Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Lutte contre la vie chère : « Fini le temps de grâce de Luc Adolphe Tiao »

Accueil > Actualités > Société • • mardi 8 mai 2012 à 01h31min

La Coalition nationale contre la vie chère (CCVC) a organisé une conférence de presse, le lundi 7 mai 2012, à la Bourse du travail de Ouagadougou. L’objectif était d’informer les hommes de médias sur les mesures qu’elle entreprendra contre la récente augmentation des prix des hydrocarbures. A cet effet une marche-meeting est prévue pour le 26 mai prochain sur toute l’étendue du territoire national.

Cette conférence de presse marque, selon les leaders de la coalition nationale contre la vie chère (CCVC) le début d’une série d’actions vigoureuses contre le renchérissement du coût de la vie. Selon le vice-président de la Coalition, Chrysogone Zougmoré, le silence de l’organisation depuis quelque temps correspondait au temps de grâce accordé au premier ministre Luc Adolphe Tiao. Lequel temps de grâce qui a duré un an est fini.

Pour les conférenciers voilà déjà un an que le gouvernement de LAT a pris fonction dans un contexte de crise ouverte d’une ampleur jamais égalée dans l’histoire de notre pays. Il avait affiché clairement l’objectif de trouver des solutions à la crise. Le Premier ministre avait en son temps pris des mesures tendant à apaiser le climat social et à instaurer le dialogue. A cet effet, il annonça des mesures d’urgence telles que l’annulation de la TDC, la réduction des prix de produits de grande consommation tels le riz, le sucre, l’huile, etc. Et dans le même temps des rencontres avec la société civile et les syndicats.
Luc Adolphe Tiao, Premier ministre burknabè

Appréciant ces mesures, la CCVC avait indiqué qu’elles étaient très timides et ne pouvaient avoir une incidence significative sur le coût de la vie. En outre, le bilan effectué par le gouvernement lui-même, trois mois plus tard, montrait que les mesures prises n’étaient pas respectées, notamment la baisse des prix des produits de première nécessité.

Contre toute attente, c’est dans ce contexte que le gouvernement de Luc Adolphe Tiao annonçait, le 2 avril dernier, l’augmentation du prix du litre d’essence de 50 FCFA. Soit une hausse générale de 7% sur les prix des hydrocarbures. Alors que le gouvernement de LAT reconnaît le Burkina Faso doit faire face à une crise alimentaire cette année en raison de la mauvaise pluviométrie. Pourtant la hausse du prix des hydrocarbures a une incidence directe et déterminante sur le coût de tous les produits de consommation et des services. La preuve en est que les sociétés de transport ont réagi instinctivement en augmentant de 33% le prix de trafic interurbain et de 25% le prix de la course à Ouagadougou. En procédant ainsi le gouvernement annihile les récentes et timides augmentations de salaire.

La CCVC dénonce à cet effet l’opacité entretenue sur la structure des prix des hydrocarbures et exige une révision consensuelle. Depuis 2006 des propositions ont été faites à cet effet au gouvernement. Elle dénonce par ailleurs une collusion coupable entre le pouvoir et les milieux d’affaires. Si bien que le gouvernement est réticent quant à la réduction des taxes sur les produits pétroliers et surtout sur la réduction de la marge bénéficiaire de tous ceux qui interviennent depuis l’approvisionnement jusqu’à la distribution. Constatant le renchérissement du coût de la vie, la stagnation du pouvoir d’achat des populations l’anarchie dans la fixation des prix des produits de grande consommation et la démission de l’Etat. La coalition exige du gouvernement l’instauration de structure de contrôle de prix et de jouer son rôle régalien. Enfin, pour mieux se faire entendre, la coalition organisera le 26 mai prochain une marche-meeting sur toute l’étendue du territoire national afin d’amener le gouvernement à examiner sérieusement ses revendications.

Jean Stéphane Ouédraogo (Stagiaire)

L’Observateur Paalga

Messages

  • Il était temps. Avec un gouvernement insensible à la souffrance de sa population en une année particulièrement difficile, il fallait une telle action pour se faire entendre. Tous mobilisés et unis, nous vaincrons.

  • Des vauriens ces gens là ! toujours du grand bruit mais aucun résultats à leur compte ! Moi je ne vois même pas votre utilité ! !

    • Bien dit mon frére-c’est syndicalistes tous des incapables des vrais mafieux qui ne veulent qu’etre a la une de l’actualités-

    • Et toi, quelle est ton utilité ? Toujours à critiquer sur le forum mais absent des champs de bataille. C’est tellement plus confortable. En tout cas, le 26 mai nous serons dans la rue pour dire NON à l’augmentation du coût de la vie. Même si des vautours comme toi en profiteront par la suite.

  • La Coalition nationale contre la vie chère (CCVC) est une OSC tres tres faible, on ne les sent pas. Elle devrait etre un contre pouvoir, mais malheuresement c’est un regardé faire aussi.

    • ça se voit que toi tu n’as jamais participé aux manifestations de la coalition sinon tu ne tiendrais pas de tels propos. Dans tous les cas, tu joues ton rôle. Viens voir le 26 mai si nous sommes aussi faibles.

  • vous là arreté de distraire les gens. bcp d’entre vs sont corrompus,laisse la place à d’autres personnes.depuis plus de vingt ans vous la sans resultant.pour 1000 fcfa d’augmentation vous vous autofélicitéz.c’est vous meme le probleme parce vous etes des gens à deux vitesses.faisons le bilan de association et syndicats

    • Toi, Dosso et John, restez là, ’’pauvres cons’’ à critiquer ceux qui ont le courage de s’afficher et de s’assumer. Quand les choses tourneront au vinaigre, nous allons tous en pâtir, sauf si vous êtes de ces gourous qui peuvent prendre la frontière en un temps deux mouvements, soit en fendant les airs, soit avec des avions par terre et escortés par de pauvres ères qui profiteront pour se sauver aussi.

  • Il faut respecter le citoyen burkinabè, il n’a besoin que ça dans ce pays,car la politique s’en fou mal de son sort.pour moi c’est le pire des gouvernement que le BF aurait connu :

    - suppression des pers dièms(dieu seul sait combien mon pays perd)
    - augmentation du prix du carburant à 50f(du jamais vu au BF)
    - une justice boiteuse avec le cas Jerome TRAORE l’’innocent
    - Et j’en passe.
    le 26 sera fin du mensonge

  • Les gars, les temps sont devenus ainsi. Crise partout dans le monde. Il faut savoir prendre des initiatives qui amoindrissent le cout de la vie. Le rythme de vie actuel des Burkinabe ne peut donner autres conséquences que ce que nous vivons.

    Pourquoi jusqu’aujourd’hui, aucun syndicat, aucune organisation civile, aucun gouvernant, député...n’a soulevé le débat sur l’institution de la journée continue ? C’est par exemple une mesure sur laquelle il convient de réfléchir et de faire des choix difficiles au départ, mais qui porteront leurs fruits des que les gens vont rentrer dans le rythme.

    • Ce que tu dis est vrai. Mais on a des autorites qui vivent dans un luxe insultant.D’ou vient leur richesse ?
      L’etat doit etre le premier a donner l’exemple. Appliquez la bonne gouvernance et le civisme reviendra au sein de la population. Il ya eu trop de pillage de fonds au Faso organise et concentre entre les mains des politiques et des adminstrateurs publiques. Consequence:on a pas eu une liberalisation reelle de l’economie et l’injustice a ete de trop. Et quand c’est comme ca il est difficlile de demmander au peuple croupissant dans la misere de se sacrifier.

    • bonne .Analyse ;Le train de vie de l’état est completement scandaleux.Les multiples avantages-transport-carburant-indemnites etc..- dont beneficient ces ministres-sg-dg-daf et autres sont grotesques.Depuis l’arrivé de LAT,ce train de vie n’a meme pas dimunié.ou vas t-on avec ca ?et on parle de burkina émmergeant.c’est ridicule

  • Bonne idée. Entre autres propositions, je dirais que les syndicats devraient obliger l’Etat à jouer sa partition dans la dimunition de son rythme de vie :
    - il n’est pas rare de voir des cortèges de véhicules TT 4x4 s’ébranler vers une même destination en file indienne avec à son bord chacun 1 seul passager.Pourquoi ne pas mutualiser les moyens de transport,pour les ministres et autres chefs d’institutions ?
    - revenir comme sous la RDP à l’utilisation des véhicules légers de petites cylindrées au lieu de carosses comme véhicules de service ou de fonction ;
    - il ya trop de ministres, de députés et de DG.On pourrait regrouper certains ministères et leurs ministères délégués( souvent inutiles car effacés),des directions pourraient remplacer ces ministères délégués.
    Cela participera à économiser les salaires, frais d’entretien de tout ce monde juste là pour des récompenses.

  • vraiment le gouvernement de LAT va droit au mur. s’il ne revient pas sur leurs décisions, quand le climat social va se dégradé, le peuple va se lever et ça va mal tourner.

    que le 26 mai arrive vite et qu’on sorte massivement pour dire non à l’exploitation des pauvres par les quelques riches.

    si LAT n’ouvre pas les yeux Tertus ZONGO sera mieux que lui.

  • COMME REPONSE LE GOUVERNEMENT VA DIMINUER DE 10F LE PRIX DU CARBURANT ET C"EST TOUT

  • En même temps que l’on demande la baisse du prix du carburant il faut aussi exiger le départ de tous les responsables des centrales syndicales. Ce sont eux qui mènent les débats depuis des années et on n’évolue pas dans les résultats pire ils ne sont pas considérés dans le processus sinon le gouvernement LAT ne pouvait pas prendre une telle décision.
    Je suis au regret de le dire mais il faut reconnaitre que nos SG sont corrompus (preuves existantes) et il faut un changement à la tête de nos strutures syndicales pour que le gouvernment cesse de nous narguer.
    A bon entendeur salut !

    • Mon frère, il faut commencer par ça.
      Je suis désolé de le dire aussi mais comment des SG à vie peuvent défendre encore quelque chose ?
      Imaginez des retraités qui pilotent des centrales des travailleurs ou des délattés à la tête d’une centrale. Ils veulent quoi ? Des maigres retombés pour survivre. Tant pis pour les travailleurs et la jeune génération.
      Alors je propose :
      « Le départ de tous les SG des centrales syndicales ;
      « la mise en place d’une nouvelle CCVC ;
      « que le RENLAC s’implique dans la lutte ainsi que le MBDHP.
      Maintenant que les élèves et étudiants soient associés car les travailleurs sont des faux gars, on ne peut pas compter sur eux.

  • voici la verité. le gouvernement a augmenté les salaire de 1500 a 5000 pour les gros et après il recupère plus en augmentant le prix du carburant.un vieux me disait un jour petit ce peuple est mouton.

  • Juste pour savoir a kan l’application des 4% d’augmentation des salaires des agents du secteur prive. les syndicats ne commuquent pas ou quoi ?

  • Certains syndicalistes sont disqualifiés.Comment peut on être à la retraite et s’accrocher toujours a son poste ?Cela donne l’impression que c’est plutôt leur "gombo" qu’ils cherchent préserver plutôt que de défendre les intérêts des travailleurs. Et puis pourquoi refuser l’alternance à la tête de ces structures ? A moins que les leaders actuels ne soient irremplaçables. Huum !ça sent du Blaise COMPAORE !
    Je pense que l’exemple du Syndicat des magistrats où le juge BAGORO vient de passer la main est à saluer.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : L’échangeur du Nord officiellement ouvert à la circulation
Session ordinaire du CONAPGenre : Pour mieux appréhender le concept de budgétisation sensible au genre
Education bilingue au Burkina : Les acteurs s’accordent sur la nécessité d’adopter une formule unique
Hausse du prix du carburant au Burkina : Le MPP solidaire du gouvernement
Accord sur la facilitation des échanges : Le secteur privé en atelier de renforcement des capacités
Santé humaine et animale : Un programme de recherche validé
Lutte contre l’incivisme dans les établissements scolaires : Les délégués des élèves reçoivent une formation
Protection de l’enfant : L’ONG Educo plaide pour la mise en œuvre de « la Cellule de veille communautaire »
ZACA : "Tous les cas de parcelles simplement clôturées de terrains seront considérés comme non mises en valeur"
Communication inclusive : Des journalistes découvrent les mots appropriés pour parler des personnes handicapées
Procès du peuple contre la Françafrique : L’ONG Urgences panafricanistes attend au minimum 1000 personnes à la Maison du peuple
Plan international Burkina : Le projet Yewa pour booster l’autonomisation des jeunes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés