Loumbila : Un lopin de terre qui divise

mardi 29 mai 2012 à 01h24min

Une dizaine d’habitations incendiées, des greniers partis en fumée, des commerces vandalisés et deux blessés, tel est le bilan de l’affrontement qui a opposé Pousghin à Ghandin, deux petits villages de quelques centaines d’âmes rattachés à la commune de Loumbila.
La pomme de discorde entre les deux petits villages distants de moins de 300 m est un lopin de terre d’à peine 100 m2 situé à la lisière des deux villages. En effet, depuis une année, un litige foncier oppose les deux villages. Celui de Ghandin, qui revendique son droit sur ledit terrain et qui entend y construire une mosquée malgré le refus de la préfecture de Loumbila et au mépris des décisions de justice lui enjoignant de suspendre les travaux de construction, et celui de Pousghin, qui estime être floué dans son droit.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Depuis lors, les deux villages, bien que très proches, se regardaient en chiens de faïence. Puis une série de troubles, de manifestations, de destruction de cultures s’en est suivie entre les deux clans. La gendarmerie est intervenue à plusieurs reprises dans cette localité, mais la justice, affirme un habitant de Pousghin est restée impuissante devant ces situations, les fauteurs de troubles n’ont jamais été inquiétés.

La goutte d’eau qui aurait fait déborder le vase samedi dernier fut l’agression, à coups de bâton, de Mouni Ouédraogo par le vieux Daouda de Ghandin. Celui-ci, à son tour, a répliqué en assommant son agresseur d’un coup de bâton. Alors ce dernier, après avoir retrouvé ses esprits, ameuta tout son clan juste à côté pour s’en prendre violemment aux ressortissants de Pousghin.

Comme une horde, les habitants de Ghandin auraient décidé de s’attaquer à ceux de Pousghin et à leurs biens. On compte au total une vingtaine de maisons saccagées, pillées et deux blessés. Dans l’autre camp, celui de Ghandin, aucune victime. il a fallu l’intervention de plusieurs unités de la gendarmerie et de la CRS pour ramener le calme.

Nous reviendrons dans nos prochaines éditions sur cet événement, après avoir entendu les autorités locales et le camp de Ghandin.

Jean Stéphane Ouédraogo

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés