SECTEUR 21 DE BOBO-DIOULASSO : Les résidents demandent un audit sur le lotissement

vendredi 11 mai 2012 à 01h20min

A l’occasion de la fête du 1er mai 2012, les organisations membres de la Coalition régionale de lutte contre la vie chère (CCVC) ont marché pour plus de justice et d’équité dans le domaine socio-économique. Prenant part à ce vaste rassemblement, la population du secteur 21 de Bobo-Dioulasso, une banlieue située au côté ouest de l’aéroport de ladite ville, a demandé plus de transparence dans les opérations de lotissement.
Le 1er mai dernier, sur le boulevard de la révolution, l’on pouvait constater la présence de plusieurs sensibilités de la société civile. Dans les rangs des manifestants savamment canalisés par les responsables syndicaux, les revendications étaient tout sauf homogènes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Si les organisateurs du mouvement avaient pour objectif de transmettre leur traditionnel cahier de doléances aux autorités locales, d’autres poussaient des cris hostiles à l’opacité qui entoure la gestion des opérations de lotissement à Bobo-Dioulasso, notamment les résidents du secteur 21, lassés par plusieurs années d’attente, mais qui n’en démordent pas. Ils veulent crier leur ras-le-bol devant une situation qui devient à leurs yeux insupportable.

Le bornage de la zone située au secteur 21 remonte à l’année 2008, et depuis, aucun résident n’a été attributaire alors qu’ils sont censés être prioritaires. C’est du moins ce qu’ils ont laissé entendre. Quatre ans après, c’est toujours le « wait and see » pour cette partie de la population. Mais l’approche du problème n’est plus la même, depuis que des individus ont décidé de braver, selon eux, la mesure gouvernementale pour se livrer à des attributions illicites des parcelles dans la zone.

Et de surcroît, des opérations nocturnes pour des attributaires non résidents. Pour faire face à cette situation, il faut agir et vite pour ne pas sortir bredouille à l’hypothétique sortie de la liste. Pour ce faire, les résidents y vont de leurs propres méthodes, seul recours qui leur paraît le plus approprié pour l’instant : se mobiliser pour faire barrage, par tous les moyens, aux opérations d’identification de parcelles. Pour donner corps à leur initiative, ils mettent en place un comité de vigilance chargé de surveiller toute incursion sur la zone bornée. Les attributions sporadiques de parcelles sont constatées régulièrement, et la dernière en date remonte au 3 mai dernier. Selon ce qui nous est rapporté par cette population, ce jour-là, des individus ont été appréhendés aux environs de 20 heures, leurs engins (une Yamaha fond rouge et une Crypton) ont été mis en flamme. Des pièces à conviction composées des copies des plans du service cadastral, des copies des pièces d’identité ainsi que des décharges pour affaire de parcelles ont été confisquées. Alertée, la gendarmerie est intervenue pour procéder à l’arrestation de ces individus.

Ce n’est pas la première fois que des évènements de cette nature se produisent sur le site, selon les habitants. Par le passé, plusieurs engins ont été brûlés et des objets confisqués. Pour le moment, aucune atteinte à l’intégrité physique n’a été déplorée, donc « aucun acte gravissime ». « Nous voulons un audit et un nouveau recensement impliquant les résidents. Les numéros qui nous sont attribués sont anachroniques à dessein, et c’est certainement une manœuvre utilisée pour se livrer à la déprédation des parcelles. Nous n’avons rien contre personne mais nous sommes déterminés et mobilisés pour que notre droit au logement soit respecté conformément au programme du président du Faso », a confié l’un des résidents et leader de la société civile, Idrissa Yra. Approché pour en savoir plus, le maire de l’Arrondissement de Konsa, Karim Barro, a choisi de botter en touche. C’est cependant sans détour que le service des cadastres a reconnu qu’il s’agit bel et bien de l’un de ses agents qui est mis en cause. Le chef de service intérimaire, Hounteri Sanou, justifie toutefois cette opération par l’allègement de la mesure.

P. Bernard Sylvain KOROGO (correspondant)

Le Pays

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés