Me BENEWENDE SANKARA, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION : « Les partis non affiliés sont des hors-la-loi »

vendredi 1er juin 2012 à 01h33min

Le chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF), Me Bénéwendé Sankara, a animé une conférence de presse le 31 mai 2012 au siège de l’institution à Ouagadougou. La présentation du rapport d’activités annuel 2011 était au centre de la rencontre avec les hommes et femmes de média. A l’occasion, Me Sankara a rappelé que les partis se réclamant de l’opposition mais qui n’ont pas toujours fait leur déclaration auprès du chef de file sont des hors-la-loi qui travaillent contre l’opposition.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le rapport annuel dans lequel est consigné le bilan 2011 de l’institution chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) est un document de 85 pages en papier glacé. Il est subdivisé en cinq chapitres avec des annexes constituées de déclarations, de discours prononcés, de correspondances du chef de file de l’opposition politique, Me Bénéwendé Sankara, et de photos sur des audiences du chef de file, des manifestations de la crise sociopolitique de 2011 au Burkina.

Les cinq chapitres vont du « Zoom sur les recommandations du rapport d’activités 2010 » (chapitre I) aux « Grands enjeux et recommandations de 2012 » (chapitre V) en passant par « Les actions du chef de file de l’opposition » (chapitre II), « Le fonctionnement du cabinet du chef de file de l’opposition politique » (chapitre III) et « Les insuffisances » (chapitre IV). Pour la présentation du rapport annuel 2011, le chef de file de l’opposition politique, Me Bénéwendé Sankara, était entouré, au cours de la conférence de presse du 31 mai 2012 à son siège de son directeur de cabinet, Fidèle Kientega, et du chargé de la communication et de l’information, Amidou Kabré.

Dans sa déclaration liminaire d’environ 7 minutes, Me Bénéwendé Sankara a essentiellement fait cas des activités menées par l’institution chef de file de l’opposition en 2011 qu’il a qualifiée, au passage, d’année de « hautes luttes pour notre peuple en général et pour son opposition en particulier », et les défis de 2012. Ainsi, au cours de 2011, le chef de file s’est investi prioritairement dans la promotion du dialogue démocratique, la recherche de la transparence et de la crédibilité dans l’organisation des élections couplées législatives/municipales de 2012. Il a aussi œuvré à la diffusion de la loi sur le statut de l’opposition et à la cohésion au sein de l’opposition politique dans son ensemble.

L’institution CFOP-BF a également, organisé un panel sur « Les enjeux du dialogue politique et la crédibilité des acteurs comme réponse à la question de la citoyenneté au Burkina Faso » que Me Sankara présente comme une leçon de dialogue politique au pouvoir au moment de « la grande manœuvre de duperie appelée CCRP (NDLR : Conseil consultatif sur les réformes politiques) dont l’unique objectif était la modification de l’article 37 [de la Constitution] ». Au cours de 2011, le chef de file a eu des concertations directes avec la majorité présidentielle. Ces concertations ont abouti à la mise en place d’une Commission électorale nationale indépendante (CENI) consensuelle et à l’adoption de la biométrie.

Dans le même temps, l’institution a eu des rencontres régulières au nombre de 22, soit en moyenne, une, toutes les deux semaines, avec les partis politiques de l’opposition. Le message de la nécessaire organisation a eu un écho favorable auprès de certains d’entre eux qui ont fait leur déclaration au près de l’institution. Ce qui a fait passer le nombre de partis affiliés de 34 à 49 aujourd’hui, soit 15 nouveaux adhérents en 2011. Dans le bilan de l’année écoulée, Me Sankara a également mentionné la centaine d’audiences avec des personnalités et des responsables à plusieurs niveaux, les visites aux composantes de la société pour leur présenter l’institution. Et pour mener toutes ses activités, le CFOP-BF a eu à sa disposition une subvention de 75 millions de F CFA. Sur cette somme, l’institution a dépensé au 31 décembre passé 75 922 492 F CFA, soit un taux d’exécution de 101% dont un déficit de plus de 900 000 F CFA. Pour 2012, le chef de file de l’opposition se donne pour défis de raffermir davantage la cohésion de l’opposition, d’accompagner la CENI pour lever tous les obstacles et favoriser un déroulement serein et harmonieux du scrutin couplé.

C’est dans la partie questions-réponses que Me Bénéwendé Sankara a évoqué les difficultés rencontrées par son institution en 2011. Il a notamment relevé l’absence d’un règlement intérieur pour régir la discipline et la prise de décisions entre les partis affiliés, d’une plateforme commune de l’opposition. Le chef de file de l’opposition, en réponse à une question sur les partis non affiliés mais qui se disent de l’opposition, a laissé entendre que ceux-ci sont « des hors-la-loi » qui ont « la baraka du chef de l’Etat pour lequel ils travaillent ». Le chef de file de l’opposition s’est aussi prononcé sur d’autres sujets nationaux comme la crise sociale au sujet de laquelle il a dit qu’elle n’est pas terminée au regard des manifestations contre la vie chère, les élections couplées pour lesquelles Me Sankara a dit qu’il va parcourir un certain nombre de régions pour appeler les électeurs à aller s’enrôler.

Sur le plan africain, Me Bénéwendé Sankara s’est prononcé sur la condamnation à 50 ans de prison de l’ancien président libérien, Charles Taylor et la médiation du Burkina au Mali. Sur le premier sujet, il a dit que le verdict est une peine de mort qui ne dit pas son nom, rendu à la suite d’un procès marqué par beaucoup de non-dits. A propos de la médiation burkinabè dans la crise malienne, le CFOP a estimé qu’elle est de trop parce que Blaise Compaoré n’a pas l’impartialité requise.

Séni DABO

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 1er juin 2012 à 09:12, par Awoto
    En réponse à : Me BENEWENDE SANKARA, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION : « Les partis non affiliés sont des hors-la-loi »

    Me Sankara n’est-t-il pas à la solde de Rock Kaboré President de l’assemblée ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 11:15
    En réponse à : Me BENEWENDE SANKARA, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION : « Les partis non affiliés sont des hors-la-loi »

    « des hors-la-loi » qui ont « la baraka du chef de l’Etat pour lequel ils travaillent ».
    Je pense le contraire car c’est bien vous, seul qui bénéficiez de la subvention pour faire vos déplacements et vous faire voire. In fine chef de file de l’opposition n’as pas de sens et je ne sais plus où ça existe aussi. Est ce opposition de gauche peut être avec opposition de droite ? avez vous imaginé Mélanchon et M. Lepen dans file de l’opposition. Il ne faut pas penser que chef de file de l’opposition devient un parti où on adhère. Comme on soutient le chef de file c’est vous et comme vous le constatez vous êtes entrain de devenir un instrument de propagande de celui pour qui vous travaillez. Laissez donc les autres si aux élections prochaines ils gagnent plus de députés que vous ils deviendront chef de file et ne vous demanderont pas d’adhérer car ce sera alors leur gombo. vous pouvez savourer le votre

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 11:21, par PACO
    En réponse à : Me BENEWENDE SANKARA, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION : « Les partis non affiliés sont des hors-la-loi »

    Me Bénéwendé devrait se rendre compte que les ‘hors-la-loi’ constituent un groupe d’équilibristes politiques. Ces gens devront comprendre qu’en politique, les concepts de « compromis » et de « compromission » sont très différents. Le compromis fait évoluer (grandir) les situations politiques (conflits d’idées, de pratiques économiques…) alors que la compromission telle que voulue par ces ‘hors-la-loi’ affaiblit le débat et perpétue la médiocrité dans le débat d’idées ou politique. Cette situation entretien la corruption, le sentiment qu’une classe politique « se partage le bien commun sans véritable perspective de développement. C’est une méthode utilisée par certaine homme politique de notre pays tel que Me Gilbert qui s’agrippe simplement à son poste ministériel sans ambition politique. Dans la duré, on se retrouve dans le cas du Mali.
    Courage à l’opposition vraie et à la société civile conséquente !

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 13:14, par Awoto
    En réponse à : Me BENEWENDE SANKARA, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION : « Les partis non affiliés sont des hors-la-loi »

    Me Sankara devrait plutôt maitriser ses impulsions et insister dans le dialogue pour convaincre au lieu de continuer à insulter les autres comme s’il ne trinque pas avec le pouvoir. Sankara veut gérer les 49 partis comme un mouvement sankariste. Les autres n’ont pas été parainé par Sankara donc qu’il leur colle la paix. Et d’ailleurs il devrait demander à ces Deputés de démissionner après le 3 juin s’il connait mieux la loi.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 13:31, par anta
    En réponse à : Me BENEWENDE SANKARA, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION : « Les partis non affiliés sont des hors-la-loi »

    Ce qui m’importe le plus,ce n’est pas de savoir qui est plus opposant que qui.C’est de savoir s’il faut laisser et pendant combien de temps, les cafards ou cancrelats qui ont envahi notre Hémicycle et qui risquent d’en détériorer tout le matériel.Ils sont exactement 111 blattes avec des écharpes usurpées.N’y a-t-il pas de techniciens de surface qualifiés dans ce pays ?
    Haro sur les blattes !Haro sur les pirates, flibustiers, forbans, malandrins,chenapans, fripouilles ! Haro sur "los bandidos" !

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 15:20, par le riche
    En réponse à : Me BENEWENDE SANKARA, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION : « Les partis non affiliés sont des hors-la-loi »

    Quand on est chrétien, soit on est protestant ou catholique. Quand est protestant soit on baptiste, pentecôtiste, adventiste, Témoin de Jéhovah ou assemblée de Dieu etc. Les opposants burkinabè sont ’’ les protestants’’ du CDP. Par conséquent Maitre Sankara doit laisser chaque opposant choisir son pasteur. En réalité on n’a pas besoin d’opposition au Burkina. Il y a une telle complicité et une grande confiance entre le régime actuel et le peuple que l’opportunité de voir naitre une opposition relève du futur. La chance de survenue d’une opposition réelle relèvera d’une éventuelle baisse de cette amour qui existe entre la gouvernance du CDP et le peuple. 2015 ne sera pas la veille car au CDP nous savons ce que ce peuple veut et on le lui offre.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin 2012 à 00:49, par elpheno
    En réponse à : Me BENEWENDE SANKARA, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION : « Les partis non affiliés sont des hors-la-loi »

    je pense que benewende veux absolument etre le chef des chefs c’est vais qu’il est le chef de file mais traitant les autres de cette facon il ne fait que mettre en peril l’oppositoin il a ses convictoins qu’il trouve juste que les autres alors qu’il combat seul

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin 2012 à 14:36
    En réponse à : Me BENEWENDE SANKARA, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION : « Les partis non affiliés sont des hors-la-loi »

    Comment voulez vous qu’un mangeur se lève et laisse la nourriturte dans le plat. Des gens qui veulent retraite. Opposition, pouvoir tous des mangeurs. Le premier hors la loi c’est Bénewendé lui meme.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin 2012 à 20:06, par Le Citoyen
    En réponse à : Me BENEWENDE SANKARA, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION : « Les partis non affiliés sont des hors-la-loi »

    C’est dommage que l’on pense qu’un dirigeant si débonnaire qu’il soit financerait quelqu’un d’autre pour s’opposer à lui. Il y a des gens dans vos rangs qui ont soupé dans le gouvernement avec Blaise Compaoré. Ces gens sont là-bas parce qu’ils n’ont pas où aller pour gangner mieux. Aucune conviction politique. Vous nous montrerez que vous etes courageux en rendant le tablier dans l’espoir de reconquérir vos postes de députés et de surcroit de chef de file de l’opposition. Cela va de la survie politique de beaucoup d’entre vous qui étaient morts et ressucités en la matière. Qui trompe qui dans tout ça ? Méditez cette maxime : « On peut tromper tout le peuple une partie du temps ; on peut tromper une patie du peuple tout le temps mais on ne peut jamais tromper tout le peuple tout le temps »

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2012 à 10:18, par ATTENTION
    En réponse à : Me BENEWENDE SANKARA, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION : « Les partis non affiliés sont des hors-la-loi »

    Me Bénéwende nourrit une haine contre le Professeur Bado Laurent, intellectuel anarchiste à sa manière aussi. Ces histoires d’une union de notre opposition ne datent pas d’aujourd’hui. Lisez entre les lignes : l’un veut une union de cohabitation l’autre souhaite un front de boycotte et de scandale quand bien même ils d’en iront tous deux nuitamment empocher des pactoles à kosyam. C’est des guerres d’intérêts et d’égoïsmes purs et durs. Tant pour notre peuple qui continue de chanter :"ah, moi je me cherche" et faisant de la chose politique un désintérêt total.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés