RELIGION MUSULMANE : L’Association Tidjaniya s’implante à Bobo

mardi 22 mai 2012 à 01h08min

L’Association Ahaloul Faidat Tidjaniya a installé, le 12 mai 2012 à Bobo-Dioulasso, sa section des Hauts-Bassins. Ce sont El Hadj Yaya Sanou et El Hadj Cheick Oumar Cissao qui ont été désignés pour organiser et défendre le mouvement tidjaniya dans la région.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Les deux représentants de l’Association Ahaloul Faidat Tidjaniya dans la région des Hauts-Bassins ont été installés par l’ambassadeur de la Faidat Tidjaniya au Burkina Faso, El hadj Hamadou Sawadogo. Il a demandé aux musulmans d’assister les consuls El Hadj Yaya Sanou et El hadj Cheick Oumar Cissao dans leur mission pour la propension du mouvement tidjania dans la région. Les deux promus ont remercié le président Hamadou Sawadogo, et promis de faire leur travail avec loyauté et dévouement.

El hadj Bakaye Diaby, le représentant de la communauté musulmane a fait des bénédictions pour la réussite de leur tâche, et souhaité l’entente et la solidarité entre les musulmans. Abdoul Malick Djénépo qui a représenté le parrain, l’avocat Mamadou Traoré, a abondé dans le même sens, en appelant ses coreligionnaires à cultiver l’union. Le directeur de cabinet du maire de Bobo-Dioulasso, Ardjouma Sanou, président de la cérémonie, a demandé aux fidèles musulmans de prier pour la paix et la stabilité au Burkina. L’Association Ahaloul Faidat Tidjaniya a été créée en 1999 à Ouagadougou, suite à la visite du Cheick Imam Hassane Cissé de Kaolack au Sénégal, un des disciples du Cheick Ibrahim Niasse de la même ville. Hamadou Sawadogo en est le président depuis 2004.

Il a été nommé ambassadeur du mouvement tidjaniya au Burkina en février 2011 par les successeurs du Cheick Ibrahim Niasse. Son rôle consiste à mieux organiser la tidjaniya et à représenter le grand iman de Kaolack aux différentes manifestations religieuses. Le mouvement tidjaniya a été créé par le Cheick Ahmed Tidjani en Algérie au 18e siècle. La foi tidjaniya repose notamment sur l’observation de la loi islamique et le respect des piliers de l’islam.

Adaman DRABO

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 octobre à 18:30, par yakou
    En réponse à : RELIGION MUSULMANE : L’Association Tidjaniya s’implante à Bobo

    On a questionné Seïdina (qu’Allah sanctifie son précieux secret) au sujet du dire (des Connaissants) : « Certes le cercle du wali est plus vaste que le cercle d’un prophète (sur eux la paix). »

    Il répondit (qu’Allah sanctifie son précieux secret) : « Ce qu’on a voulu dire par « Wali » ce sont seulement les Aouliya de cette communauté, ceux à qui il a été ordonné le prêche, ce sont eux qui sont concernés et dont le cercle de prédication est plus vaste que ceux des prophètes (sur eux la paix). L’élargissement de ces cercles et son rétrécissement varie en fonction de l’ampleur des groupes à qui s’adressent leurs prêches. Chaque messager d’entre les messagers (sur eux la paix), hormis notre Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), avait son message limité à une nation, un peuple ou à un pays, mais qui ne dépassait jamais cela. Tandis que le message de notre Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) est pour tous les pays et régions, pour tous les peuples et communautés et pour toutes les époques.

    Par conséquent, les Aouliya qui ont la charge de la prédication dans sa communauté (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) ont leur prêche qui englobe tout ce que le message de notre Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a englobé. Il ne se limite donc pas à un pays, à un peuple ou à une communauté, mais s’adresse à l’ensemble comme l’était le message du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui). C’est la raison de l’élargissement supérieur du cercle des Aouliya par rapport à celui d’un prophète (sur eux la paix).

    L’appel à Allah que les wali exercent leur est enjoint par l’apparence de la Chari’a, car le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « Transmettez de moi ne serait-ce qu’un verset » et aussi « Ordonnez le bien et blâmez le mal ». Quant à l’appel à Allah évoqué précédemment elle n’est possible en vérité qu’avec l’autorisation spéciale (Idhnou-l-Khass) tout comme l’autorisation nécessaire pour la prophétie. Ainsi, quiconque se dirige vers les êtres afin de s’occuper d’eux et de leur faire la prédication avec l’autorisation spéciale d’Allah, ses paroles épanouiront tous les cœurs, tous les gens se précipiteront vers son appel et ils lui répondront positivement. De même, son ordre sera suivi et son interdiction sera respectée, il sera obéi, sa parole sera douce pour les cœurs.

    Par contre, celui qui fait la prédication avec une autorisation générale (Idhnou-l-‘Amma) et qui n’a pas l’autorisation particulière, celui-là sa parole ne sera pas profitable, les gens ne se précipiteront pas à son appel et la langue du Vrai lui clame par la langue de l’Etat (Lisan Al Hel) dans le dévoilement des vérités : « Nous ne t’avons pas ordonné de faire cela et tu ne fais pas parti de ces gens là, tu n’es qu’un intrus. » Quiconque se met dans cette situation sera éprouvé par la recherche de l’autorité, de l’ostentation (Riya) et l’attribution du mérite alors qu’en réalité il ne lui parvient rien d’Allah.

    Ibn ‘Ata Allah a dit : « Celui qui a été autorisé à parler charme par ses paroles les oreilles des créatures, et ses allusions subtiles leur deviennent sensibles. »

    Voici l’histoire de Cheikh Abdelqader Djilani (qu’Allah l’agrée) qui est connue ; il dit un jour : « J’ai jeûné hier alors Oummi Yahiya m’a mis quelques œufs pour rompre le jeûne au chevet de mon lit, or voilà qu’un chat est venu et les a volés. » Les gens en entendant cela se mirent à pleurer jusqu’à la fin de l’histoire.

    Celui qui proclame avoir l’autorisation particulière mensongèrement et en effectuant la prédication jusqu’à sa mort, celui-ci mourra en état d’infidélité à moins qu’il ne s’en repente. Nous demandons à Allah la paix et la préservation vis-à-vis de cela par l’intermédiaire du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) et de sa famille. » Ici se termine ce que Seïdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) nous a dicté.

    Texte tiré et traduit du livre Djawahirou-l-Ma’ani

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés