LE PREMIER MINISTRE À LA SOCIÉTÉ MINIÈRE IAMGOLD : « Essakane ne doit pas être une espèce d’enclave au milieu d’un océan de misère »

lundi 4 juin 2012 à 03h10min

e Premier ministre, Beyon Luc Adolphe Tiao, a effectué, le vendredi 1er juin 2012, une visite de la mine d’or d’Essakane, située dans la région du Sahel. Il a également touché du doigt les réalisations sociales et s’est entretenu avec la direction de la mine, le personnel, ainsi que les populations environnantes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

La plus grande exploitation minière du Burkina Faso a ouvert ses portes, vendredi 1er juin 2012, au Premier ministre, Beyon Luc Adolphe Tiao. Le chef du gouvernement était accompagné, notamment du ministre des Mines, des Carrières et de l’Energie, Salif Lamoussa Kaboré, du ministre de la Culture et du Tourisme, Baba Hama et du gouverneur de la région du Sahel, Boureima Yiougou. Des vastes cratères où est extraite la roche minière, à la fonderie des lingots d’or en passant par l’usine de concassage, la raffinerie, la centrale électrique et les différents dépôts, Luc Adolphe Tiao a pu constater l’ampleur de l’exploitation et les conditions de travail.

Qui plus est, il a eu des échanges avec la direction de la société minière canadienne IAMGOLD Essakane SA et le personnel qu’il a d’abord encouragé. Tiao a décliné la vision du gouvernement par rapport au développement minier. « Nous nourrissons l’ambition que le secteur minier devienne vraiment le moteur de notre économie. Nous souhaitons faire du Burkina Faso, véritablement un pays minier. Nous souhaitons également que le développement du secteur minier soit d’abord profitable aux Burkinabè », a soutenu Luc Adolphe Tiao devant les patrons et les employés d’Essakane SA. « Les ressources minières nous appartiennent et nous souhaitons que ceux qui les exploitent permettent d’abord à notre pays d’en profiter », a renchéri le Premier ministre.

Le secteur minier doit être également le moteur du développement des petites et moyennes entreprises et industries au Burkina Faso. Les ressources minières, a-t-il poursuivi, doivent aussi servir aux générations futures. « Le développement minier doit apporter une contribution substantielle au développement local. Nous ne voulons pas que Essakane soit une espèce d’enclave au milieu d’un océan de misère », a déclaré en substance le chef du gouvernement. Il a souligné l’importance de la concertation et du dialogue permanent entre la direction de la mine et les travailleurs d’une part et d’autre part entre la direction de la mine et les populations locales.

« Nous souhaitons que le secteur minier soit un secteur apaisé… il faut privilégier la communication à l’épreuve de force », a insisté l’hôte de marque. Il a annoncé pour bientôt, la création d’une force de police spéciale, qui sera chargée d’assurer la sécurité des exploitations minières.

48 milliards de FCFA d’impôts et taxes en 2011

Par ailleurs, a fait noter le Premier ministre, le Burkina Faso travaille à respecter toutes les normes de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE). Luc Adolphe Tiao a fait savoir que IAMGOLD Essakane SA a versé au compte de l’année 2011, 48 milliards de FCFA à l’Etat, en termes d’impôts et taxes. De plus, le ministre en charge des Mines et des Carrières, Salif Lamoussa Kaboré, a mentionné : « Le Burkina Faso n’a rien à cacher dans la gestion de ses ressources minières ». Dans la même veine, le Président-directeur général (P-DG) d’Essakane SA, Langis Saint-Pierre a affirmé que sa société respecte les normes de transparence en vigueur au Canada et aux Etats-Unis.

Il s’est réjoui de la première visite du Premier ministre, Luc Adolphe Tiao à Essakane. « En 2011, nous avions produit 375 000 onces d’or. Cette année, nous prévoyons d’en produire 353 000. Ce qui fait d’Essakane, la mine la plus importante du pays. C’est une production de catégorie mondiale », a précisé Langis Saint-Pierre. Des discussions sont en cours avec le gouvernement pour l’extension de l’exploitation minière. « Nous pouvons d’ores et déjà annoncer des investissements de 180 milliards de FCFA pour une extension. Ce qui nous permettra, dans le futur, de garder le niveau de production actuelle, car nous entrons dans une phase où on doit miner de la roche beaucoup plus dure », a relevé le P-DG d’Essakane SA. Il a soutenu que les relations sont bonnes avec les employés et les populations locales.

La société compte privilégier toujours le dialogue pour la recherche de solutions consensuelles. En outre, le représentant des travailleurs, Hamidou Ouédraogo, s’est félicité de la visite de Luc Adolphe Tiao. « Elle traduit une reconnaissance du travail abattu dans la mine. Pour nous employés, cette visite nous rassure, parce que nous savons que nous ne sommes pas oubliés par le gouvernement », a dit celui qui a vu débarquer les premiers engins lourds pour la construction de la mine en 2009. Après le site d’exploitation aurifère, le Premier ministre et sa délégation ont mis le cap sur le périmètre maraîcher de Marganta, un quartier d’Essakane-village. Cette infrastructure agricole à caractère social a été réalisée par la société minière, au profit des femmes du quartier.

Un ingénieux système fait de plaques solaires et de bassins permet aux productrices d’utiliser l’eau de forage pour entretenir le jardin qui comprend une partie réservée à l’agroforesterie. Les visiteurs ont admiré les plants d’arbres fruitiers tels le palmier-dattier, le pommier du Sahel et la goyave. « Je suis venu pour vous encourager et vous dire qu’il n’y a pas de fatalité sur la terre. Tout est une question de volonté et de détermination », a lancé Luc Adolphe Tiao aux productrices. Comme aux employés de la mine, il a traduit aux populations locales, le souhait du gouvernement que l’exploitation minière se fasse dans un environnement pacifique.

Bachirou NANA


Luc Adolphe Tiao sur les raisons de sa visite

« Je tenais à venir visiter le site minier d’Essakane tout d’abord parce que c’est la plus grande exploitation minière industrielle du Burkina Faso à ce jour et la contribution de ce site au développement de notre pays est important. Ce matin, le P-DG disait que pour 2011, l’ensemble des ressources fiscales, douanières et autres que l’Etat a engrangé s’élève à près de 48 milliards de FCFA, ce qui est important. Essakane emploie également près de 2300 personnes et fait vivre beaucoup de familles. Nous avons été témoins des investissements à caractère social qu’Essakane SA réalise au profit des populations, qui ont été relocalisées dans des habitats beaucoup plus modernes.

Nous avons pu voir de près un petit jardin fait au profit des femmes, où travaillent 84 femmes qui produisent des légumes et des plants agroforestiers. Il était donc normal qu’en tant que chef du gouvernement, je vienne prodiguer mes encouragements à cette société minière, surtout qu’elle va rentrer bientôt dans une phase d’extension. J’ai aussi saisi l’occasion pour donner la vision de notre pays sur le développement minier dans les années à venir et surtout insister sur le fait que les ressources minières doivent d’abord profiter à notre Etat et à notre peuple. Nous allons veiller à ce que cela soit respecté. A la fin de ce séjour, je repars confiant. Nous nous sommes compris et je mesure l’importance de l’investissement d’Essakane. Je suis persuadé que nous tirerons beaucoup plus de bénéfices de ce investissement afin qu’il soit profitable au gouvernement, à l’Etat et au peuple burkinabè et aussi profitable à la population locale ».

Propos recueillis par B.N.


Dans le livre d’or

« L’exploitation minière doit s’inscrire résolument dans une vision de développement durable, c’est-à-dire respectueuse de l’environnement et soucieuse des générations futures. Il m’a été donné de constater que la société minière IAM GOLD inscrit son exploitation d’Essakane dans cette perspective. Je voudrais féliciter cette société pour l’important investissement réalisé dans cette partie de notre territoire. Nous avons mesuré la qualité des investissements, l’effort pour préserver un cadre de vie de qualité sur le site minier et son engagement en faveur de la communauté autour d’elle. Nous l’encourageons pour ses projets futurs, persuadés qu’elle est sur la bonne voie pour garder toujours le leadership dans ce secteur d’activité de notre pays. Tous nos encouragements au personnel ».

Essakane, le 1er juin 2012
Beyon Luc Adolphe TIAO,
Premier ministre du Burkina Faso

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés