Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

vendredi 1er juin 2012 à 01h32min

Le phénomène est nouveau au Burkina : le transport de bagages et de personnes par des engins tricycles. Mais la réglementation en la matière, elle, ne date pas d’aujourd’hui, même si un décret présidentiel et un arrêté ministériel viendront en préciser davantage les modalités d’usage. Les détenteurs de ces 3 roues en savent quelque chose, car plusieurs fois prévenus, selon les autorités de la Police municipale qui, hier mercredi, ont entamé une opération de contrôle. Une soixantaine d’engins conduits en fourrière, dont les conducteurs ont été pris en flagrant délit de non-possession de documents administratifs.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Hier 30 mai 2012, dans la matinée, la police municipale a procédé au contrôle des engins tricycles. Résultats de cette opération commando contre les propriétaires de ces engins qui inondent depuis un certain temps la capitale : une soixantaine de tricycles conduits en fourrière dont les conducteurs ont été pris en flagrant délit de surcharge, de transport mixte, de non-possession de permis de conduire de catégorie A1, et de carte grise. Mais pourquoi les intéressés sont tombés sous le coup de la loi alors qu’ils exercent avec un moyen de transport nouveau, dont l’usage ne semble pas jusque-là réglementé au Burkina ?

Réponse du commandant du corps urbain, Sylvestre N’Do, animateur de la soft conférence de presse : "contrairement à ce qu’on pense, l’usage des tricycles est réglementé depuis le 31 décembre 1973 par un décret portant réglementation de l’usage des voies routières ouvertes sur la circulation. Lequel décret fait obligation à tout détenteur de tricycle de posséder un permis de conduire A1 ; une carte grise et une attestation d’assurance. C’est donc en connaissance de cause que nous avons procédé à l’opération de contrôle".
Les nombreux contrevenants devront s’acquitter d’amendes avant d’entrer en possession de leur 3 roues

Selon le commandant Sylvestre N’Do, la présence de ces engins au Burkina est l’œuvre d’un commerçant qui, en 2009, a manifesté à la mairie sa volonté d’importer des tricycles. "Il lui a été opposé une fin de non recevoir compte tenu de l’étroitesse de nos voies et des encombrements qu’ils pourraient engendrer. Sans qu’on ne sache pourquoi, depuis 2011, nous assistons à une entrée massive des tricycles dans la capitale", explique le conférencier qui poursuit en ajoutant que malgré tout, la police n’a pas réagi par la répression.

Plusieurs rencontres d’informations et de sensibilisation ont été organisées au profit des propriétaires de tricycles par le ministère des Transports, celui de l’Administration territoriale, la mairie et la Police municipale. Ils étaient donc prévenus, justifie-t-il.

Mieux, depuis 2 mois, un communiqué dans la presse appelle les intéressés à se conformer à la réglementation en vigueur, en attendant, reconnaît le commandant, qu’un décret présidentiel et un arrêté ministériel viennent en préciser davantage les modalités d’usage de ces engins. Pour l’instant, ceux qui ont été pris dans la nasse de la Police municipale doivent s’acquitter des amendes de 6 000 F CFA (carte grise) ; 12 000 F CFA (surcharge) ; 6 000 F CFA (permis) et 3 000 F CFA par personne transportée au titre du transport mixte.

Nankoita Dofini

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 1er juin 2012 à 02:04, par LAKOUDRE
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    ON AVAIT REFUSE A UN COMMERCANT DE FAIRE RENTRER CES TRICYCLES AU FASO ET DEPUIS 2011 ON NE SAIT PAS COMMENT CES ENGINS INONDENT OUAGADOUGOU. POSEZ LA QUESTION A LA DOUANE ELLE SEULE OCTROIE LE PERMIS D’ENTREE DE CES ENGINS AU PAYS DC...

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 08:39, par Naa
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    Les amendes ne sont pas élevées. Il faut le faire du double. Pour le permis, il n’est possible de retirer son engin que sur présentation de celui-ci !

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 09:15
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    La presse n’était pas un canal approprié pour les informer.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 10:10, par Pathe Diallo
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    IL faut félicieter la police municipale pour cette action qui permet de remettre un peu d’ordre dans la circulation routière à Ouagadougou. Mais je pense que les autorités devraient aller plus loin, en limitant la zone d’opération des tricycles mais aussi les charettes à traction animale. L’étroitesse des rues de Ouagadougou ne permet pas d’utiliser tout moyen de transport. Pourquoi ne pas limiter les tricycles et les charettes à traction animales aux seuls quartiers périfériques de la capitale ? Imaginez un peu pendant les heures de pointe, on se retrouve souvent avec des charettes et des anes qui rendent la circulation plus complexe et risquée pour tout le monde.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 10:16
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    C’est pas trop tot, car a plusieurs reprises, l’attention des autorites a ete attirée sous plusieurs formes !
    Voyez ce qui se passe dans les campagnes ; les gens font du transport mixte avec ces engins sans notion du code de la route !

    Reveillez vous chers gouvernants

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 12:01, par KPENW
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    Il faut laisser les gens se débrouiller avec ces tricycles. il n’y a pas un service de taxi crédible à ouaga ! pas de transport en commun à ouaga ! alors, lorsque je suis en panne à ouaga je n’hésiterai pas à arrêter un tricycle dans les 5 mn au lieu d’attendre pendant une heure un hypothétique taxi qui va venir dire qu’il ne part pas où je veux aller.
    Règlementez, règlementez, mais ne les chauffez pas trop. Le bas peuple en a vraiment besoin.

    Répondre à ce message

    • Le 2 juin 2012 à 11:52, par ministre
      En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

      aujourd’hui nous affirmons que les conduceurs de taxi roulent mal.mais la cause profonde de ces comportements c’est le laissé aller de nos autorités.alors pour l’une des rares fois que les autorités prennent leur responsabilité vous n’allez quand même pas leur reprocher cela ! ces tricycles ne sont pas adaptés à nos voies. Au mieux si les conducteurs respectaient les textes,on pourrait au moins leur accordé une certaine autonomie mais hélas pas de permis de conduire,pas de carte grise, pas d’assurance,surcharge,transport mixte.cela fait beaucoup d’infraction et je crois que la sécurité du maximum de gens devrait primer sur votre désir de vous rendre à votre lieu de rendez le plus rapidement possible !la vie est sacré,évitons les risques afin de la préserver un temps soit peu.merci

      Répondre à ce message

    • Le 2 juin 2012 à 11:55, par ministre
      En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

      aujourd’hui nous affirmons que les conduceurs de taxi roulent mal.mais la cause profonde de ces comportements c’est le laissé aller de nos autorités.alors pour l’une des rares fois que les autorités prennent leur responsabilité vous n’allez quand même pas leur reprocher cela ! ces tricycles ne sont pas adaptés à nos voies. Au mieux si les conducteurs respectaient les textes,on pourrait au moins leur accordé une certaine autonomie mais hélas pas de permis de conduire,pas de carte grise, pas d’assurance,surcharge,transport mixte.cela fait beaucoup d’infraction et je crois que la sécurité du maximum de gens devrait primer sur votre désir de vous rendre à votre lieu de rendez le plus rapidement possible !la vie est sacré,évitons les risques afin de la préserver un temps soit peu.merci

      Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 12:01, par Lorenzo
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    Tenez bon et ne cédez pas au chantage des manifestations, car ces engins sont conduits par des personnes qui pour la plupart n’ont aucune maitrise de leur véhicule. Il faut que les gens cessent de brandir le fait que ça nourrit des familles. Même le détournement ou le vol nourrit des familles alors que force reste à la loi

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 12:05
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    Même si le phénomène est nouveau au Burkina , il fallait tout simplement interdire l’importation de ces engins en attendant une relecture de la règlementation de 1973. C’est vrai le transport des bagages sur les vélos et motos n’est pas approprié. De manière générale nos autorités attendent que la situation pourrisse avant de sévir. Aujourd’hui ce sont les tricycles, demain il faudrait songer à mettre de l’ordre dans la circulation. En effet des nouveaux phénomènes courent nos rues.

    1- L’usage de la chaussé par les deux roues au mépris des pistes cyclables. Il ne faut pas attendre que des accidents graves surviennent avant de sévir les contrevenants,
    2- Des clients de maquis stationnent impunément leur véhicule sur la voie (couloir de droite) de Gounghin la nuit et ne laissant que le seul couloir de gauche et ça n’est pas normal ;
    3- Sur la rue 56, les commerçants occupent les trottoirs et obligent ainsi les piétons à prendre la chaussé

    On se demande vraiment si l’autorité de l’Etat existe.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 12:07
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    Bien fait ! on commençait déjà à s’en préoccuper.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 18:37, par Filsdepaysan
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    Je pense qu’il faut ici être prudents :
    _Sensibiliser les usagers de toutes catégories sur la circulation et non interdire l’usage des tricycles ;
    _Les utilisateurs de ces tricycles ne sont pas les seuls auteurs d’accidents de circulation, donc il faut que la Police municipale soit présente à tous les carrefour pour réglementer la circulation (surtout à la sortie Est de l’échangeur route de Fada ;
    _Eviter de trop coincer toute personne qui essaie de se débrouiller et se prendre en charge. Depuis que ces tricycles sont là, les jeunes sont devenus entreprenants, donc il faut des mesures d’accompagnement.
    _Enfin, mais pourquoi laisser entrer ces tricycles si toute fois l’usage est interdit au BF ? Soyez au moins matures dans vos décisions. On arrête l’importation de ces trucs, un point, c’est tout !

    JE DEMANDE DE FAIRE UN CONTROLE AUSSI POUR LES GROSSES MOTOS ! TOUS CEUX QUI LES MONTENT SONT ILS DETENTEURS DE PERMIS DE CONDUIRE COMME LE DIT LA MEME LOI DE 1973 ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 19:12, par bad
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    je ne comprend absolument rien.Qu un commercant importe des tricicles malgré le non recévoir mais qu on s acharne sur les utilisateurs laissant le dit commercant continuer son importation ,javoue que c est du 2 poids 2 mesures.Tout le monde connait les maisons qui importent ces engins.

    Répondre à ce message

    • Le 1er juin 2012 à 20:28
      En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

      Les rues du Burkina ne sont pas plus étroites qu’ailleurs. Des chômeurs ont essayé de se battre : c’est bien. Qu’ils respectent la réglementation c’est tout. Il ne faut pas s’opposer à eux seulement parce que ça sort de l’ordinaire. Si tout le monde respectent le code de la route, y a pas de problèmes. Dites moi en quoi le tricycle est plus dangereux que tout ce qui se passe sur nos routes. S’ils existent c’est que le besoin est là. Il ne faut pas tuer l’esprit d’initiative.

      Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 20:28, par doul
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    Et les charretiers aux heures de pointe ? Qu’est-ce qu’on fait ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin 2012 à 03:59, par Baba
    En réponse à : IL EST DIFFICILE DE REUSSIR EN AFFAIRE AU BF

    Bonjour

    C’est sans passion que j’interviens dans ce forum.

    Je l’ai deja dit "IL EST DIFFICILE DE FAIRE DES AFFAIRES AU BURKINA à moins de faire comme les autres !".

    Et je comprends pourquoi les "LADJI" (grand commerçant) réussissent vite : "Ils vendent exactement ce que leurs voisins vendent et qui marche"

    Toutes les NOUVELLES initiatives sont tuées si vous n’avez pas de parrain.

    On a accusé MOUSTAPHA THOMBIANO de tout et on lui a crée tous les problemes du monde parcequ’il était en avance sur tout le monde pour lancer une Télé privée au Burkina.

    Ailleurs c’est le président de la république qui allait le décorer pour l’initiative...

    Pour lancer une nouvelle idée ici il vous faut un PARAIN.

    J’avais posté un message sur le parrainage au Burkina mais il a été censuré par lefaso.net. Celui la le sera peut être également... (je ne rentre donc plus dans le fond de ma vision du parrainage au Burkina)

    Losrque vous avez des nouvelles idées (vous êtes en avance sur la réglementation) et on ne cherche pas à voir le bien fondé. On vous interdit en faisant sortir un vieux texte inadapté qui ne colle pas à la situation juste pour vous barrer la route comme si ceux qui réglemente sont censé être plus intelligent que les autres.

    Et il y a même une incohérance dans les propos de la police : (S’il y a un texte de 1973 qui reglement les tricycles cela veut dire qu’on a prevu l’usage de ces tricycle ici. Bref)

    On a brandit des textes pour dire que Moustapha n’a pas suivi la reglementation mais nous savons bien que c’est après tout cela que la reglementation a apparu pour ce qui est des médias privés.

    SAVEZ VOUS CE QUE VEUX DIRE STARS UP ? ( Si non : lancer google pour en savoir et je vous le déconseille si vous vouller le faire au Burkina)

    Si le patron de Microsoft était au Burkina il allait être interpeller pour le PC qu’il a inventé.
    Il en sera de même pour celui qui a inventé l’avion. On lui opposera les textes du code de la route qui ne permet de se déplacer dans les aires.

    Si nous devons respecter les textes personne ne devra circuler à mobylette au Burkina (Absence de Permis et port de casque).

    Les raisons avancées par la police sont donc fausses il s’agit plutôt du LOBI des taximen qui s’inquiète de la concurrence.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2012 à 02:38
    En réponse à : Mise en fourrière de tricycles : "On les avait prévenus"

    Ne nous raconte pas des inepties. Tu prends tes interventions pour paroles d’évangile. Ce n’est pas parce ce qu’une idée est nouvelles qu’elle est forcement bonne On connait nos concitoyens.la plupart n’hésiterait pas à bailloner le code de route pour se faire des sous au détriment de la sécurité des autres usagers de la route.Déjà avec les motos et les taxis, on ne s’en sort pas. Si on doit ajouter des tricycles avec les éventuels surcharges et les pointes de vitesse et autres ????? Bonjour les dégâts

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés