Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le monde a l’habitude de faire de la place à l’homme dont les paroles et les actions montrent qu’il sait où il va.» Napoleon Hill

Soutenance de mémoire : Si Manéga m’était conté…

Accueil > Actualités > Culture • • mercredi 16 mai 2012 à 01h44min

« Le musée de Manéga et la promotion du patrimoine culturel burkinabè », a été le thème d’une soutenance de mémoire défendu le samedi 12 mai 2012 par Amidou Sawadogo pour l’obtention du diplôme de Maîtrise en gestion et administration culturelles. Son travail, jugé satisfaisant, a été sanctionné par la note 15/20.

Printemps de soutenance au département d’Arts, gestion et administration culturelles (AGAC) de l’université de Ouagadougou. En effet, depuis quelques temps, il ne se passe pas un jour sans qu’un étudiant, de la section Gestion et Administration culturelles (GAC) notamment, ne passe devant un jury pour défendre son mémoire de maîtrise. En rappel, le département Gestion et Administration culturelles (GAC), rattaché à l’Unité de formation et de recherches en lettres, arts et communication (UFR/LAC), a été créé en 2003 par feu le Pr Jean Pierre Guingané.

Composé de plusieurs branches, il forme des étudiants dans divers domaines du management artistique et culturel. Ainsi, le samedi 12 mai dernier, c’était au tour d’Amidou Sawadogo d’exposer son travail portant sur le thème « Le musée de Manéga et la promotion du patrimoine culturel burkinabè » face à un jury présidé par Privat Roch Tapsoba ; Issaka Salia, directeur de mémoire et Amadou Mandé, membre.

A cet effet, l’impétrant a, dans un premier temps, fait un résumé de son document qui compte 65 pages, constitué de 3 parties, à savoir, la typologie des musées au Burkina ; le musée de Manéga : contenu, structure, analyse et perspectives. Sa brillante présentation a permis à l’assistance de se faire une idée de ce musée, une importante institution culturelle privée située à 55 km environ de Ouagadougou dans la région du Plateau-central, créée en 1897 par l’éminent juriste, Me Frédéric Pacéré Titinga.

Pour avoir séjourné pendant deux semaines à Manéga, Amidou Sawadogo a également relevé quelques anomalies liées aux difficultés de collection des objets dont certains sont d’ailleurs en état de détérioration, à l’insuffisance de personnel et à l’absence de cahier d’inventaires et de mouvement des objets.

Il a donc fait des suggestions à même de rehausser la qualité du musée de Manéga qui se présente aujourd’hui comme l’un des plus visités au Burkina (1er en 2011 avec plus de 12 000 visiteurs selon des statistiques du ministère de la Culture). La seconde partie de la soutenance a été consacrée aux observations, critiques et suggestions des membres du jury à l’endroit de l’impétrant. Toutefois, son travail jugé satisfaisant a été sanctionné par la note de 15/20.

Le fondateur du musée de Manéga, Me Frédéric Pacéré Titinga, qui a honoré de sa présence cette soutenance s’est dit touché du choix de son institution dans le cadre de cette étude. Satisfait du travail réalisé, il a indiqué que le musée de Manéga ne cessera de participer dans la limite de ses moyens à la promotion de la culture burkinabè.

Alima Koanda

L’Observateur Paalga

Vos commentaires

  • Le 16 mai 2012 à 12:33 En réponse à : Soutenance de mémoire : Si Manéga m’était conté…

    Bravo à toi Amidou et bon vent pour la suite.

    une importante institution culturelle privée située à 55 km environ de Ouagadougou dans la région du Plateau-central, créée en 1897 par l’éminent juriste, Me Frédéric Pacéré Titinga.
    Mr le journaliste, relisez votre copie, si le musée a été créé en 1897, quel âge a Pacéré Titinga ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2012 à 17:08, par Charlot En réponse à : Soutenance de mémoire : Si Manéga m’était conté…

    Franchement, relisez vos copies Messieurs les rédacteurs. C’est énervant d’acheter son journal du jour et d’y lire des erreurs comme celles ci ! Pour les autres, il y a aussi des formulation qui déçoivent et donnent l’impression que nos journalistes sont sans culture quand ils font le portrait (ou la description d’une personne) ;c’est la formule "..puisque c’est de lui qu’il s agit..."
    S’il vous plaît, ressaisissez vous !!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés