CIRCONSCRIPTION D’EDUCATION DE BASE DE TIKARE : Un vent violent endommage une école et fait 4 blessés

lundi 21 mai 2012 à 02h26min

L’école primaire de Goanga dans la commune de Tikaré a été secouée par un vent violent le 27 avril 2012. Une classe a été entièrement décoiffée et deux autres fragilisées. Heureusement, on ne déplore aucune perte en vie humaine, mais trois élèves et une enseignante ont été blessés.enseignante

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

« J’étais dans ma classe avec mes élèves et vers 15h30, un vent soufflant violemment nous a envahis. J’ai demandé aux élèves de fermer la porte et les fenêtres. Quelque temps après, la porte s’est rouverte compte tenu de l’intensité du vent. Le toit seJ’ai demandé aux élèves de se sauver et je m’apprêtais à sortir de la salle. C’est en ce moment que des morceaux de briques ont commencé à tomber. La toiture s’est arrachée et une barre de fer IPN qui servait de support central était en suspension. C’était la panique généralisée. A mon moindre mouvement, j’avais comme l’impression que la barre IPN se dirigeait sur ma personne.

J’ai décidé de m’arrêter pour affronter le danger. Et c’est dans une telle circonstance que j’ai reçu un choc au dos sans savoir exactement de quoi il s’agissait. » C’est en ces mots que Emiline Ouédraogo, enseignante de la classe du CE2 a raconté sa mésaventure. Après avoir séjourné à Ouahigouya pour des soins, elle a regagné son poste. Elle se dit guérie et prête à dispenser les cours, même si elle avait un regard souffrant. Quant aux élèves blessés, ce sont trois filles, toutes de la classe de CE2, qui ont eu des luxations de membres. Elles ont été piétinées par leurs camarades dans le sauve-qui-peut, a confié Boukaré Sawadogo, chef du village et conseiller municipal de Goanga. Rappelons que c’est la seule classe de CE2 qui a été le plus sinistrée sur l’ensemble du complexe scolaire composé de 3 classes de type plan Burkina.

Depuis la survenue de ce malheureux incident, une psychose règne à l’école et les élèves sont au chômage par manque de salles de classe. Le 8 mai 2012, le directeur provincial de l’Enseignement de base et de l’alphabétisation (DPEBA) du Bam, Moumounou Konaté et le chef de circonscription de Tikaré, Sibiri Nana, se sont rendus sur les lieux pour encourager les enseignants, réconforter les malades et trouver une solution avec la communauté pour sauver l’année scolaire. Des échanges entre autorités de l’éducation du Bam et parents d’élèves de Goanga, un consensus a été trouvé.

Deux classes ont été autorisées à poursuivre les cours dans les deux salles à moitié endommagées tout en ayant un regard de méfiance sur tout nuage qui pourrait provoquer une pluie. Si une telle situation se présentait, il faudrait rapidement évacuer les classes, ont convenu les différentes parties. La troisième classe recevra les cours sous un hangar de l’école, ou dans un bâtiment du village qui servait de banque à céréales.

Pour l’instant, la responsabilité revient au directeur de l’école, Koudkuilga Ali, et à ses deux collègues de définir la formule adaptée afin de sauver l’année scolaire qui sera bientôt à terme.

Asmado RABO (Correspondant)

Le Pays

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés