerne que les agents de la fonction publique régis par la loi 013. C’est donc dire que les militaires, les magistrats, les professeurs d’universités, de chercheurs, les agents des établissements publics de l’Etat ne sont pas concernés. Pourtant, ils émargent tous au budget de l’Etat. « Il faut prendre en compte tous ces agents dans la biométrie pour qu’on puisse aboutir à une maîtrise réelle des effectifs des agents et une maîtrise de leur masse salariale… Il faut étendre la biométrie à l’ensemble des agents de l’Etat », recommande l’élève-conseiller en gestion des ressources humaines.

Premier à travailler sur le sujet, Francis Paré s’est heurté à la rareté des informations, du moins au problème d’accès à l’information. « Ce n’est pas facile de travailler sur un thème d’un tel enjeu », a-t-il reconnu. Autres remarques soulevées par les membres du jury : la lourdeur du Français utilisé, certaines affirmations « gratuites ». Unanimement, les membres du jury ont reconnu la témérité du candidat qui a fait preuve de courage en choisissant un thème aussi actuel mais prématuré, où l’élève fait office de pionnier. Il lui a décerné la note de 15/20 et invité l’impétrant à prendre en compte les remarques et suggestions dans le document final.

Parents, amis, camarades, ils étaient très nombreux à avoir fait le déplacement de l’ENAM pour soutenir Francis Paré.

Moussa Diallo
Faso-tic.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés