Fait de chez nous : Voyage forcé du « diable »

vendredi 4 mai 2012 à 01h28min

Comme un colis administratif, le « diable » a été remis à une société de transport qui l’a ramené dans sa ville de service. Policier municipal dans une ville du Sud Ouest, le « diable » rackettait les populations sans pitié. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu ce sobriquet car il était imperturbable face à toute forme de négociation. Certains de ses collègues ont même tenté de le convaincre de modérer ses « manière fortes » envers les populations. Le « diable » n’a pas écouté ses collègues. Il continuait ainsi de « terroriser » les populations. Chaque fois que le « diable » est de garde pour les contrôles inopinés, il faisait toujours des aigris. « On a beau chasser le naturel, il revient au galop », nous enseigne un adage.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

C’est pourquoi, malgré les reproches et les interventions diverses, le « diable » est resté égal à lui-même dans le mal. Un jour donc, il était de service sur l’axe de la ville en question qui mène à Bobo-Dioulasso. Le « diable » arrête un véhicule pour contrôle. Comme le stationnement n’était pas possible sur place, le conducteur propose de s’arrêter un peu plus loin. Le « diable » qui ne faisait pas confiance au conducteur, monte dans le véhicule. Le chauffeur et son apprenti le coincent entre eux et, au lieu de stationner à l’endroit indiqué, ils poursuivent leur route. Le chauffeur ayant même accéléré pour que le « diable » ne puisse sauter du véhicule. Les menaces du policier n’ont pas réussi à influencer le chauffeur et son apprenti. 50 kilomètres plus loin, le chauffeur immobilise le véhicule sur un pont.

Il fait descendre le « diable » et lui dit : « Choisis entre tomber dans le trou du pont et aller avec nous à Bobo-Dioulasso ». La réponse du « diable » a été instantanée. « Je préfère aller à Bobo s’il vous plaît ». Le « diable » est donc « re-embarqué », destination Bobo. Des riverains qui ont suivi l’affaire dès le départ forcé du diable, ont prévenu ses collègues. Le maire de la commune est aussi informé. C’est lui qui téléphone d’ailleurs à son collègue de Bobo-Dioulasso, pour que quelque chose soit fait pour « son » policier. C’est donc le collègue du maire de l’époque qui a contacté les forces de sécurité qui étaient de service sur l’axe Bobo et la ville de provenance du « diable » et c’est grâce à ces derniers que le « diable » est retourné à son lieu de départ. Son « racket » n’a donc plus marché, puisque depuis ce jour de voyage forcé, le « diable » est devenu plus conciliant envers les usagers.

Souro DAO (daosouro@yahoo.fr)

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés